Menu Espace licencié Espace club Boutique clubs
Decouvrez les Ecoles Francaises de Voile Ecole Francaise de Voile efvoile.fr

 

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

L'Agenda

En ce moment

Prochainement

Dernièrement

  • Championnat de France Minimes
    Du 06/07/2018 au 12/07/2018
    C V MARTIGUES - ETANG DE BERRE [Web]
  • Tour des Ports de la Manche
    Du 07/07/2018 au 13/07/2018
    Y C GRANVILLE - GRANVILLE [Web]
  • Mondial J80
    Du 07/07/2018 au 14/07/2018
    SNSablais - Baie des Sables d'Olonne [Web]
  • Formula kite européen championship - Warnemunde F
    Du 08/07/2018 au 13/07/2018
    D.S.V. - WARNEMUENDE [Web]
  • Championnat de France Laser/Internationaux France
    Du 12/07/2018 au 15/07/2018
    C V HOURTIN MEDOC - LAC D' HOURTIN [Web]
  • Championnat de France 505
    Du 13/07/2018 au 15/07/2018
    SR S.P. QUIBERON - BAIE DE QUIBERON [Web]

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

> Actualités


Thomas Coville et Jean-Luc Nélias vainqueurs en Ultime de la Transat Jacques Vabre 2017 à bord du trimaran Sodebo Ultim' !

  - le 13/11/2017

Ce lundi 13 novembre, à 11h 42mn 27s, Thomas Coville et Jean Luc Nélias ont franchi la ligne d'arrivée de la 13e édition de la Transat Jacques Vabre en vainqueurs de la catégorie Ultimes. Le duo aura mis 7 jours 22h 7mn et 27s pour parcourir les 4 350 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 22,92 nœuds, mais il a réellement parcouru 4 742 milles à 24,94 nœuds. 

Face au trimaran à foils dernier-cri Maxi Edmond de Rothschild, cette Route du Café ne s'annonçait pas simple pour Sodebo Ultim'. « Ce sera la bataille de deux générations de trimarans » annonçait Thomas Coville au Havre. En position de chasseurs dans la Manche, le golfe de Gascogne et jusqu'après Les Canaries, Coville et Nélias prendront les commandes de ce duel atlantique le jeudi 9 novembre au matin par le travers de l'archipel du Cap Vert. Chassé, sérieusement menacé (moins de 2 milles d'écart samedi dernier dans le Pot au noir !) par le tandem Josse/Rouxel, Sodebo Ultim' a su parfaitement gérer les paramètres météo et jouer les meilleures trajectoires. C'est la victoire d'un bateau éprouvé et d'un équipage soudé qui clôture une année exceptionnelle pour le team Sodebo qui détient maintenant un nouveau record !

Ils ont dit :

Thomas Rouxel, co-skipper de Maxi Edmond de Rothschild

« C'était stressant, mais on s'est régalé, on a régaté au contact avec Sodebo, c'était génial. Cela reste du multicoque en double donc le niveau d'adrénaline est assez élevé. On est encore dopé, je me sens en forme mais cela va retomber. C'était une course intense. Clairement le fait de régater à moins de 50 milles de ton adversaire, ça m'éclate. Tu es tout le temps aux réglages, c'est super stimulant. »

Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim' (Ultime)

« En partant du Havre, on avait dit que ce serait un mano a mano. Dès la première nuit, on a vu que ça allait être super super chaud. On les a vu passer à notre vent, je peux vous dire que le Maxi Edmond de Rothschild qui déboite au vent à 40 nœuds, c'est super beau. Devant Guernesey, ils nous ont impressionnés parce que leur façon de naviguer voulait dire « on est là. » On s'est fait un peu distancer sur cette phase. »


Sébastien Josse, skipper de Maxi Edmond de Rothschild« Il faut saluer la stratégie de Thomas et Jean-Luc au large des Açores, ils ont protégé l'ouest, c'est ça le coup qu'il faut retenir. On aurait pu se recaler faire plein de chose pour contenir cette attaque. Etre à Bahia avec le bateau en un seul morceau et avoir joué tout le temps au contact, c'est déjà très bien. On est des compétiteurs, on aurait bien sûr préféré être deux heures devant que derrière ! »Jean-

Luc Nélias, co-skipper de Sodebo Ultim'« C'est le sport mécanique où il faut pousser pousser pousser. Le mec à coté il essaie de faire pareil. C'est comme le leader en montagne, tu ne sais jamais quand il va attaquer. On a passé notre temps à regarder derrière pour voir quand ils allaient revenir. C'est difficile à gérer au niveau tactique. Est ce qu'il faut protéger ou être agressif ? On a décidé d'être agressif parce que le bateau était robuste et fiabilisé. On a fait les trajectoires les plus tendues possibles pour ne pas lui laisser une miette. Il n'a pas molli. La nuit du départ à Guernesey, c'était dantesque, fallait vraiment s'accrocher pour pas se faire arracher par le bateau et là ils nous déboitent. Ils allaient très fort. »

Crédit photo : Damien MEYER / AFP

 

Par : Transat Jacques Vabre/ Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports