Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Gwénolé Gahinet et Paul Meilhat, sur

[Habitable]  - le 29/04/2014

[Habitable]

Grand soleil et chaude ambiance hier après-midi sur l'île de Saint-Barthélémy, lorsque Gwénolé Gahinet et Paul Meilhat, à bord de leur "Safran-Guy Cotten", ont coupé la ligne d'arrivée en 22 jours 6 heures, 17 minutes et 59 secondes, remportant ainsi la 12e édition de cette course partie le 6 avril dernier de Concarneau. « a s'est joué à pas grand-chose », rappelait justement Gwénolé Gahinet, content d'avoir choisi le bon équipier pour sa première transat. A chaque fois, ce sont des petits décalages, des petites différences de vitesse, mais nous nous sommes bien battus, je pense qu'on la mérite cette victoire ».

Un duel à couteaux tirés avec Macif
Fabien Delahaye et Yoann Richomme (Skipper Macif), pointaient à moins de dix milles nautiques depuis deux jours. Ils termineront finalement à un peu plus d'une heure (1 heure, 6 minutes et 53 secondes). Une navigation à vue, donc, entre des skippers qui se connaissent : Paul Meilhat et Fabien Delahaye avaient fait équipe ensemble lors de la dernière édition de la Transat AG2R, il y a deux ans. « C'est une belle deuxième place, on aurait bien signé pour ça au départ. Il y avait un super plateau, nous nous sommes battus à fond, mais on a trouvé meilleur que nous. Félicitation à eux, mais nous ne regrettons pas cette belle deuxième place ».

Une fin digne d'un match race
Si l'affaire était pliée pour les deux premières places, l'issue pour la troisième restait des plus incertaines. Jusque dans les derniers instants de la course, 30 Corsaires de Alexia Barrier et Laurent Pellecuer (vainqueur en 2008), et la Cornouaille de Roland Jourdain (vainqueur en 1994) et Martin Le Pape, séparés d'un mille, se sont livrés une jolie bataille navale.
Au final, 1h 36 min et 57 s après les vainqueurs, les deux bateaux franchissaient, avec des airs de régate olympiques, la ligne d'arrivée avec 87 secondes d'écart. Une performance qui rappelle l'arrivée de l'édition 1994 quand Jean Le Cam et Roland Jourdain devançaient de 63 secondes le duo Bertrand De Broc - Marc Guillemot.
« Moi je repars demain ! » voilà les mots de Martin le Pape, membre du dispositif France Jeunes Inshore. « J'ai beaucoup appris. Nous sommes un peu frustrés du résultat, mais quand même très contents. Sur l'eau, tous les jours, on se disait c'est génial ! Les levers et les couchers de soleil… Il y a tellement eu de moments fabuleux. Parfois, on en bavait, mais le lendemain avec 10 mn de glisse au portant, ça faisait tout oublier. Pour ma première transat, c'est génial. J'espère que c'est le début d'une longue carrière professionnelle, car j'ai envie de me battre pour réussir dans ce milieu de la course au large ».

Un coup raté
Cette transat AG2R-La Mondial retiendra aussi l'histoire incroyable de ces trois anciens vainqueurs (Michel Desjoyeaux en 1992, Jean Le Cam en 1994 et Kito de Pavant en 2006) qui, sûrs de leur coup, prirent une option nord perdante à la sortie des îles Canaries. « Nous avons joué, nous avons perdu. Nous ne pouvons pas gagner à tous les coups. Nous sommes en train de nous bagarrer avec nos deux compères nordistes. Nous sommes contents de ce que nous avons fait depuis 24 heures. Maintenant il faut attendre de voir ce qu'il se passera sur la piste », expliquait Michel Desjoyeaux, dimanche 27 avril.

Toutes les infos sur le site de la transat : http://transat.ag2rlamondiale.fr

 

Par : Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :