Menu   Espace Licencié   Outils Gestion Club   Boutique Clubs

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Tour de Belle-Ile : le quadruplé pour Sensation Océan !

[Habitable]  - le 20/05/2019

[Habitable]

Le Tour de Belle-Ile 2019 aura une nouvelle fois offert un spectacle magnifique en baie de Quiberon ! 366 bateaux ont pris le départ samedi matin, au large de La Trinité-sur-Mer, d'une 11e édition remportée, moins de cinq heures plus tard, par deux très beaux vainqueurs, le trimaran Orma Sensation Océan d'Alain Gautier, qui s'impose pour la quatrième fois sur le Grand Tour, et l'ETF 26 L'Occitane (Vincent Barnaud), impressionnant sur le P'tit Tour.

 

Comme l'année dernière, c'est dans des très petits airs, environ 3 nœuds de nord, qu'a été donné samedi à 10h le départ de la 11e édition du Tour de Belle-Ile, mais sous un grand soleil et au portant, ce qui a offert un spectacle nautique de toute beauté, avec à droite de la ligne et du bateau comité, le navire-école de la Marine Nationale Le Lynx, les multicoques, à gauche, une impressionnante flottille de monocoques, spis multicolores déployés.

 

Très vite, les premiers ont réussi à s'extirper de la Baie de Quiberon, même si, profitant du petit temps de la première heure de course, c'est un monocoque, en l'occurrence le Mach 45 Cartouche (Nicolas Groleau) qui a franchi devant les autres le phare de la Teignouse. Les grands trimarans ont ensuite pris le pouvoir et notamment un des plus fidèles du Tour de Belle-Ile, Sensation Océan (Alain Gautier), parvenu au bout de deux heures à passer en tête la pointe des Poulains devant Idec Sport (Francis Joyon) et Actual Leader (Yves Le Blévec). « On a réussi à glisser avant la Teignouse, ça nous a mis dans une position plus favorable pour la suite, parce que plus on était devant, plus on creusait, racontera après-coup Alain Gautier. Par contre, de l'autre côté de Belle-Ile, c'était un peu l'inverse : quand on était devant, on se faisait rattraper parce que ça mollissait. Du coup, Idec Sport, sous gennaker, est revenu très près juste avant Kerdonis, Actual aussi. Heureusement, on a réussi à garder le petit matelas d'avance qui nous a permis de redémarrer en premier. »

 

Et de s'imposer sur ce Grand Tour de 42 milles, après 4 heures 53 minutes et 44 secondes d'une belle régate, soit la quatrième victoire (le record de l'épreuve), la troisième consécutive pour ce trimaran Orma de 60 pieds à la riche histoire, plan VPLP mis à l'eau en… 2002 ! « C'est sûr qu'Alain a un bateau fait pour le format du Tour de Belle-Ile. Nous, c'est plus un bateau format tour du monde », sourira, beau joueur, Francis Joyon une fois revenu au Môle Caradec, après avoir pris la deuxième place, à seulement 2 minutes et 51 secondes du vainqueur, Actual Leader complétant le podium 4 minutes et 1 seconde après Idec Sport.

 

Mais le premier à avoir coupé la ligne d'arrivée de ce Tour de Belle-Ile après 4 heures 34 minutes et 40 secondes - et c'est une première dans l'histoire de la course - est un concurrent du P'tit Tour (parcours de 37 milles qui longe Belle-Ile par le sud là où ceux du Grand Tour la contournent par le nord), à savoir l'ETF 26 (ex Easy to Fly) L'Occitane, habituellement mené par le vainqueur de la dernière Route du Rhum en Multi50, Armel Tripon, qui avait laissé pour l'occasion les commandes de ce catamaran volant de 26 pieds à l'un de ses fidèles, Vincent Barnaud, accompagné de l'expérimenté Matthieu Souben à la barre et de Matéo Lavauzelle. Portés par une belle brise d'ouest, les trois hommes auront franchi la ligne à plus de 20 nœuds, en appui sur leur foil tribord, une des nombreuses images marquantes de ce Tour de Belle-Ile 2019.


Tout comme celle du grand sourire de Romain Attanasio, vainqueur du Prix Michel Malinovsky, qui récompense le premier monocoque, en l'occurrence son 60 pieds Imoca Pure, arrivé à 16h38'29, succédant ainsi à sa compagne Samantha Davies, lauréate de ce Prix en 2018. Des sourires, il y en a eu beaucoup sur cette 11e édition, qui comme les dix précédentes, aura réuni dans une ambiance conviviale et autour d'une même passion pour la voile et la régate professionnels de la course au large sur des bêtes de course dernier cri et simples plaisanciers venus prendre du bon temps l'espace d'une journée pas comme les autres…

 

Les réactions :

 

Alain Gautier (Sensation Océan, vainqueur du Grand Tour) : « Ce Tour de Belle-Ile 2019 était un bon cru, même si on savait dès hier que le record serait imbattable, parce que la météo ne serait pas favorable, mais l'important était d'arriver premier. Ca n'a pas toujours été simple, mais l'équipage a été impeccable dans les manœuvres, je pense qu'ils auront des courbatures demain ! Dans le petit temps, on sait que Sensation Océan, avec ses 18 mètres de long et un mât quasiment aussi haut que celui des Ultim, est très agile, on gagne clairement dans ce genre de conditions. C'est le bateau parfait pour le Tour de Belle-Ile, parce qu'on a aussi couru des éditions dans la brise et ça s'est aussi très bien passé. »

 

Francis Joyon (Idec Sport, 2e du Grand Tour) : « C'était un Tour de Belle-Ile dynamique. Moi, j'ai surtout barré, mais les garçons ont énormément manœuvré, roulé le gennaker, déroulé le J1, empanné, viré, on a beaucoup joué avec Actual Leader et avec le bateau d'Alain Gautier, avec des contacts assez proches. On gardait espoir jusqu'à la fin de rattraper Alain mais c'est sûr qu'il a un bateau au format du Tour de Belle-Ile. Nous, c'est plus un bateau format tour du monde ! Mais c'était très sympa de régater contre Actual et Sensation Océan. »

 

Yves Le Blévec (Actual Leader, 3e du Grand Tour) : « Cette première course sur Actual Leader était intéressante, avec des conditions variées, l'équipage a beaucoup bossé, on n'a pas ménagé notre peine. Je trouve que pour un bateau mis à l'eau il y a cinq jours, c'était bien, on a bien marché, on a été vite, on s'est pas mal bagarrés avec Idec Sport qui était un peu devant nous, mais jamais très loin. Jusqu'au dernier moment, il ne fallait rien lâcher. »

 

Matthieu Souben (L'Occitane, vainqueur du P'tit Tour) : « C'était super sympa, on est partis dans du vent un peu faible au début, on s'est dit qu'on allait mettre beaucoup de temps, mais on avait la chance d'avoir un bateau plutôt rapide dans les petits airs, et dès que le vent est rentré, on a réussi à s'extirper du paquet, à vite arriver sur Belle-Ile et le retour s'est fait rapidement quand on a pu voler. Au final, on met moins de cinq heures pour gagner. C'était un très beau moment, le Tour de Belle-Ile est une super manifestation, on s'est fait plaisir, à l'année prochaine ! »

 

Romain Attanasio (Pure, 7e du Grand Tour et 1er monocoque) : « C'était une journée magnifique, on n'a eu que du beau temps, un peu mou au départ, mais on a quand même réussi à avoir 3-4-5 nœuds pour sortir de la Baie, après le vent est rentré, on a envoyé le spi, on a tiré des bords le long de Belle-Ile, avant de finir au près sur un bord dans 15 nœuds de vent, le bateau à fond, c'était parfait ! Et à l'arrivée, il y a cette victoire en monocoque, tous les titres comptent, il a fallu se bagarrer pour l'obtenir, on est vraiment ravis. »

 

Toutes les infos : https://www.tourdebelleile.com

 

Par : Tour de Belle-Ile


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports