Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

DERNIERE LIGNE DROITE EN VUE DES JO

[Equipe de France]  - le 28/07/2011

[Equipe de France]

Avec le Test Event qui aura lieu du 30 juillet au 13 août, on entre de plein pieds dans la dernière ligne droite vers les Jeux Olympiques. Cette épreuve se dispute sur le même plan d'eau que la grande échéance olympique et ce, quasiment à la même période. A la différence de la Skandia Sail for Gold Regatta, étape britannique de la Coupe du Monde ISAF, qui se déroule également sur le plan d'eau de Weymouth, le Test Event présente un format plus proche de celui des JO.

En effet, chaque nation ne peut présenter qu'un seul équipage. Les flottes sont donc plus réduites et identiques tout au long de la régate (il n'y a pas de période de qualification entre plusieurs groupes). L'ambiance sur l'eau est également différente. Le niveau est particulièrement relevé et la concurrence très rude. Le format des JO rend également les concurrents plus "agressifs", c'est souvent le sentiment que retiennent les équipages qui découvrent pour la première fois les Jeux Olympiques.
Un univers plus impitoyable en quelque sorte où il n'y a plus d'amis qui tiennent dans la flotte. Le Test Event est donc bien une répétition générale : pour les coureurs bien sûr mais aussi pour l'organisation qui se teste en grandeur nature à un an du rendez-vous olympique. Si elle ne constitue pas un sésame en vue des JO, on comprend néanmoins bien tout l'intérêt que représente la sélection pour le Test Event. Nul ne doute que les dix équipages retenus par Philippe Gouard auront à cœur d'en profiter pour accumuler de l'expérience et obtenir les meilleurs résultats possibles, l'épreuve étant elle-même une des régates choisies par le DTN pour effectuer sa sélection en vue des JO. Les medal races se disputeront du 11 au 13 août.

Interview Manu Dyen, 49er avec Stéphane Christidis :
« Nous naviguons sur Marseille depuis début juillet. Au début la reprise a été douce et là, nous venons de naviguer dans des conditions plus musclées. C'est super car je n'ai pas de séquelles de ma blessure et je n'ai aucune appréhension ! Tous mes réflexes sont revenus. C'est vrai que j'ai 10 ans de pratique désormais derrière moi et que même après trois mois d'arrêt, cela revient vite. J'ai observé la concurrence pendant mon arrêt et c'est sans doute la pression des sélections mais j'ai constaté des erreurs inhabituelles chez les uns et les autres. Surtout en début d'épreuve.
L'Australien Outteridge est lui assuré d'aller aux JO et il court sans pression ce qui l'avantage. Avec Stéphane, nous partons sans complexe vis-à-vis de lui : on se dit qu'il est peut-être en forme trop tôt (rire). Stéphane m'a d'ailleurs dit que si nous avions disputé ensemble la Sail for Gold, nous aurions peut-être grappillé quelques points supplémentaires qui nous auraient permis de l'inquiéter. Nous espérons faire le meilleur résultat possible même si je dois quand même gérer trois mois d'interruption. Nous allons faire comme d'habitude : s'appliquer tous les jours, faire au mieux et on verra le résultat ensuite.
J'ai un petit peu de stress mais il est positif et je suis sûr que dès la première ligne de départ franchie, il sera oublié. C'est vrai que c'est différent de courir avec un seul équipage par nation. Car du coup on navigue dans une seule flotte pendant 6 jours avec les meilleurs tout de suite autour de toi. C'est plus ramassé » ».   

Interview de Claire Leroy, Match Race :
« Nous sommes motivées. Depuis le mois de juin, nous avons revu notre organisation à bord et nous continuons à bien nous préparer. Nous venons de faire une semaine d'entraînement avec les garçons. Nous partons à Weymouth avec l'envie d'y aller pour gagner. Il n'y a qu'un seul représentant par nation, nous serons donc moins nombreuses sur le plan d'eau. On revient ainsi à un format plus classique du match racing, différent des épreuves de coupe du monde. Nous allons pouvoir monter en puissance sur la première partie pour être prêtes pour les quarts et les demi-finales. Le Test Event est vraiment la première répétition d'une régate comme les JO. »

Interview de Julien Bontemps, RS:X :
« Je me sens bien. J'ai fait pas mal de stages depuis le printemps sur le site des JO, notamment deux en juillet. En fait, j'ai alterné une semaine chez moi et une semaine à Weymouth. L'idée c'était de trouver les spécificités du plan d'eau, de travailler point par point la technique et la préparation du matériel pour être prêt pour le Test Event. Il y a forcément plus de responsabilité car il n'y a qu'un seul représentant par nation mais c'est très enrichissant d'un point de vue personnel. La concurrence est plus rude mais j'y suis habitué et c'est aussi pour ça que j'ai choisi de continuer après Pékin, pour revivre ses instants. Je considère que c'est une chance et j'espère que cela va bien se passer. »

Interview de Guillaume Florent, Star avec Pascal Rambeau :
« Nous nous sommes préparés par une grosse session d'entraînement en juillet au rythme de deux sessions par jour et avons travaillé tous les aspects techniques. Nous sommes dans l'état d'esprit de faire le mieux possible sur ce Test Event. Nous aimerions bien une place dans les trois premiers.  C'est une épreuve qui servira à tirer des enseignements pour l'année prochaine car c'est une régate au format très proche de celui des JO. »

Interview de Charline Picon, RS:X :
« J'ai fait un stage fin juin à Weymouth sur le plan d'eau des jeux. J'ai navigué sur le rond des medal races ce que je n'avais jamais fait. Cela m'a permis de prendre quelques repères. Ensuite, comme  j'ai choisi de ne pas trop faire de déplacement, je suis restée à La Rochelle où j'ai fait de la préparation physique puis une semaine de stage sur l'île de Ré. Les conditions étaient assez ventées. J'en ai profité pour choisir et tester du matériel. C'est mon premier Test Event. Ce sera bizarre d'être toute seule au début car habituellement, la phase avant la régate,  je me prépare et je navigue avec  mes collègues de l'équipe de France, Marine et Eugénie. Pour moi, c'est vraiment une régate test car c'est une épreuve semblable aux JO. Je vais pouvoir voir comment ça se passe sur une petite flotte et prendre un maximum de repères pour l'année prochaine. Comme j'ai plutôt bien marché cette saison, mon objectif est clairement de faire un podium. »

Interview de Pierre Leboucher, 470 avec Vincent Garos :
« Nous sommes bien. Nous nous préparons pour être présents sur le Test Event et allons essayer de naviguer comme nous l'avons fait jusqu'ici. Nous avons gagné les deux dernières épreuves auxquelles nous avons participé, nous pouvons donc faire un bon Test Event. Le fait d'être moins nombreux va nous permettre de voir comment la flotte navigue et se comporte sur le plan d'eau des JO. Le niveau va être très relevé. Notre ambition première est bien sûr de gagner mais c'est toujours très difficile. Nous verrons bien. Un podium sera aussi un bon résultat; »

Les athlètes sélectionnés pour le Test Event 2011:

Série RSX Hommes (PAV): Julien Bontemps (ASPTT Nantes)
Série RSX Femmes (PAV): Charline Picon (Palmyr Atlantic Voile)
Série Laser Radial (Femmes) : Sophie de Turckheim  (YC Antibes - Equipe de France Militaire)
Série Laser Standard (Hommes) : Jean-Baptiste Bernaz (CN Sainte Maxime)
Série Finn : Jonathan Lobert (SNO Nantes - Equipe de France Militaire)
Série 470 Femmes : Camille Lecointre (SR Brest-Equipe de France Militaire) et Mathilde Géron (CN Plérin - Equipe de France Militaire)
Série 470 Hommes : Pierre Leboucher (ASPTT Nantes) et Vincent Garos (SNO Nantes)
Série 49er : Emmanuel Dyen (CNV Aix Les Bains- Equipe de France Douane) et Stéphane Christidis (EV Cagnes sur Mer - Equipe de France Militaire)
Série Elliott : Claire Leroy (SN Saint Quay Portrieux), Marie Riou  (USAM Voile) et Claire Pruvot (SR Courseulles)
Série Star : Guillaume Florent (Gravelines GVLS) et Pascal Rambeau (ASPTT La Rochelle)

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :