Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Maillot jaune pour les Bleus

[Voile lgre]  - le 25/04/2013

[Voile lgre]

Les planchistes enfilent le maillot jaune

Grosse performance pour la planche à voile française puisque - que ce soit chez les hommes ou chez les femmes - ce sont des tricolores qui portent ce soir le maillot jaune du leader. Charline Picon, régulière, confirme avec une nouvelle victoire de manche et une place de deux. « J'ai placé l'investissement physique au bon moment » raconte Charline tout sourire avant de saluer la performance de Louis Giard : « Il assure ! Il est sur sa lancée. a me fait plaisir de le voir devant. Il a vraiment du talent, il a la glisse ! ». Louis Giard, du haut de ses 20 ans, domine le classement. Le sociétaire du Yacht Club de Carnac s'offre la première manche et termine deuxième sur la seconde. « Je ne m'attendais pas trop à être là » s'étonne Louis qui est surtout surpris d'avoir brillé pendant les deux premières journées de pétole. Son aîné Julien Bontemps est 5ème du classement général.


Billy Besson et Marie Riou marquent le coup

Billy Besson et Marie Riou ont grimpé d'un cran aujourd'hui en remportant leur première victoire de manche sur l'épreuve. « C'est top d'être à cette place aujourd'hui ! » se réjouit Marie qui se dit « rincée » par cette journée intense. Le duo français se retrouve à la chasse des suisses Buhler et Brugger. A l'aise dans toutes les conditions, les helvètes sont la révélation de cette semaine de Hyères et leurs réglages sont scrutés à la loupe par les bateaux tricolores.


Les 470 réglés comme des horloges

Chez les 470, l'Australien Matthew Belcher, champion olympique à Londres est toujours aussi à l'aise malgré son changement d'équipier. Rien ne lui échappe et il a ce soir 9 points d'avance sur Pierre Leboucher et Nicolas Le Berre. Neuf points, c'est beaucoup sur une régate mais c'est peu quand il reste encore deux manches de finale et surtout deux medal races programmées samedi. Leurs camarades d'entraînement, Sofian Bouvet et Jérémie Mion retrouvent leur vista et remportent la première manche. Ils sont troisièmes du général. Chez les filles, Camille Lecointre et Mathilde Géron sont deuxièmes mais se rapprochent chaque jour un peu plus de la première place, tenue par les Brésiliennes Oliveira Fernanda et Ana Barbachan. 


La revanche de Bernaz, la constance de de Kerangat

Après une journée moyenne hier, Jean-Baptiste Bernaz brille aujourd'hui et revient en 5ème position, notamment grâce à une belle victoire de manche. « J'y suis allé avec les crocs » lâche un Bernaz conquérant qui peut, grâce à ce jeudi en fanfare, convoiter de nouveau le podium. Le podium, Mathilde de Kerangat peut y croire plus que jamais puisqu'elle gagne, elle aussi une manche. La Rochelaise est 4ème du général et attend avec impatience les medal races car elle sait que c'est samedi que tout se jouera pour elle. Sa camarade d'entraînement, Marie Bolou est 10ème.


Séances découverte pour le 49er FX

Dompter un 49er, même s'il est équipé d'un gréement réduit - comme c'est le cas du FX - demande quelques sacrifices mais l'équipage français, composé de Lili Sébési et Hélène de France est en train de mettre un terme à cette phase de découverte. Après une journée difficile hier marquée par de la casse matérielle, les filles sont parvenues à maitriser leur engin aujourd'hui pour jouer, par moments, aux avant-postes. « Nous avons continué le travail mis en place avec Benjamin (Bonnaud, le coach ndlr) sur les départs et ça commence à payer » explique Lili, pas peu fière de titiller la concurrence. Chez les hommes, Julien D'Ortoli et Noé Delpech sont 7èmes du général.


Conjurer le sort pour Jourdren n' Co

Il en a ras la casquette Bruno Jourdren d'être ex-aequo avec le Norvégien Wang-Hansen. a fait deux jours que ça dure et ce n'est pas la première fois que ça arrive. « C'était le cas sur les Jeux Paralympiques mais aussi sur plusieurs autres championnats » détaille Bruno qui rêve de conjurer le sort. Car à chaque fois, ces égalités tournent en faveur du Scandinave qui est en tête ce soir alors qu'il a autant de points que l'équipage tricolore. Bruno, Nicolas Vimont-Vicary et Eric Flageul vont tout faire demain pour « tordre le cou aux statistiques » et remporter, comme en 2011, l'étape française. La victoire en revanche semble hors de portée pour Damien Seguin qui avait « l'impression de naviguer avec le frein à main » aujourd'hui. Il convoite en revanche toujours le podium.



Interviews :


Interview de Camille Lecointre et Mathilde Géron (470) :
« C'est une bonne journée. On fait 4 et 2. Sur la première manche, on part moyen mais on arrive à lancer tôt. Sur la deuxième, on a une bonne vitesse et on fait un super bord de largue. C'est sympa, ça glisse, c'est bien. On s'est fait plaisir sur les portants. On descendait les vagues plutôt que les monter et ça change la vie ! Il y avait un peu moins de 20 nœuds sur la dernière. On a été les seules à lancer le spi sur la dernière. On n'a pas vu que les autres ne l'avaient pas mis et on s'en est rendu compte au milieu du bord. a a été efficace, on est bien revenue. »

Interview de Sofian Bouvet et Jérémie Mion (470) :
« On fait de moins grosses bêtises par rapport à hier. Nous n'avons jamais pris trop de risques, que ce soit au près ou au vent arrière. On est toujours resté pas trop loin des autres. C'est une journée qui fait du bien au moral. On gagne la première manche, et on revient bien sur la seconde. C'est cool. On sait que notre joker est utilisé donc on prend manche par manche et il faut qu'on continue comme ça. a va être serré jusqu'au bout. »

Interview de Nicolas Le Berre (470) :
« Le vent est rentré progressivement dans la journée mais de manière un peu poussive. Le vent d'est, sur le plan stratégique, c'est toujours un peu les mêmes schémas. On a donc appliqué notre stratégie. On fait 4 et 2, c'est une bonne journée. Nos concurrents ont pris quelques points aujourd'hui. C'est bien pour nous. Nous n'avons pas de mauvaise manche depuis le début, nous sommes réguliers. On essaye de mettre en place notre fonctionnement ici. Techniquement, on se sent plutôt bien. On va assez vite. Sur la première manche, nous étions avec Sofian et Jérémie et avec Vianney et Vincent. Tous aux avant-postes. C'est notre petit groupe d'entrainement et ça fait plaisir de naviguer à ce niveau avec tout le monde. Le travail avec eux se passe vraiment bien. »

Interview de Bruno Jourdren (Sonar) :
« Pour l'instant, c'est un duel avec le Norvégien. On était à égalité ce matin et on se retrouve encore à égalité. Les deux manches d'aujourd'hui ne nous ont pas séparés. La journée de demain sera décisive. C'est l'histoire qui se répète car ce n'est pas la première fois qu'on est à égalité avec le Norvégien et ça n'a jamais joué en notre faveur. C'est déjà arrivé sur une semaine olympique, sur une Coupe du Monde, sur les Jeux Paralympiques et ça n'a jamais été pour nous. Mais ça va changer tout ça ! On va tordre le cou aux statistiques. »

Interview de Kévin Cantin (2.4) : « Il faut que je travaille les départs. C'est un point qu'on a déjà travaillé mais ça ne va pas du tout car je loupe tous mes départs. C'est bête parce que tout le travail fait au près ou au portant est correct mais c'est dur de remonter après un mauvais départ. Ce qui est bien, c'est que j'arrive à faire mes propres bilans. Je fais des retours à Thierry (Poirey le coach, ndlr) assez précis. Je pars soit trop tôt, soit trop tard mais jamais au bon moment. »

Interview de Thierry Poirey (Entraineur des 2.4) :
« Pour Kevin, il y a des contre performances car il n'est pas toujours inspiré. C'est la reprise car il n'a pas navigué depuis les Jeux. Ce qui est un peu surprenant, c'est qu'il n'arrive pas à faire mieux. Il n'arrive pas à percuter sur les départs et la flotte est relativement compacte sur les premiers. Ensuite, il subit un peu même s'il va beaucoup mieux qu'avant. Damien n'est pas inspiré et il n'a pas la vitesse qu'il avait d'habitude. a fait vite des places perdues. Daniel Guachignard, le troisième français découvre la régate et tout ce qui va avec. »

Interview de Damien Seguin (2.4):
« On le savait que ce serait dur pour une reprise comme ça. J'ai un peu l'impression de naviguer avec le frein à main aujourd'hui. C'est pas facile de retrouver des sensations dans des conditions compliquées. D'habitude j'aime bien ça mais là, c'était plus dur. Il y a un petit problème de vitesse et de sensations sur le bateau mais ça vient du fait que je n'ai pas beaucoup navigué. Du coup, ça manque de repère assez fins sur le bateau. On savait qu'on serait confronté à ce genre de difficultés. Il reste deux manches. Le podium est encore possible mais il va falloir faire une belle dernière journée. »

Interview de Louis Giard (RS:X) : « Je ne m'attendais pas trop à être là ! C'est comme hier, les conditions sont super pour moi et je reste bien concentré sur mes départs. Tous les meilleurs mondiaux ne sont pas là donc je savais qu'il y avait une ouverture pour moi. Cela dit, je ne pensais pas marcher aussi bien dans le petit temps. Aujourd'hui, j'avais le maillot bleu du deuxième sur les épaules. a met une pression supplémentaire. Demain, ce sera le jaune ! On a été sérieux dans notre préparation du mondial et j'ai réussi à sélectionner du bon matériel. J'essaie de faire des choses simples et je ne me prends pas la tête. Il y a encore beaucoup de points à distribuer. a se jouera sur les medal races et ce ne sera pas facile. En général, c'est les gars qui ont de l'expérience qui s'en sortent le mieux. »

Interview de Jonathan Lobert (FINN) :
« Sur la première manche, je suis allé à gauche et ça a plutôt pris de la droite. Donc je n'étais pas très bien en haut mais j'ai remonté jusqu'à la 9ème place. Finalement, je sauve ma manche. Sur la deuxième manche, nous sommes une dizaine à être pris en black flag. J'ai grillé mon joker ! J'avais fait une belle journée hier ce qui me permet de ne pas perdre tant que ça au final. Demain par contre, il faut que je fasse une bonne journée. Je travaille sur les départs en ce moment donc c'est normal qu'il y ait quelques erreurs. Mais sur cette régate, il y a plein de choses positives notamment la vitesse au près. Et puis ce n'est pas fini ! Demain est un autre jour…. »

Interview de Marie Riou (Nacra) :
« C'est top d'être à cette place aujourd'hui ! On a fait une belle journée. Les jours précédents, c'était bien mais il y avait de petites erreurs et aujourd'hui on est bien contents de remporter enfin une manche. On est dans le coup. Le vent est monté un peu et on a trouvé la vitesse. Ce sont des conditions physiques, je suis rincée de ma journée. C'est très intense et je ne regrette pas du tout d'être passée au Nacra. »

Interview de Jean-Baptiste Bernaz (Laser) : « J'ai fait une bonne journée. Sur la première manche, j'ai pris mon meilleur départ de la régate et sur la deuxième, je fais une bonne remontée au vent et je passe en tête à la première marque. Au portant, ça déboulait bien. a reste mon point fort. Aujourd'hui, j'y suis allé avec les crocs. Il ne me restait que quatre manches et je voulais bien faire. Je suis content d'être 5ème et je me dis, pourquoi pas le podium demain ! En tous cas, je vais attaquer avec la même envie demain. »

Mathilde de Kerangat (Laser Radial) : « Je gagne encore une manche ! Cette fois dans du vent un peu plus fort. J'étais bien tactiquement, j'étais dans le coup. J'avais une bonne vitesse. En points, c'est assez serré pour l'instant. Mais ce n'est pas très important car l'essentiel est de se qualifier pour les medal races. Il y en aura deux samedi, elles compteront double. Tout se jouera le dernier jour ! »

Interview de Lili Sébési (49er FX) : « Hier, c'était une journée plutôt dure. On a cassé du matériel et n'avons pas terminé deux courses. Dans les conditions musclées, nous avons cassé des sticks mais nous avons continué le travail mis en place avec Benjamin sur les départs et ça commence à payer. Aujourd'hui, on rentre une manche de 5 et on a été en tête pendant un moment. »

Charline Picon (RS:X) : « Je suis super contente. Sur la première manche, nous étions un peu inquiets car il y avait une phase instable. Le vent ne rentrait pas sur notre zone et ça risquait d'arriver pendant la manche. J'ai mis les accélérations au bon moment. Au premier près, c'était fait ! C'était une belle manche. J'ai placé l'investissement physique au bon moment. Sur la deuxième manche, mon départ était moyen. Je suis dans les quatre en haut. Au travers, j'accélère fort et je recolle le paquet. Cédric (Leroy, le coach) pense que j'allais plus vite que la flotte. Demain, il faut que j'assure encore au moins une bonne. »

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :