Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Richard sur le fil

[Equipe de France de Match Racing]  - le 03/12/2010

[Equipe de France de Match Racing]

C'est un peu la finale avant l'heure qui s'est jouée en fin d'après midi, aujourd'hui, à Kuala Terrenganu. Mathieu Richard et Adam Minoprio ont beau être concurrents pour le sacre mondial, faire partie des meilleurs skippers de la planète, ils sont tous deux passés à côté de leurs qualifications, et ils sont deux à se disputer une unique place en quart de finale. Hasard du programme, la rencontre des deux leaders est programmée pour la fin de la journée et tout le monde, depuis hier, ne parle que de ce « flight 15 » qui verra l'élimination du perdant. Après une journée interminable, interrompue plusieurs heures par l'appel à la prière du muezzin puis par le vent instable, le départ est lancé et c'est le néo-zélandais qui prend l'avantage dès les premières secondes. Il part non seulement devant mais parvient en plus à infliger une pénalité aux tricolores qui devront s'affranchir d'un tour sur eux mêmes avant la fin de la régate. « Le départ a été terrible pour nous » explique Mathieu à l'issue de sa journée devant une salle de presse bourrée à craquer. Pourtant, cette situation compliquée se retourne rapidement à l'avantage des Bleus qui profitent de la gauche du plan d'eau que Minoprio a délaissé. « Nous n'avons jamais lâché et nous avons réussi à revenir dans le match, à les dépasser et à creuser l'écart » témoigne le skipper qui, au fil des trois tours n'a jamais cessé de distancer son concurrent jusqu'à lui mettre près de deux minutes dans la vue. Sur la ligne d'arrivée, un équipier lâche un cri de soulagement audible de la terre et à la hauteur de l'enjeu. Non seulement l'équipage redresse une situation mal engagée mais il met à mort, du même coup, son plus sérieux concurrent dans la course au titre : le kiwi Adam Minoprio.

Pour la première fois depuis le début de la compétition, Mathieu desserre les mâchoires et a une bonne raison de se dire « content » même s'il ne s'est offert qu'une « petite heure » d'euphorie. La concentration a en effet vite repris le dessus chez celui qui se prépare pour les quarts de finale. Il ne sait pas encore quel adversaire le choisira même si Ben Ainslie, 2ème du classement général a quelques raisons objectives de choisir une rencontre avec le Français. Mathieu possède en effet un tel avantage que son concurrent direct a tout intérêt à lui couper la route avant la finale. Richard se prépare à l'éventualité de rencontrer dès demain le Britannique, triple champion olympique et véritable monument de la voile internationale. Il en faudrait cependant plus pour impressionner le Nantais. Les deux hommes se sont déjà mesurés à trois reprises cette année et par deux fois, la rencontre a tourné à l'avantage de Mathieu.

C'est demain que se dérouleront les quarts de finale. Les compteurs sont maintenant remis à zéro, de quoi permettre à Richard et ses hommes de repartir à la conquète d'un titre dont ils n'ont jamais été aussi près.

Interview de Mathieu Richard :

« On ressent un certain soulagement parce que c'était serré. Nous sommes très très contents bien sûr mais il ne faut pas être trop euphorique. Il faut maintenant se re-concentrer sur les quarts assez rapidement. On savoure pendant une petite heure mais dès ce soir, on va se préparer pour la suite.

A propos du match face à Minoprio :

C'était une très mauvaise situation. Même sur le match précédent, face à Robertson, nous étions derrière et nous devions gagner le match. Contre Adams, c'était encore une situation qu'il fallait gagner et le départ a été terrible pour nous. Adam a réalisé un super travail en mettant le spi avant le départ ce qui lui a permis de prendre de la vitesse. Nous n'avons jamais lâché et nous avons réussi à revenir dans le match, à les dépasser et à creuser l'écart.

A propos de la suite :

Nous avons du nous battre pendant trois jours. Nous n'avons jamais lâché et on a réussi à le faire ! Nous sommes très contents d'aller en quart pour continuer à jouer le championnat mais il reste beaucoup à faire pendant les deux prochains jours. Ainslie est excellent mais cette année, nous l'avons battu deux fois et il nous a battus une fois donc le bilan est plutôt à notre avantage même s'il reste un adversaire redoutable. Passer en quarts, c'est bien mais ça ne suffit pas pour être champion du monde ! »

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :