Menu Espace licencié Espace club Boutique clubs

Nous suivre

 

 

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

L'Agenda

En ce moment

Prochainement

> Actualités


Pour une médaille de plus...

[Equipe de France]  - le 27/08/2004

[Equipe de France] Les faits du jour : Journée de repos pour les Tornadistes et Star avant leur dernière régate demain en début d'après-midi. Les uns se reposent, les autres vont supporter les français dans les autres sports. Demain Xavier Rohart et Pascal Rambeau, 2ème au classement, peuvent espérer décrocher une médaille historique dans une série de prestige où la France n'a jamais brillé. Ce sera une tâche beaucoup plus difficile pour Olivier Backès et Laurent Voiron en Tornado qui sont, 6ème au général. Une brise soutenue est prévue sur le plan d'eau.

La situation des français avant leur dernière régate : Star : Xavier Rohart (Club Fosséen de Voile) et Pascal Rambeau (S.R.Rochelaises) 2ème au général avec 2,2 points d'avance sur les canadiens Ross Macdonald/Mike Wolfs et 9 sur les américains Cayard/Trinter. Les Brésiliens Torben Grael et Marcelo Ferreira sont déjà champions olympiques Tornado : Olivier Backes (USPEG Marseille) et Laurent Voiron (YC Chambéry) 6ème au général à 22 points des leaders Roman Hagara et Hans Steinacher (AUS), à 11 points des 3ème et à 5 des 4 et 5ème.

Dispositif media : les finales débutent vers 13 heures. On peut donc s'attendre à la fin de leur régate vers 14h30/15 heures. Dès leur arrivée à terre, nos représentants se rendront en zone mixte. Pour tout contact sur place demain avec les athlètes français : Eric Coquerel au 6944432609

Le résumé du jour Depuis 1932 que le Star est devenu série olympique, jamais un équipage français n'a pu accrocher une médaille à son palmarès. Il faut d'ailleurs revenir à 1992 (Barcelone) pour voir deux tricolores concourir dans cette série de prestige. Il s'agissait de Patrick Haegli et de Yannick Adde qui terminèrent 18ème. Eux-mêmes arrivaient après une très longue période d'abstinence puisque succédant à Georges Pirani et Noël Desaubliaux, 11ème à Rome en 1960. En tout la France aura été représentée seulement 7 fois dans cette série avant Xavier et Pascal. Pour mémoire on retiendra la 6ème place d'Edouard Chabert et Jean-Louis Dauris en 1952 et les 7ème et 6ème place aux J.O de 1936 et 1932 d'un duo tricolore emmené par le célèbre architecte Jean-Jacques Herbulot, père du Vaurien, Corsaire et autre Mousquetaire. Si l'on reprend la comparaison que faisait Philippe Gouard à l'issue de la victoire de Xavier Rohart et Pascal Rambeau au championnat du monde de Cadix - « le Star c'est un peu l'équivalent de la catégorie toute catégorie en judo » expliquait alors le DTN - on comprendra l'importance que revêt le beau parcours du duo français qui deviendrait historique s'il obtenait une médaille ! Réponse demain vers 14h30/15 heures (heure locale).
Les Tornado clôtureront le même jour les épreuves de voile. On le sait la tâche sera vraiment difficile pour Olivier Backès et Laurent Voiron puisque ceux-ci doivent terminer impérativement premiers, devancer de 11 places les actuels 3ème, les argentins Santiago Lange et Carlos Espinola et de plus de 5 les deux bateaux qui les précèdent immédiatement : les australiens Darrenn Bundock et Johan Forbes et les hollandais Mitch Booth et Herbert Dercksen ! Soyons certains en tous les cas qu'Olivier et Laurent auront à cœur de terminer du mieux possible leur parcours.

Les interviews du jour

Daniel Dahon, entraîneur des Stars

L'histoire : « J'ai commencé à entraîner cette génération en Laser en 1986. Il y avait les Rohart, Rambeau, Presti, Adde. Xavier est ensuite passé en Finn, c'était le premier parmi eux. Ensemble nous avons fait les JO de Barcelone. Ensuite a débuté une longue période d'alternance entre Xavier et Philippe Presti. Une fois c'était l'un qui allait aux JO, une autre fois l'autre. Pascal est lui arrivé en Finn pour la P.O d'Atlanta. Il servait de « lièvre » à Philippe Presti. Il a poursuivi et a entamé pour Athènes sa P.O en Finn. C'était un projet qui lui tenait à cœur. Et puis sont arrivés les ennuis de santé de Yannick Adde en juin 2003 alors qu'il effectuait avec Xavier la P.O en Star. Ils avaient d'ailleurs été 3ème du championnat du monde 2002. Yannick ne pouvant plus continuer j'ai demandé à Pascal de rejoindre Xavier. Il ne fut pas facile à persuader car il voulait vraiment tenter sa chance pour faire les JO en Finn et se situait alors dans les dix meilleurs mondiaux. Et puis leur titre mondial obtenu à Cadix quelques mois après leur association a vite effacé d'éventuels regrets ».
La caractéristique de l'équipage : «C'est l'un des seuls qui associe deux barreurs de formation. C'est un avantage dans un temps régulier comme hier car il se créé une osmose parfaite. Cela peut être plus compliqué quand les conditions réclament de l'équipier qu'il se concentre uniquement sur son rôle. Mais Pascal a su jouer le jeu à merveille »
Xavier et Pascal en quelques mots : « Xavier a une grande maîtrise de lui-même et il sait relativiser les événements. Il navigue comme il est dans la vie en calculant toujours le coup d'après C'est la marque des grands champions. Au cours de cette épreuve, il a toujours dit : « il ne faut pas compter les points, laissez moi tranquille avec ça ». Sa maîtrise a impressionné tout le monde : adversaires et entourage. Pascal est beaucoup plus concentré sur les fondamentaux, il ne laisse rien au hasard. En un mot il est plus cartésien et organisé. Je dirais que Xavier c'est le rond et Pascal le carré et quand ils se complètent cela donne une figure géométrique parfaite ».

Jean-Marie Vigoureux, médecin coordinateur de l'équipe de France Jean-Marie, 56 ans, vivant à La Baule, a commencé à associer son métier - médecin - et sa passion - la voile - pour les Route du Rhum de Marc Pajot voici 25 ans. Préparation du sportif et d'une pharmacie adaptée : la pratique était nouvelle. Il a depuis continué avec Bruno Peyron, son frère Stéphane pour ses records de traversée en planche et a ouvert un cabinet de traumatologie sportive dans sa ville. Il est devenu coordinateur de l'équipe voici 6 mois. Il nous en dresse un bilan physique.

Le bilan : « Etant arrivé tardivement je ne peux guère tirer un bilan sur la durée. Je ne peux par exemple pas comparer leur état de forme aux et leur état optimum. Mais globalement on peut dire que tous sont arrivés aux J.O dans un bon état physique général. Ensuite nous n'avons eu à soigner que des pathologies mineures telles des éruptions cutanées, des insomnies, des trachéites attribuées à la pollution. Seuls deux soucis ont posé réellement des problèmes aux athlètes. Il s'agit des ampoules crevées sur les cinq orteils de Faustine et ce dès le premier jour. Pas simple puisqu'elle retournait tous les jours dans l'eau salée. Et surtout la crise de lumbago aigue de Guillaume Florent qui l'a handicapé au moins trois jours. Il a même fallu lui faire une infiltration d'un anesthésiant local. Globalement ils sont restés en forme tout au long de la compétition. Mais, à l'exception des planches pour qui moins il y a de vent plus c'est physique, notre sport nécessite moins d'efforts physiques que d'autres. Surtout quand il y a peu de vent comme cela a été le cas à Athènes. C'est d'ailleurs également pour cela que nous ne sommes pas concernés par les phénomènes de dopage. »

 

Par :


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports