Menu Espace licencié Espace club
Decouvrez les Ecoles de Sport de la Voile Fédération Francaise de Voile FFVoile.fr

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

L'Agenda

En ce moment

Prochainement

Dernièrement

  • Trophée Ile Pelée - Chpt d'Europe Universitaire
    Du 11/10/2017 au 15/10/2017
    Y C CHERBOURG - RADE CHERBOURG [Web]
  • Marseille One Design
    Du 12/10/2017 au 15/10/2017
    SIRIUS EVENEMENTS - MARSEILLE [Web]
MDS, Assureur de la FFVoile et de ses licencies

> Actualités


Top départ de la Douarnenez Fastnet Solo

[FFVoile]  - le 18/09/2017

[FFVoile]

Dimanche, le départ de la dernière étape du Championnat de France de Course au Large a été donné.

La Douarnenez Fastnet Solo n'aura rien d'une sinécure et pourtant. Dans l'ensemble, les 19 solitaires engagés pour cette finale du Championnat de France Elite de Course au Large, partaient plutôt sereins. Ni la journée de mercredi et son cortège de vents forts aux allures de près, ni les rotations du vent qui semblent, selon les fichiers, s'ingénier à s'orienter pile dans le nez de la flotte ne semblaient les décourager. Tous avaient hâte d'être sur l'eau, d'en découdre une dernière fois.

Effets de côte et nuages

C'est à 16 heures pétantes que le comité de course libérait la meute des solitaires, toujours aussi combatifs sur la ligne de départ. D'emblée Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Alexis Loison (Custo Pol) prenaient le meilleur départ en milieu de ligne, tandis qu'un petit groupe composé de Tanguy Le Turquais (Nibelis), Nicolas Lunven (Generali), Xavier Macaire (Groupe SNEF) et Alan Roberts (Sea Cat Services) choisissaient le côté bâbord de la ligne dans l'optique d'aller chercher les effets de côte le long de l'île Tristan. Une option payante dans un premier temps, jusqu'à ce que sous un nuage, le vent ne rééquilibre les débats. A ce petit jeu, Xavier Macaire et Alan Roberts qui avaient été les plus radicaux dans leurs choix, payaient l'addition à la bouée de dégagement en enroulant la marque dans les derniers.

Passage à niveau

Alexis Loison, Adrien Hardy, Gildas Mahé (Les Perles de Saint-Barth), Tanguy Le Turquais, Damien Cloarec (Saferail), tel était l'ordre de passage à l'issue du parcours côtier devant la plage des Sables Blancs à Tréboul.  Dès lors, la flotte se divisait en deux groupes distincts, les leaders choisissant de rester le long des falaises du cap Sizun, quand un deuxième groupe tentait crânement sa chance en décidant de tirer des bords le long de la presqu'ile de Crozon. Le cap de la Chèvre sera donc le juge de paix de cette première escarmouche.

Pour autant, la hiérarchie établie au sortir de la baie de Douarnenez pourrait rapidement être mise à mal. La flotte devra en effet tout d'abord composer avec une bascule progressive des vents au secteur nord. Mais surtout, les concurrents devraient aborder le chenal du Four contre le courant et attendre la renverse aux alentours de 22 heures. Dans ce type de configuration, la tête de flotte devrait être la première à buter contre le jusant et on pourrait bien assister à un regroupement généralisé. De quoi pimenter le jeu avant d'aborder la traversée de la Manche.   

Ils ont dit :

Gildas Mahé (Les Perles de Saint-Barth)

« Je mesure ce que c'est de porter les couleurs de Saint-Barth dans les circonstances actuelles. J'avais le choix entre aller courir à Monaco et venir ici, je n'ai pas hésité longtemps. Le parcours va être intéressant : il va falloir composer avec des informations météo qui tendront à devenir moins précises après trois jours de course. Il va falloir être observateur, opportuniste au besoin, savoir bien mener son bateau sans casser. Bref, il va falloir être complet… comme d'habitude sur le circuit Figaro Bénéteau. »

Thierry Chabagny (Gedimat)

« Même si on a une idée assez précise de ce qui nous attend, j'ai rebranché mon poste BLU qui me permettra si besoin d'avoir des cartes météo par fax. On part en autonomie totale, mais pour le reste ça ressemble à une étape de la Solitaire du Figaro, même si le parcours risque d'être nettement plus long. On va faire comme d'habitude, regarder où sont les autres, nous adapter à ce qu'ils font. »

Nick Cherry (Redshift)

« Pour moi, cette course est un retour aux sources. J'ai beaucoup navigué en double en Grande-Bretagne, du coup je n'ai pas pu participer aux courses du circuit Figaro Bénéteau. Je pars un peu sans repère, je vais voir comment j'arrive à me positionner par rapport aux autres. C'est un retour dans le circuit, donc je n'attends pas de miracle. Il faut juste que j'essaye de naviguer proprement. »


Crédit photo: B. Geraud

 

Par : Douarnenez Fastnet Solo/ Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports