Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Début des épreuves

[Equipe de France]  - le 30/06/2005

[Equipe de France]

C'est demain que débutent les épreuves de voile des 15ème Jeux Méditerranéens. Au moment de sa création en 1951, cette épreuve, qui est au bassin Méditerranéen ce que sont les JO au monde, accueillait 10 pays et 734 participants.
Ils sont cette année environ 2000, représentant 21 nations ! Parmi eux 367 athlètes français dont 14 régatiers (10 équipages) répartis sur cinq séries : Laser hommes et femmes (dériveur solitaire), 470 hommes et femmes (dériveur en double) et Mistral hommes.

Si les performances d'Ingrid Petitjean et Nadège Douroux depuis le début de l'année (vainqueur en 470 des Semaines internationales de Medemblick et Hyères et championnes d'Europe), de Sophie de Turckheim en Laser (première à Hyères et Medemblick) et de Nicolas Huguet (champion du monde de Mistral) en font les figures de proue de notre délégation, nos autres représentants ne sont pas en reste.
On pense évidemment à Julien Bontemps, également champion du monde de Mistral mais en 2004 et sélectionné à Athènes, (à l'inverse des JO, chaque pays peut présenter deux équipages par série) mais qui a été accaparé par ses concours de professeur de sport depuis son retour des JO, à Solenne Brain en Laser, championne de France en titre, aux frères Bonnaud en 470, l'un de nos équipages majeurs depuis cinq ans, sans oublier Thomas Lebreton et Jérémie Steyaert qui ont une belle carte à jouer en Laser hommes. On l'aura compris : la France peut prétendre à une médaille par discipline ! Claire Fountaine, directrice de l'équipe de France, fixe d'ailleurs l'objectif à 5 ou 6 médailles.

Interview Claire Fountaine :
« On peut espérer au moins cinq à six médailles. Je pense à nos deux champions du monde en Mistral, aux frères Bonnaud en 470, à Sophie de Turckheim en Laser femmes et bien sûr à Ingrid et Nadège en 470 Femmes. Ces dernières devront cependant se méfier car les 470 hommes et femmes courent dans la même flotte ce qui peut changer un peu les habitudes. Elles auront également face à elles de sérieuses clientes comme les Espagnoles médailles d'argent aux JO.
Globalement si les flottes ne sont pas très nombreuses la qualité est par contre au rendez-vous. Nos plus jeunes équipages, s'ils gagnent en régularité, peuvent également nous apporter de belles satisfactions. Il sera difficile de faire aussi bien qu'en 2001 (8 médailles dont 2 or, 3 argent, 3 bronze car faute de suffisamment de participants il y a une série en moins (Mistral femmes, ndr) qui nous avait ramené deux médailles à Tunis »

François Lecastrec (entraîneur Laser) :
« Il y a moins de monde qu'en 2001 mais le plateau est plus élevé. Deux raisons : le Laser féminin est devenu série olympique et chez les hommes ce sont les mêmes avec quatre ans d'expérience en plus.
Chez les hommes on surveillera les deux Croates qui ont terminé dans les quatre premiers à Hyères et Medemblick, les Slovènes médaillés de bronze à Athènes. Ensuite au même niveau que les Français, il y a les Grecs, les Italiens, les Espagnols. Si nous accrochons un podium ce serait une belle performance. Chez les filles, Sophie est favorite mais elle devra se méfier des Croates et Espagnoles. Pour le moment elle n'a pas fait de très bonnes manches d'entraînement. Quant à Solenne difficile à dire car ses performances varient beaucoup ».

 

Par :


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :