Menu


Voile Féminine

Women Leading & Sailing - WLS




« DES FEMMES QUI ENTREPRENNENT ET NAVIGUENT »

Optimiser et développer l'accessibilité à la pratique de la voile pour tous les publics féminins, dès le plus jeune âge, que ce soit une pratique de loisirs ou de compétition voire de haut niveau est un des objectifs de la commission féminine de la Fédération Française de Voile. Est alors née l'idée du concept Women: Leading and Sailing, concept simple qui se décline en 3 lettres W L S avec son pavillon emblématique !



Ce concept WLS se veut rassembler tous les « projets au féminin » quels que soient leurs origines (locales, nationales) ou leur niveau (animation, compétition, encadrement, formation, arbitrage, haut niveau, etc…) afin d’avoir un « pavillon de reconnaissance » sous lequel l’ensemble des actions peuvent se ranger, identifié au delà des frontières.

Visionner ci-contre la vidéo de présentation du concept WLS >>

La Voile se conjugue bien au féminin !

Samedi 10 octobre, 8h du matin, sur les pontons du Port de Cherbourg, seulement des Filles ! Plus de 60 régatières de tous âges et venues de toute la France s'apprêtent à entamer la première journée des "Demoizelles de Cherbourg", la 2e étape du WLS Trophy, la compétition 100% Féminine lancée par la FFVoile ! Nous avons suivi ces femmes tout au long de ce weekend très spécial.

La Ligue Nationale de Voile, une aventure à vivre au féminin !

La voile se conjugue bien au féminin sur la Ligue Nationale de Voile. 7 équipes mixtes sont engagées cette année à La Rochelle mais on accueille surtout 2 équipages 100% féminin venus de Brest Bretagne Nautisme et du Yacht Club du Calaisis !

Actualités

La relève 2024 féminine en préparation au Centre d'Entraînement Méditerranée - [05/08/2020]

 

Nouveau berceau du programme de la FFVoile « Elles de Kite » – accélérateur de performance dédié aux filles de la relève olympique pour les J.O de 2024 – le CEM accueille pour la troisième fois les athlètes féminines pour un stage de préparation aux championnats d’Europe Formula Kite qui auront lieu à Puck (Pologne) du 18 au 24 août.

Alexia Fancelli, 27 ans (3e au classement mondial 2019), Poema Newland, 20 ans, (médaillée d’argent aux JOJ 2018), Mathilde Garandeau, 17 ans (sportive haut niveau, ancienne planchiste, Yacht Club de Mauguio Carnon) et la jeune Héloïse Pégourié, 16 ans, seront à La Grande Motte du 3 au 7 août pour parfaire leur préparation.

Après l’annulation de toutes les rencontres internationales ces derniers mois, ce championnat d’Europe – disputé sur un plan d’eau protégé de la mer Baltique – sera la première compétition kitefoil de l’année 2020. Dans ce contexte de disette sportive imposé par la crise sanitaire, difficile de savoir où se situe la concurrence. Le niveau européen est réputé être le meilleur mondial, avec une domination des athlètes britanniques et polonaises. Pour les filles de la relève tricolore, en manque de confrontation, l’objectif est d’abord de se jauger au sein des autres nations – jusqu’à 100 concurrentes attendues -, notamment pour les plus jeunes d’entre-elles, les espoirs Mathilde et Héloïse, qui ont intégré le circuit olympique Kitefoil il y a deux ans à peine.

« A la Grande -Motte, nous allons travailler en groupe restreint. Ce sera un stage technique, axé sur le matériel, car nous allons essayer nos nouveaux foils – récemment homologués pour les J.O 2024- . Mais c’est aussi l’occasion de travailler les points forts et les points faibles de chacune et de gagner en confiance avant ce championnat d’Europe, explique leur entraîneur Antoine Weiss. Notre objectif reste raisonnable pour cette première épreuve 2020 : terminer dans le top 20. »

Chez les garçons du Pôle France Relève kitefoil de la Grande Motte qui font eux aussi leur grand retour sur la scène internationale, Nicolas Parlier, Benoît Gomez, Thomas Lombardo seront de la partie, aux côtés d’Axel Mazella.


Elodie Bonafous, lauréate du challenge Océane Bretagne – CMB - [17/12/2019]

 

La semaine dernière, puis ces lundi et mardi, les trois finalistes du Challenge Océane Bretagne – CMB se sont affrontées en solitaire à bord de Figaro Bénéteau 3 sur des parcours construits, en baie de Port-la-Forêt. Vainqueur de cinq des neuf courses disputées dans des conditions variées, Elodie Bonafous, 24 ans, a finalement remporté la mise, devenant ainsi la skipper Océane de la Filière d’excellence de course au large Bretagne – CMB. A la clé pour elle : un bateau, un budget de fonctionnement permettant de disputer dans les meilleures conditions le circuit du Championnat de France de Course au Large en Solitaire et, gage d’une formation professionnelle sérieuse et d’un apprentissage au contact des meilleurs navigateurs français, l’intégration au Pôle Finistère Course au Large. 


Elodie Bonafous, Violette Dorange et Milena Schoenahl, les trois finalistes du Challenge Océane Bretagne – CMB avaient rendez-vous la semaine dernière puis ces deux derniers jours, au Pôle Finistère de Course au Large à Port-la-Forêt, pour la grande finale. Lors de cette ultime phase de test, quelque peu chamboulée par une météo tempêtueuse, les trois navigatrices se sont affrontées en solitaire à bord de Figaro Bénéteau 3 sur neuf parcours de type « triangle » et « banane », tout en étant observées par un groupe d’experts composé de représentants de la Fédération Française de Voile, d’entraîneurs du Pôle et de navigateurs reconnus. « Les confrontations entre les trois candidates ont été passionnantes. Chacune d’entre elle a fait preuve d’une belle maîtrise du bateau. Il y a eu de la belle bagarre et les trois femmes méritaient d’être en finale. Nous avons vraiment vu du haut niveau sur l’eau, ce qui est non seulement une satisfaction mais aussi une fierté pour nous », explique Christian Le Pape, le Directeur du Pôle Finistère Course au Large, qui se réjouit donc d’accueillir une jeune femme de la trempe d’Elodie Bonafous au sein de la Filière Bretagne – CMB.

 

« Je ne pouvais pas rêver mieux »

« C’est génial ! Je suis tellement heureuse ! Mettre les pieds dans le monde de la course au large dans cette équipe, je ne pouvais pas rêver mieux ! », a commenté la jeune sociétaire de l’Ecole de Voile de Locquirec, championne du Monde Universitaire et double championne du monde féminine en J80 puis vainqueur de la sélection Jeune Tour de Bretagne 2019, entre autres. « Nous avons rencontré des conditions très variées lors de cette finale. Dès le début, je savais qu’il fallait que je mise sur la régularité. Je suis restée très opportuniste et à fond du début à la fin, en gardant le rythme. J’ai réussi à être à l’aise dans tous les types de vent », a détaillé la navigatrice, titulaire d’un Master 2 Activité Physique Adaptée et Santé, qui a par ailleurs beaucoup régaté en Longtze, en Open 5.70 ou encore en Match Racing. « Je suis partie sur l’eau ce matin avec beaucoup de stress. Milena et Violette ont très bien navigué et elles n’ont jamais rien lâché. On a toutes senti que le niveau montait au fur et à mesure », a terminé Elodie Bonafous qui n’a assurément pas fini de faire parler d’elle.


 

Pages : [ 1 ] - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 -

 


Composition de la Commission Féminine et représentation dans les ligues



Les femmes et l'arbitrage



Bibliographie