Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

J. Bontemps champion du monde de Raceboard, N. Huguet et F. Merret sur le podium

[Equipe de France]  - le 10/10/2005

[Equipe de France]

Le Championnat du monde Raceboard (planche à dérive) a été remporté aujourd'hui par l'espagnole Carmen Vaz chez les filles et par le français Julien Bontemps chez les hommes. Faustine Merret, première française se classe 3ème chez les femmes toutes catégories confondues et 2ème RSX derrière la britannique Bryony Shaw. Nicolas Huguet, champion du Monde de Mistral 2005, complète le succès tricolore en décrochant une belle deuxième place chez les hommes avec deux victoires de manche au compteur.

S'il ne s'agissait pas à proprement parlé d'un championnat du monde RSX, la proportion des athlètes inscrits sur cette planche (plus des 3/4 de la flotte) et le format « classique » de la compétition (12 régates disputées en cinq jours sur des parcours olympique dont les deux plus mauvaises soustraites pour le classement final) offraient malgré tout l'immense intérêt d'une première photographie de la hiérarchie internationale sur ce nouveau support olympique. Et ce dans des conditions complètes puisque dominées par le petit temps jusqu'à mi championnat et ensuite, au contraire, par des vents relativement forts.

Comme on pouvait s'y attendre les spécialistes venus du Mistral ont largement dominé la concurrence issue du Windsurfing dans les brises légères. Très à l'aise sur cette nouvelle planche, Julien Bontemps, champion du Monde de Mistral 2004 et notre représentant aux JO d'Athènes, a assis là sa première place en RSX. Le « Levante » qui a régné les deux derniers jours lui aura été également faste puisque lui permettant de décrocher le titre officiel en Raceboard, toutes catégories confondues. Quinze mois après son titre mondial en Mistral, le Nantais remporte ainsi un nouveau championnat du monde. Un résultat psychologiquement important pour cet athlète talentueux que son résultat aux JO avait laissé sur sa faim. Mais ces conditions musclées ont également permis aux spécialises de Formula Windsurfing de se signaler. On pense notamment à Julien Quentel joliment revenu à la 6ème place (4ème des RSX).
Intéressant pour l'avenir et pour le camp français qui place ainsi, avec, on l'a dit, Nicolas Huguet à la 2ème place, trois tricolores dans les dix premiers.

Pour quelqu'un dont nul ne savait si le gabarit - plutôt léger - allait convenir à la Neil Pryde RSX, notre championne olympique Faustine Merret s'en sort remarquablement bien.
Dans le petit temps, proche des conditions annoncées en Chine, elle a largement dominée les débats en RSX - l'Espagnole Carmen Vaz régatant sur un autre support très avantagé dans le petit temps - ne cédant sa première place à la britannique Shaw que dans les deux derniers jours ventés. Le bilan est donc plutôt positif si l'on considère que les britanniques ont touché leur RSX plus tôt que les françaises, et se sont davantage entraînées en Fun board, discipline excellente pour se préparer à une planche que l'on sait plus hybride que la Mistral. Faustine, qui en outre a vu sa préparation printanière raccourcie en raison d'une blessure au tendon, a une fois de plus fait preuve de son sens tactique, de ses qualités d'adaptation et de ses capacités physiques. Un an après Athènes, forte de cette nouvelle performance, la Finistérienne va ainsi pouvoir se concentrer l'esprit tranquille sur son prochain objectif - ses études de professorat de sport à l'INSEP - avant de revenir sur le premier vrai Mondial de RSX au printemps prochain. La 9ème place de la jeune Pauline Perrin complète, là aussi, le bon tableau d'ensemble des tricolores.

Interview Julien Bontemps : « J'y allais avec l'objectif d'être dans les trois premiers en RSX. Mais mon résultat après la Inaugural Regatta RSX du week-end dernier (épreuve sur deux jours remportée par Nicolas Huguet devant justement Bontemps chez les hommes et par Faustine Merret chez les femmes, ndr) a accru mon ambition. Cela a été chaud avec les autres raceboard avantagées dans le petit temps mais dès que le vent a forci nous les avons explosées. Du coup me voilà champion du monde à l'issue en plus d'une épreuve disputée dans des conditions très complètes. Je sais ce qu'il me reste à travailler - la technique dans le vent, les départs au planning, le placement par rapport aux autres adversaires - mais c'est une bonne base d'autant qu'avec Nicolas Huguet et Julien Quentel, très rapide dès que le vent forcit, nous disposons d'une super équipe pour se préparer.
Cette nouvelle planche est hyper intéressante et très exigeant car dès qu'elle plane elle va vraiment plus vite, du coup il faut sans arrêt rechercher le départ au planning. Il faut rester très concentré. C'est usant car dans le petit temps c'est surtout le haut du corps qui travaille et dans la brise ce sont les jambes. Bref je suis vidé...
Ce titre me remet sur de bons rails après une année difficile. Je pouvais me poser des questions et là je sais ce que je peux réaliser avec une grosse marge de progression. C'est vraiment bien ».

Interview Faustine Merret : « Nous avons disputé les 7 premières manches dans des conditions inférieures à 15 noeuds. Ce sont celles que nous avons majoritairement rencontré cet été depuis que nous avons eu les planches. Première satisfaction : je commence à être à l'aise physiquement et techniquement dans de telles conditions. Sur les dernières manches de petit temps, j'ai pu ainsi me concentrer davantage sur la tactique qui devient un paramètre important au près car avec la RSX nous pouvons moins faire la différence sur la vitesse.
Celle ci reste d'ailleurs bien inférieure à celle des longboard (les autres planches inscrites à ce championnat, ndr) qu'il a été impossible d'accrocher dans le petit temps même sans faire d'erreur sur le plan d'eau. Au portant par contre le point majeur à travailler est le départ au planning. Il nécessite d'allier technique et puissance mais c'est le seul moyen de prendre de la vitesse. Dans les 7 dernières manches nous avons rencontré des conditions bien musclées que nous n'avions jusqu'alors pas connu à l'entraînement. Dans de telles conditions les anglaises, qui ont reçu leur planche plus tôt que nous et qui se sont aussi entraînées davantage en Formula Windsurfing, sont actuellement plus à l'aise. Il m'aura sûrement manqué un peu de navigation dans du vent fort pour accrocher la première place.
Enfin, contrairement aux garçons qui disposent d'une voile plus grande que la notre, ils nous auraient fallu quelques manches de plus au dessus de 15 nœuds pour arriver à devancer l'espagnole qui ne naviguait pas en RSX »

Interview Pascal Chaullet, entraîneur national : « Nous arrivions dans l'incertitude et ce championnat en a levé pas mal vis-à-vis des étrangers, de ceux venus du Fun Board et sur le travail que nous avons entrepris. Le résultat est donc positif avec plus de densité chez les garçons si l'on considère le résultat d'ensemble. C'est d'autant plus intéressant que nous avons eu tous les types de temps et que les étrangers s'étaient manifestement également bien préparés que ce soit en RSX ou en Formula Windsurfing. Mais la qualité intrinsèque du groupe a fait la différence avec deux ténors très très proches l'un de l'autre - Jules et Nico ou Nico et Jules comme l'on veut tellement ils sont proches - et un Julien Quentel qui a été très fort dans la brise (deux fois premier hier et aujourd'hui deux fois 2ème). Ce sera un super compagnon d'entraînement voir plus selon la façon dont il veut orienter sa carrière (pour le moment consacrée au Windsurfing, ndr).
Chez les filles, Faustine a prouvé qu'elle était toujours bien là malgré peu de préparation. Elle a un temps d'avance sur Lise Vidal qui est pour le moment en retrait techniquement.Nous allons également travailler la détection pour les prochaines olympiades »

Interview Françoise le Courtois, entraîneur plus spécifiquement des filles cette année : « Nous attendions ce test depuis longtemps e t il a été d'autant plus intéressant que si l'on additionne le stage, la Inaugural regatta et ce championnat cela a été très long. Nous avons donc eu un bilan vraiment bon physiquement parlant. Il ne faut pas tirer de conclusions hâtives mais c'est plutôt positif même si les anglaises ont un temps d'avance dans la brise parce que manifestement en touchant les planches plus tôt elles ont pu s'entraîner dans ce type de temps. Faustine est toujours largement devant mais Pauline Perrin a fait un beau championnat et Charline qui est jeune (21 ans) a fait de bonnes manches même si elle n'est pas encore assez régulière ».

 

Par :


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :