Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Dernière ligne droite

[Equipe de France]  - le 11/10/2013

[Equipe de France]

Après une journée d'hier ventée et rude pour les organismes, celle d'aujourd'hui sollicitait plus le cortex que les biceps pour les quelques 400 engagés de cette première SOF Rochelaise. Les deux meilleures progressions de la journée sont d'ailleurs signées par ceux qui souffraient hier, dans la brise. Charline Picon, 8ème hier, se hisse sur le podium alors que Franck Cammas et Sophie de Turckheim réalisent la meilleure journée en catamaran et gagnent quatre places. Chez les skiffs, pas de grands changements avec des Bleus toujours dominateurs alors qu'en 470, le match Leboucher - Le Berre / Bouvet - Mion promet d'animer les deux derniers jours.

[49er / 49er FX] Le skiff sans un doute

Chez les 49er, Manu Dyen et Stéphane Christidis dominent moins que les premiers jours. Ce vendredi est leur moins bonne journée (7, 3) mais il en faudrait plus pour les faire trembler. Ils sont toujours en tête, devançant les Italiens Angillela et Zucchetti de sept points. Chez les filles Sarah Steyaert et Julie Bossard continuent droit sur leur lancée. Elles remportent toutes les manches auxquelles elles participent et s'envolent vers un premier titre de champion de France élite.

[RS :X Femme] Meilleure progression pour Charline Picon

Affaiblie par un méchant virus la semaine dernière, Charline Picon a souffert les premiers jours. « Hier, j'étais 8ème. a fait dix ans que ça ne m'était pas arrivé » enrage la locale de l'étape. Car Picon était bien décidée à réaliser une régate à la hauteur de sa saison, marquée notamment par un titre continental. Aujourd'hui, les conditions de vent faible lui ont mieux réussi et elle a enfin remporté une manche. « Il fallait être opportuniste et ça m'a réussi » explique-t-elle. Avec cette belle journée (2, 1), elle gagne 5 places et pose un premier pied sur le podium. La Polonaise Zofia Klepacka, moins à l'aise (5, 5) perd un peu de terrain mais conserve une avance très confortable.

[RS :X Homme] L'heure des hommes d'expérience

Chez les garçons, les écarts se creusent et l'expérience parle. Le jeune Pawel Tarnowski - 19 ans - s'écroule aujourd'hui et cède son maillot jaune à son compatriote Piotr Myszka. « J'ai établi de belles stratégies mais rien n'a marché » résume Pawel, un rien fataliste. Julien Bontemps prend la deuxième place grâce à une belle manche de deux mais va batailler ferme pour rattraper le leader qui s'envole avec 13 points d'avance.

[Finn] Les Anglais débarquent, les Slaves sous une bonne étoile

Toujours aux avants postes, le Britannique Giles Scott creuse, doucement mais surement son sillon vers la victoire. Moins habituel, les Slaves Karpak (Estonie) et Kula (Pologne) semblent touchés par la grâce et réussissent tout ce qu'ils entreprennent. « Tant mieux pour eux et c'est à moi d'être meilleur demain pour les dépasser » résume Jonathan Lobert. Cinquième du classement général, le Rochelais a bien l'intention d'atteindre le podium avant dimanche.

[Nacra] La journée Cammas

Chez les catas, ce sont les Autrichiens Zajac et Frank qui prennent les commandes au détriment d'Audrey Ogereau et Mathieu Vandame, pénalisés par une couteuse 17ème place. L'Espagnol Iker Martinez, converti au catamaran après une carrière éclatante en 49er (champion olympique, médaillé d'argent) semble avoir trouvé le mode d'emploi de sa machine. Il remporte une manche aujourd'hui et prend la deuxième place du classement général. Mais la meilleure journée est signée par l'équipage de Franck Cammas et Sophie de Turckheim. Plus à l'aise dans ces conditions, le tandem réalise deux belles manches (3,2) et se place 4ème, en position d'embuscade pour un podium.

[470] Duel au soleil

En 470, la régate devient un mano à mano entre les deux équipages phares de la délégation française puisque les duos Leboucher / Le Berre et Bouvet / Mion sont ex-quo pour la deuxième journée consécutive. « On savait qu'il y aurait peu de points sur cette régate » explique Pierre qui estime que tout se jouera dimanche sur la medal race. Chez les filles, Camille Lecointre et Hélène de France sont deuxièmes, à deux petits points des Autrichiennes.

[Laser] Pernelle Michon aux commandes, compliqué pour Bernaz

Chez les filles, la Nantaise Pernelle Michon est en tête devant la Norvégienne Line Flem Hoest qui remporte la deuxième manche. Pour Jean-Bapiste Bernaz, la journée a été « très très compliquée ». « J'ai fait ce que je pouvais explique Jean-Baptiste » pas très content de ses deux courses (19, 10). Il est 11ème du classement général et rappelle qu'il reste encore une bonne journée de finales demain. Bref, tout reste possible.

Interview de Pawell Tarnowsky :

« C'est la fin de notre saison. Nous venons de participer au championnat de Pologne et la SOF est la dernière épreuve. Ce n'est pas la plus importante mais ça permet de savoir où j'en suis en fin d'année. J'étais en tête jusqu'à hier. J'ai fait de super courses et j'avais de très bonnes sensations mais aujourd'hui, ça s'est mal passé. J'ai préparé des stratégies mais ça n'a pas marché ! C'est ma première saison en senior. Je suis content du résultat mais je suis déçu d'avoir perdu la première place. Cela dit, je suis content de donner mon maillot jaune à un ami. C'est Piotr Myszka qui le récupère. »

Interview de Charline Picon :

« Nous avons enchaîné trois régates d'affilée cet été, et c'est peut-être celle de trop. Je suis à la maison, il y a du monde et je n'ai pas envie de mal faire mais j'étais malade la semaine dernière et je n'ai pas pu naviguer pour me préparer. Je fais donc avec les moyens du bord et du moment. Hier, on a fait quatre manches dans des conditions difficiles. Les deux premières étaient bien mais ensuite, ça a été la cata. Aujourd'hui, c'est moins physique et il faut être opportuniste. a m'a réussi. Il faut que je relativise, la saison a été bonne et il faut que je m'amuse. Avec les conditions du premier jour, en principe, je survole et là, je n'avais pas la moindre tonicité ni de capacités de réflexion. C'est la première fois que j'attaque une régate avec aussi peu d'énergie. Je n'ai pas d'influx. J'aurais aimé faire un festival comme sur le reste de la saison mais ce n'est pas le cas. »

Interview de Franck Cammas

« Aujourd'hui, c'était dur d'être tout le temps dans les bons coups mais on fait de bonnes manches et on revient bien à chaque fois. Au portant, nous étions à l'aise en vitesse et on ne s'est pas trompé de bord. Il fallait un peu de réussite pour bien faire parce que c'était extrêmement tordu et difficile à anticiper. Clairement, dans le vent fort, il nous reste des choses à travailler. Hier, on chavire une fois, donc ça n'aide pas pour les résultats. a arrive encore et ça arrivera souvent ! C'est toujours intéressant de naviguer avec un peu de pression sur une course. On apprend beaucoup plus qu'en entraînement. C'est la deuxième régate que l'on peut faire jusqu'au bout donc c'est important. »

Interview de Jonathan Lobert

« Vu les conditions qui sont super shifty (changeantes), je suis tout le temps dans le match donc c'est plutôt pas mal. Pour certains cette semaine, c'est comme dans un rêve et tout ce qu'ils font marche. L'Estonien et le Polonais sont dans une semaine magique parce que d'habitude ça ne marche pas aussi bien pour eux. Tant mieux pour eux et c'est à moi d'être meilleur demain pour les dépasser. Je savais que j'étais un peu court en entraînement mais l'objectif reste le podium. »

Interview de Pierre Leboucher

« On n'en est pas à faire du match racing avec Sofian et Jérémie. Ils font leur régate, on fait la notre. Ils testent un peu de matériel et on travaille quelques points techniques. C'est marrant de voir qu'à la fin, sur les manches, on se retrouve souvent aux avants postes. Pour l'instant, on est dans la feuille de route. Il reste demain et plusieurs manches. On fera la première normalement et on verra si on les marque sur la deuxième. Tout se jouera sur la medal race. »

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :