Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Les nouveaux enjeux de la voile légère : Interview de Jean-Pierre CHURET, Vice-Président de la FFVoile

[FFVoile]  - le 29/02/2016

[FFVoile]

Jean-Pierre Churet, Vice-Président de la FFVoile réponds à nos questions concernant les enjeux de développement de la voile légère et nous présente le premier Forum Test Bateaux Collectifs

Vous êtes à l'initiative d'un Forum Test Bateaux Collectifs organisé à Marseille du 17 au 19 mars 2016. Pourquoi avez-vous lancé cet événement ?

La pratique du Sport est en évolution constante, la voile n'échappe pas à ce phénomène. La constante dans les demandes réside dans un accès et une mise en œuvre facile, pour optimiser le temps de navigation et prendre du plaisir rapidement.  Dans cette optique, pour faire de la voile sportive, facilement, sans contrainte, avec sa famille, ses amis, ses collègues, le concept du BATEAU COLLECTIF s'impose naturellement. Les constructeurs l'ont  bien compris et plusieurs modèles intéressants existent aujourd'hui sur le marché. C'est pourquoi nous organisons ce FORUM TEST, au Stade Nautique Municipal du Roucas Blanc à Marseille du 17 au 19 mars 2016. Organisé par la FFVoile en partenariat avec la Ville de Marseille et les constructeurs, l'objectif est de permettre aux clubs, collectivités territoriales, grand public de venir participer en alternance à des tests de navigation sur les bateaux présentés et à des forums débats autour de la thématique du Sport en Club et des Bateaux Collectifs. Nous y évoquerons également de nouvelles approches pour les pratiquants que nous regroupons sous quatre appellations : Easy Sailing, Eco Sailing, Easy Racing, Eco Racing.

Comment ces nouvelles approches que vous évoquez s'intègrent-t-elles dans votre politique générale ?

Nous constatons que bon nombre de nos pratiquants, licenciés, jeunes et moins jeunes, ne se sentent pas concernés par un objectif sportif tel que la participation à un Championnat de France. Par contre la passion de la voile sportive est là. Ces indicateurs orientent notre réflexion vers une offre de pratique sportive différente. Il nous faut fidéliser nos pratiquants licenciés en étant attractif. Il nous faut aussi l'être vis-à-vis de nouveaux publics qui seront les futurs membres de nos Clubs. Le plaisir partagé entre amis, en famille, retient toute notre attention. Ce plaisir passe impérativement par un accès facile à l'activité au même titre qu'un sport en salle. Il nous faut éliminer les contraintes de stockage de matériel, d'entretien jusqu'au temps de préparation avant la navigation qui doit être minimaliste. Les animations proposées qu'elles soient sportives ou compétitives doivent être Faciles, Ludiques et Conviviales. Elles se doivent également d'être Economique, Ecologique et Equitable. Le Bateau Collectif, répond parfaitement à ces différents aspects.

Vous avez identifié les bateaux collectifs comme un axe de développement pour les clubs, selon vous, est-ce que les bateaux volants peuvent être dans cette même dynamique ?

L'impact des retransmissions de la Coupe América a été énorme. Voir ces bateaux évoluant au-dessus de l'eau a été un spectacle qui a éveillé beaucoup d'envies. Les bateaux volants c'est plus d'adrénaline, plus de sensations, plus de passion. C'est une évolution intéressante de notre pratique que la Fédération doit accompagner et encadrer comme toutes les autres pratiques. Ces bateaux volants séduisent notamment nos jeunes pratiquants  et nous devons soutenir ce développement par des solutions adaptées. Tout cela doit être maitrisé. Ne vole pas qui veut, cela demande un niveau technique certain et une adaptation spécifique à des supports « pointus ». Les vitesses,  les accélérations et décélérations engendrent  des trajectoires qui leurs sont propres. Le devoir de la Fédération est de protéger les pratiquants et les organisateurs. Pour éviter des problèmes qui peuvent avoir de graves conséquences, la FFVoile a légiféré sur ce sujet en particuliers sur deux points majeurs :

La responsabilité des organisateurs est engagée sur toute les manifestations qu'ils organisent, nous devons les conseiller et les alerter, le plus possible, des risques induits par ces nouvelles pratiques. Mais nous restons ouverts à l'échange pour faire évoluer les dispositifs, car nous ne sommes qu'au début de l'histoire.

Vous évoquez la responsabilité des organisateurs, les pratiquants ont-ils conscience des risques qu'ils leur font prendre ?

La mission de la Fédération est de donner le bon cap. Bien évidemment il est fréquent chez les pratiquants que la passion l'emporte sur la raison. C'est compréhensible. C'est pour cela que les Fédérations existent, c'est notre « métier » que de permettre à nos licenciés de vivre leur passion tout en garantissant leur intégrité physique et en limitant la prise de responsabilité de l'encadrement.

Est-ce une difficulté Franco- Française, savez-vous comment cela se passe à l'international ?

Ce sujet est partagé par beaucoup d'autres Fédérations de Voile. Il pose de nombreux problèmes qui nous sont communs, notamment le respect de l'équité sportive et la gestion des risques. Les bateaux volants attirent de jeunes navigateurs mais peuvent aussi décourager les plus anciens. Face à ces difficultés, certaines classes nationales d'autres pays ont eu des réponses radicales par la création d'associations dédiées aux bateaux volants. Il ne nous semble pas, dans l'état actuel de la situation, que ce soit la réponse la plus adaptée. Nous préconisons la conciliation, le respect de chaque pratique et la gestion des risques.

 

Par : Service Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :