Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

CFECL - La Solitaire URGO Le Figaro : Yoann Richomme meilleur acteur d'une 50e au scénario haletant !

[Habitable]  - le 26/06/2019

[Habitable]

25 avril 2019. Suite au départ de Charles Caudrelier vers le projet Ultim de Gitana, le nom de son remplaçant à la barre du Figaro 3 Hellowork - Groupe Télégramme est annoncé. Deux mois quasiment jour pour jour plus tard, Yoann Richomme, l'heureux élu, est le grand vainqueur de la 50e édition de La Solitaire URGO - Le Figaro, pour la première en Figaro Bénéteau 3 et au bout de 4 étapes exceptionnelles ! 4e de la dernière étape, qui emmenait les 47 skippers à Dieppe et brillamment remportée par Eric Péron (French Touch), une première pour lui, Yoann Richomme décroche donc sa deuxième Solitaire après celle de 2016, moins d'un an après sa victoire en Class40 sur la Route du Rhum - Destination Guadeloupe ! Il devance sur le podium final deux des trois « évadés d'Aurigny » Gildas Mahé (Breizh Colas / Equithé) et Anthony Marchand (Groupe Royer - Secours Populaire), et prend par la même occasion les commandes du Championnat de France Elite de Course au Large avant les deux dernières épreuves, Douarnenez-Horta et Le Tour de Bretagne.

 

Meilleur scénario : Francis Le Goff et Le Figaro Beneteau 3

On se souvient toujours de sa première fois. Il est fort à parier que Yoann Richomme n'oubliera jamais le scénario de sa deuxième victoire sur La Solitaire URGO Le Figaro, juste récompense au bout de 3 semaines de compétition qui ont souvent bousculé les schémas habituels d'une des courses les plus difficiles au monde. Au moment de décerner les récompenses d'une 50e édition mémorable, le prix du scénario est depuis longtemps co-attribué à Francis Le Goff, le directeur de la course, et au Figaro 3, le nouveau bateau de la course. Le premier est le « dessinateur » du parcours, qui a donné du fil à retordre aux skippers tout en leur offrant les meilleurs décors pour pouvoir jouer, et causé quelques insomnies chez les accros à la cartographie, le second, a permis « d'ouvrir le jeu », notamment au portant, et a obligé les concurrents à faire des choix tactiques plus tranchés.

 

Meilleur acteur : Yoann Richomme

«  C'est énorme, je suis super ému, j'avais jamais rêvé d'en gagner deux et encore moins celle-là. L'histoire est magnifique et j'espère qu'elle va continuer. Il y a deux mois, je me demandais comment j'allais être au départ. En six mois, j'enchaîne deux victoires avec la Route du Rhum, c'est incroyable. » Ces quelques mots, à chaud, prononcés par Yoann Richomme, le grand bonhomme de cette 50e Solitaire, rappellent l'incroyable histoire qui est venue se nouer à l'improbable scénario de cette édition. Sur la touche il y a deux mois, le Lorientais s'est transformé en « super-sub » pour pallier au départ de Charles Caudrelier, et le voilà ce mercredi, en grand vainqueur à Dieppe, pour l'épilogue d'une Solitaire dont il aura été le meilleur des acteurs, dès la première étape entre Nantes et Kinsale, qu'il a remporté de main de maître. Solide sur les 3 autres actes, il est même passé à une longueur (littéralement) de plier la course dès la 3e étape en filant avec les échappés d'Aurigny. Il aura finalement dû batailler jusqu'au bout, jusqu'à cette dernière étape entre la Baie de Morlaix et Dieppe, un final qui aura « étonnamment » respecté les codes de la Solitaire avec les 33 premiers arrivés dans la même heure.

 

Meilleur Film : « Les Evadés d'Aurigny »

Sa deuxième étoile, Yoann Richomme l'a décroché en naviguant à la perfection sur les deux premières étapes de La Solitaire URGO Le Figaro. Le bon choix en Manche entre Nantes et Kinsale, la bonne échappée dans la première nuit de l'étape vers la Baie de Morlaix, et un matelas solide qu'il a pourtant faillit voir filer dans la 3e étape lors d'un moment qui restera sans aucun doute dans l'Histoire de la Solitaire. Malgré sa longueur (4h environ) le Film « Les évadés d'Aurigny » aura rencontré un franc succès populaire, au détriment tout de même de certains de ses acteurs. Après le passage des trois premiers, Alexis Loison (Région Normandie), Gildas Mahé (Breizh Cola / Equithé) et Anthony Marchand (Groupe Royer - Secours Populaire), le tapis roulant s'est mis en route, juste devant l'étrave de Yoann Richomme et de Tom Laperche, qui ont vu, impuissant, s'envoler inexorablement leurs camarades alors qu'ils restaient enchaînes dans la « prison d'Aurigny » et ses courants implacables. 400 milles plus loin, Anthony Marchand sortait vainqueur de cette étape complètement folle, avec une avance improbale de près de 8 heures sur le 4e, Martin Le Pape (Skipper Macif 2017).

 

Meilleurs seconds rôles : Prime à l'expérience

Grands acteurs de cette 3e étape dont on reparlera sans doute encore longtemps sur les pontons de La Solitaire, Alexis Loison, Gildas Mahé et Anthony Marchand aurait sans doute formé le podium final si la course n'avait pas été presque aussi folle sur l'étape entre Nantes et Kinsale et sur la boucle autour de la Baie de Morlaix. Des « étapes à dégâts » qui font que seuls deux d'entre eux montent sur le podium final, car paradoxalement, à la fin de ces étapes aux écarts énormes la dernière place sur le podium ne s'est jouée qu'à 3 minutes près ! Si Gildas Mahé, solide second, aura fait parler la poudre sans fléchir après une première étape ratée, la dernière place sur la boite est revenu d'un rien à Anthony Marchand, au détriment d'un Corentin Douguet (NF Habitat), bien malheureux mais impressionnant de résilience tout au long de la course. Coups de chapeaux également à Adrien Hardy qui du bas de son petit budget a remporté la deuxième étape, sa 5e en 9 Solitaire, et à Eric Péron (French Touch) qui lui a gouté pour la première fois à la victoire sur la 4e et dernière étape !  Bravo également à Michel Desjoyeaux (Lumibird), 12e au général et 1er des « Papys Flingueurs », qui aura été impressionnant lors des étapes en « rase-cailloux ».

 

Meilleur espoir : Benjamin Schwartz

Les jeunes loups de cette 50e Solitaire URGO Le Figaro auront également été les grands acteurs d'une édition pourtant usante physiquement et mentalement. Dès la première étape, Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) a créé  la sensation en prenant la 2e place du haut de ses 20 ans. Un podium pour un bizuth pour sa première étape sur la Solitaire c'était tout simplement du jamais vu. 11e au classement général final il laisse pourtant le titre de meilleur bizuth à Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) qui s'octroie une fantastique 6e place au général. Un exploit quand on sait que sa course aurait pu s'arrêter lors des premiers milles de la 2e étape où une collision l'a contraint à l'abandon. « Redressé » par le Jury et costaud dans les étapes « à écarts » il signe une des meilleures performances historique pour un bizuth et s'installe solidement à la deuxième place du Championnat de France Elite de Course au Large après 3 épreuves.

 

Meilleur actrice : Justine Mettraux / Meilleur Film Etranger : Alan Roberts

Elles étaient 5 au départ à Nantes et c'est la plus expérimentée d'entre elles qui a pris la meilleure place au classement final. La Suissesse Justine Mettraux (Teamwork) aura fait preuve d'une belle constance sur les 4 étapes pour aller chercher la 18e place final, entouré de quelques cadors du circuit comme Yann Eliès (16e), Xavier Macaire (17e), Jérémie Beyou (19e) ou encore Fabien Delahaye (20e). L'autre grande animatrice de cette édition, Clarisse Crémer (Everial), 29e au final, a prouvé sur de nombreuses séquences qu'elle apprenait vite et bien. On est impatient de la voir à l'œuvre sur son IMOCA Banque Populaire, qui a été remis à l'eau il y a quelques jours ! Du côté du contingent étranger, encore très important cette année, c'est Alan Roberts (Seacat Services) avec sa 15e place, qui se classe le plus haut, devant Justine Mettraux (18e) et Will Harris (Hive Energy).

 

Le top10 de la Solitaire URGO Le Figaro :

1. Yoann Richomme en 14 jours 2 h 20'31''

2. Gildas Mahé à 1 h 13'38''

3. Anthony Marchand à 2 h 28'4''

4. Corentin Douguet à 2 h 31'59''

5. Alexis Loison à 2 h 45'28''

6. (1er bizuth). Benjamin Sschwartz à 2 h 58'11''

7. Adrien Hardy à 3 h 2'37''

8. Eric Péron à 3 h 49'45''

9. Pierre Leboucher à 4 h 2'54''

10. Armel Le Cléac'h à 4 h 20'15''11

 

Le top 10 de la 4e étape :

1. Eric Péron (French Touch) arrivé à 12 h 14'49'', en 3 jours 19 h 59'49''

2. Armel Le Cléach (Banque Populaire) à 38'' du premier

3. Corentin Douguet (NF Habitat) à 3'49''

4. Yoann Richomme (Hellowork-Groupe Télégramme) à 7'8''

5. Gildas Mahé (Breizh Cola - EquiThé) à 9'32'';

6. Jérémie Beyou (Charal) à 12'14''

7. Fabien Delahaye (Loubsol) à 12'33''

8. Morgan Lagravière (Voile d'Engagement) à 13'16''

9. Anthony Marchand (Groupe Royer - Secours Populaire) à 13'40''

10. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) à 14'9''

 

Ils ont dit :

 

Eric Péron (French Touch), vainqueur de la 4e étape :

« C'était long et je suis super content parce que je suis vraiment allé la chercher. Il fallait ça pour bien finir sur cette Solitaire. C'était dur nerveusement mais je suis resté calme lorsque j'ai perdu toute mon avance et petit à petit, c'est revenu, je croise juste devant Armel (Le Cléac'h). Je suis super fier après cette première victoire étape. On a eu toutes les conditions avec du petit temps, du vent soutenu, il fallait enchaîner en permanence avec une situation météo assez incompréhensible. »

 

Yoann Richomme (Hellowork-Groupe Télégramme), quatrième à Dieppe, vainqueur de la 50ème Solitaire URGO Le Figaro.

«  J'ai navigué détendu toute l'étape et du coup, j'ai pris beaucoup de plaisir. C'était presque la seule véritable étape typique de Figaro avec une flotte très groupée, des changements de leader tout le temps et j'avais vraiment à cœur de faire bien sur celle-ci pour prouver que je méritais cette Solitaire.

Quand je suis parti l'autre soir avec « Rico » (Eric Péron) à la côte de l'île de Wight, je me suis dit, « là, t'as tout mis dans la balance, si tu te rates, tu prends deux heures et c'est fini ». Et à la fois, j'avais envie de naviguer comme j'aime le faire et de me permettre des coups. Au final, le scénario s'est déroulé tout seul. Je savais qu'il y avait du courant à la côte mais je ne voulais pas rester au Sud dans la molle. Au final, on fait une belle visite de la pointe Sainte Catherine, c'était magnifique !

La première fois que j'ai gagné en 2016, on s'était tiré la bourre toute la saison avec Charlie, c'était différent. Cette année, le plateau est plus relevé, l'équation était plus compliquée pour moi et cette victoire a une saveur différente. A la fois, j'ai mis trois ans à réaliser que j'ai gagné la première, donc me voilà reparti sur trois ans »

 

Benjamin Schwartz (Action contre la faim), seizième à Dieppe, sixième et premier bizuth au classement général
« Je suis arrivé avec beaucoup de stress, j'avais envie de bien faire. Il a fallu gérer. Quand Francis égraine le classement et qu'on est 35ème, il faut arriver à rester calme. C'est dur parce que t'es tout seul et quand tu t'énerves, tu n'as personne pour te calmer et te consoler. Dans les orages, la deuxième nuit, ça a été très dur et Justine qui n'était pas très loin a dû m'entendre ! Quand tu fais un bon coup bien sûr, c'est une satisfaction, une fois que c'est terminé. La nuit dernière, je me suis fait violence pour ne pas dormir et raccrocher le bon paquet. Je savais que la Solitaire serait dure physiquement, mais le pire, c'est le mental. Cette étape a été la plus exigeante pour le sommeil. Ce qui fait la différence, c'est le mental. C'est un aspect sur lequel il faut arriver extrêmement solide sur la Solitaire. »

 

Par : FFVoile - T.Tiberghien


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :