Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Solitaire de Figaro 2021 - Etape 3 : Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) double la mise au bout de l'effort

[Habitable]  - le 09/09/2021

[Habitable]

Au terme d'une folle épopée de 624 milles, entre Fécamp et la Baie de Morlaix, le long des côtes anglaises, le Skipper Macif 2019, Pierre Quiroga, s'impose devant Alexis Loison (Région Normandie) et Alan Roberts (Seacat Services).


La fin de course, ce jeudi, aura été à l'image de cette étape : incertaine jusqu'au dernier moment, pavée de pièges, de vents qui se dérobent, de courants piégeux… Une partie de la flotte est d'ailleurs restée complètement scotchée devant l'île de Batz à à peine 2 milles de la ligne d'arrivée ! Cette dernière nuit a paru interminable à beaucoup de marins, interminable et usante parce qu'imprévisible. Fabien Delahaye (Groupe Gilbert) en témoigne : "Le vent a toujours été à côté des prévisions, la tendance générale était bonne mais il y avait toujours des trucs qui sortaient de nulle part". Gildas Mahé (Breizh Cola) se souviendra, lui, "d'une histoire sans fin, rebondissements après rebondissements, je n'ai jamais vu autant de brume de ma vie. Sur cette étape, on aurait dit un scénario digne d'une légende celte : le passage du monde des vivants au monde des morts, ça ressemblait un peu à ça ". Elodie Bonafous a, elle, l'impression d'avoir "vécu une Solitaire du Figaro complète, en une seule étape". Corentin Horeau ( Mutuelle Bleue pour l'Institut Curie) craque en posant le pied sur le ponton. L'émotion est trop forte : "Elle m'a tué cette étape !"


Victoire au panache 

La victoire de Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) est d'autant plus belle que la course aura été disputée. Son talent est unanimement salué par ses coreligionnaires : "Pierre est impressionnant, il domine cette 52e édition de la tête et des épaules" apprécie Gildas Mahé (Breizh Cola). Pierre, lui, savoure sa deuxième victoire d'étape : "C'était une étape de dingue.  Quand tu es sur un petit nuage comme ça, c'est magique : tu vires de bord, ça prend l'angle dont tu avais envie, tu jibes, c'est au bon moment. La passage de la bouée "spectacle" à Fécamp était à l'image de cette étape : j'ai viré, j'étais layline ! Dans chaque victoire,  il y a un peu de calcul, un peu de feeling et un peu de chance. Physiquement j'ai trouvé l'étape moins engagée que la deuxième. En revanche, il fallait être patient, et être clair en termes de stratégie, ce qui n'a pas été facile car tous les gribs [ les fichiers de routage météo prévisionnels - ndrl] sont partis à la poubelle, très vite. C'était compliqué de savoir ce qu'il allait se passer. La manche, Pierre Quiroga la gagne aussi grâce à ce tempérament d'attaquant qui le caractérise : "Oui je suis comme ça ! C'est important d'arriver à rester soi-même, même avec la pression." 

Second à 8 minutes et 4 secondes du sudiste, Alexis Loison ( Région Normandie) savoure cette place qu'il a défendu bec et ongles : "J'y ai cru plein de fois sur cette étape, j'ai eu plusieurs passages en tête, au moins dans le paquet et puis chaque fois ça a recommencé à zéro. J'ai aussi eu un peu peur des bateaux partis à terre, surtout quand j'ai vu le vent rentrer, d'autant qu'on ne les avait pas en visu avec la brume. Finalement ça a été la bagarre jusqu'au bout avec Pierre (Quiroga) qui, malgré tout, a toujours eu son petit matelas d'avance…" Alan Roberts, skipper anglais (Seacat Services) nous avait confié son envie de bien faire sur cette étape disputée dans son jardin d'enfant. Il signe sa meilleure performance depuis le début de la course en montant sur la troisième marche du podium : "C'était une étape d'enfer. Depuis Saint Gowan, je sais que j'ai un petit quelque chose en plus, un angle de vent particulier où je peux naviguer plus vite que la flotte. Je n'en dis pas plus, c'est top secret. Je suis très heureux d'être sur le podium. C'était mon objectif. Les deux premières étapes n'étaient pas bonnes. J'espère que c'est le début d'une bonne deuxième moitié de course." Cet excellent résultat lui permet également de remporter, sur cette troisième étape, le Trophée Vivi - qui récompense le meilleur skipper étranger.

Quand le malheur des uns….

Gaston Morvan - (Bretagne CMB Espoir) - 9e de l'étape et 1er Bizuth Décidément, ce garçon force le respect : lui qui participe à sa première Solitaire du Figaro entre une nouvelle fois dans le top 10 de cette course de légende. Régulier, après être arrivé 8e à Lorient et 5e à Fécamp, il s'adjuge ici la 9e place du classement de l'étape et la 1e place de bizuth. Cette place, il la doit, aussi, à un malheureux coup du sort. Pointée à la cinquième position au passage de la dernière marque de parcours située à un petit mille de la ligne d'arrivée, Charlotte Yven (Team Vendée Formation) s'est en effet échouée sur un caillou. Les premiers mots de Gaston Morvan ont été pour elle : "Charlotte ne méritait pas ça. Je gagne le classement bizuth de cette étape, mais pas dans les conditions que j'espérais. J'espère qu'elle repartira et qu'elle gagnera la prochaine, qu'elle fera aussi bien à l'étape suivante. Sur cette étape, j'ai fait des bons coups, j'étais dans le match. Je n'ai pas beaucoup dormi, par tranches de petites siestes de 10 minutes, je ne sais pas comment je tiens encore debout. Je progresse encore dans ma navigation. J'ai encore trouvé des petits trucs qui me permettent de progresser." Gaston Morvan a rapidement rejoint Charlotte pour partager avec elle la bouteille de champagne offerte au premier bizuth de l'étape : un moment d'émotion incroyable sur les pontons du port du Bloscon, à Roscoff.


Toutes les infos pratiques sur le site internet : www.lasolitaire.com

 

Par : Mille & Une Vague


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :