Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Premières impressions de Chine

[Equipe de France]  - le 07/09/2005

[Equipe de France] Depuis la désignation de Pékin pour les JO 2008 le monde de la voile légère bruisse de toutes les rumeurs sur le plan d’eau retenu pour accueillir les régates. Jusqu’à l’annoncer en proie à des forts courants mais sans un souffle d’air ! Bref inapte à la voile. Situé à mi chemin entre Pékin au nord et Shangaï au sud, il est vrai que Qingdao était jusqu’alors plus connu pour la qualité de ses bières (commercialisées sous le nom chinois de la ville : Tsingtao) que de son plan d’eau. S’il faut se garder de donner une valeur statistique aux séjours que viennent d’y passer Philippe Gouard, Directeur Technique National, plusieurs responsables de l’équipe de France ainsi que tout ou partie de nos Planchistes et Laséristes, leurs premières conclusions ébranlent en tous les cas positivement les idées reçues. Alain Champy y a effectué au mois d’août un séjour de trois semaines en compagnie de Paul Iachkine et du spécialiste météo qu’est Yann Amice. Il décrit « des vents quotidiens de 4 à 8 nœuds avec des journées à 15 et même 19 nœuds ! ». Et s’il confirme l’existence de courants forts, « ce sont des courants de marée donc réguliers et prévisibles ». En résumé : des conditions certes loin d’être optimums mais qui permettent de régater. Mais tout comme Pascal Chaullet et François Le Castrec (cf interviews ci-dessous), Alain se garde de généraliser : « Il faudra vérifier lors d’autres séjours si nous n’avons pas vécu un mois d’août atypique. Nous avons par exemple noté la présence d’un typhon au sud de la Mer de Chine qui explique peut-être le flux dont nous avons bénéficié ainsi que la mer parfois forte. Nous avons ainsi constaté que le thermique ne s’est jamais établi. Au contraire il parait y avoir plus de vent en début de matinée et d’après-midi ». « Dans tous les cas – souligne Philippe Gouard – nous avons affaire à un plan d’eau très très compliqué dans lequel l’impact urbain va jouer un rôle important ». Pas seulement pour les conditions météos car tous confirment la forte pollution de ce grand port de la riche région du Shandong. Alain : « la Mer de Chine est déjà relativement fermée et la préoccupation écologique n’est pas le premier souci ici. Alors on ne voit rien à plus de 20 cm de profondeur, il y a des égouts à la sortie de la marina et l’air n’est pas très agréable ». Mais même sur ce point la bonne volonté des organisateurs parait réelle : « l’accueil a été vraiment sympathique. Nous avons dîné avec l’adjointe au maire chargée du dossier et le N°2 de l’organisation qui nous ont promis qu’ils allaient améliorer des choses d’ici un an. Cela parait difficile mais pourquoi pas… ». Du peuple qui a construit de la Grande Muraille on peut s’attendre à tout… En tous les cas Pascal Chaullet note déjà une marina bien plus avancée que ne l’était celle d’Athènes à la même époque ! En conclusion, Philippe Gouard note qu’il faudra se rendre le plus souvent possible sur le site et annonce d’ores et déjà la présence de deux équipages par série pour les préolympiques qui se dérouleront à Quingtao en août 2006.

Les commentaires de Philippe Gouard, DTN : « J’ai séjourné ici huit jours en janvier et une semaine en août. Il faut souligner l’excellent accueil des Chinois. C’est à l’évidence un plan d’eau compliqué car nous avons eu peu de vent et soudain 15 nœuds le jour de mon départ, des courants d’1 à 1,5 nœuds souvent traversiers et d’autant plus gênants quand le vent est faible et, sans crier gare, des vagues de 4 mètres un jour sous l’effet d’un cyclone sur le Japon. Il faut noter également que la hauteur des immeubles perturbe la brise quand elle vient de terre, et c’est souvent le cas. Comme les immeubles ont tendance à vite pousser il est difficile de se faire une idée figée du site. Il n’y a pas de secret il va falloir y passer beaucoup de temps d’ici les J.O si l’on veut avoir une chance de décrypter un peu le plan d’eau. C’est pour cela qu’avec Claire Fountaine nous avons décidé d’engager deux équipages par série sur les préolympiques d’août prochain ».

Le bilan de François Lecastrec, entraîneur des Laser : « Ce séjour s’est effectué aux dates des JO de 2008 et 1ere surprise : nous avons pu naviguer tous les jours sauf un. La 2e surprise vient des conditions météos très variées, nous avons pu goûter à tous les secteurs de vent, toutes les forces, et tous les types de mer : situation météo atypique ? La 3e surprise est la découverte de ce pays et de sa culture : impossible de se débrouiller sans interprète. Quand à la nourriture, très exotique, certains estomacs de pauvres occidentaux s’en souviennent encore... Selon nos premières conclusions (tout à fait hâtives), ce plan d’eau ressemble à la méditerranée sur laquelle il faudrait appliquer les réflexes de courant de la mer du nord ! »

Le bilan de Pascal Chaullet, entraîneur Planche à voile : « Nous avons été agréablement surpris par les conditions météos. Nous nous attendions au pire soit des vents nuls et du courant et nous avons eu une majorité de brise à 6/8 nœuds avec des vents grimpant parfois à 15. Si nous n’avions pas eu des problèmes techniques nous aurions pu naviguer au moins 2 à 3 heures minimum par jour. Nous avons connu de pires conditions. Autre bonne surprise : c’est plutôt déjà bien organisé et la marina est bien plus avancée que ne l’était celle d’Athènes trois avant les JO. Nous avons eu de nombreux contacts avec les organisateurs chinois. Côté négatif : le site est effectivement très pollué puisqu’il est proche d’une grande ville. Il y a pas mal de sacs plastiques et un égout pas très éloigné. Autre souci : il faut une personne ressource qui parle chinois car personne ne parle anglais et d’ici trois ans je vois mal cela changer ».

 

Par :


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :