Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Spectacle en perspective

[Voile lgre]  - le 24/04/2013

[Voile lgre]

Cette première journée de finales est celle du catamaran tricolore. Déboulant à plus de 20 nœuds au portant dans un vent forcissant, les multi ont assuré le spectacle avec quelques jolis plantés et même des dessalages à l'image des Suisses, pourtant leaders, ou de Franck Cammas et Sophie de Turckheim qui ont dû lâcher les commandes aujourd'hui.

Cette première journée de finales est celle du catamaran tricolore. Déboulant à plus de 20 nœuds au portant dans un vent forcissant, les multi ont assuré le spectacle avec quelques jolis plantés et même des dessalages à l'image des Suisses, pourtant leaders, ou de Franck Cammas et Sophie de Turckheim qui ont dû lâcher les commandes aujourd'hui. Comme il s'y attendait, le vainqueur de la Volvo Ocean Race a peiné dans la brise. Qu'importe, avec Sophie, ils gardent le sourire ce soir même si l'équipière ne cache pas que sa fracture du sacrum la fait souffrir le martyr. Ce soir, la « bande à Citeau » fait le plein. Billy Besson et Marie Riou - réglés comme des horloges - grimpent sur le podium et la plus belle progression revient à Matthieu Vandame et Audrey Ogereau qui gagnent deux manches sur trois ! Leur « double impact » est remarqué par tous et salué par Olivier Backes qui partage avec Matthieu un titre mondial en F18. Olivier, qui fait maintenant équipe avec son épouse Ingrid Petitjean a en effet suivi les débats en spectateur puisqu'un « heureux événement » est attendu pour le mois d'octobre et que la future maman se garde bien de prendre des risques inutiles. On les retrouvera sur les plans d'eau à partir du début de l'année prochaine.

Pas de grands bouleversements de hiérarchie en revanche en planche à voile où les bleus agissent toujours en patron. Julien Bontemps sécurise sa troisième place alors que Louis Giard crée l'événement. Du haut de ses 20 ans, il remporte la première manche de sa carrière sur le plan d'eau hyérois et termine deuxième ensuite. « C'était vraiment une super journée pour moi, je me suis fait plaisir » lâche le double champion du monde jeune. Chez les filles, Charline Picon confirme, dans la brise, les perfs réalisées dans le petit temps et se prépare à un mano a mano musclé avec la Britannique Briony Shaw, vice-championne du monde en titre.

En Finn, le sourire est revenu sur le visage de Jonathan Lobert qui dit « remettre les pendules à l'heure ». Après un début de compétition difficile, le médaillé de bronze s'offre la première manche d'un cheveu et termine deuxième ensuite. « a fait plaisir de gagner une manche ! » souffle Lobert alors que Thomas Le Breton, régulier dans le top 10, occupe la douzième place. Sur l'eau, les deux français avaient un observateur éclairé en la personne de Nicolas Charbonnier. Embarqué deux jours avec l'entraineur François Le Castrec, le médaillé de bronze en 470 à Pékin a aussi participé aux briefings et debriefings des finnistes. « Il avait carte blanche. Nous avons filmé avec le commentaire de Nico. Je pense qu'il y a des pistes qui sont sorties de nos échanges. C'était une collaboration sympathique et efficace ! » s'enthousiasme le coach.

Bonne journée également en 49er pour Julien D'Ortoli et Noé Delpech qui passent en troisième position. Le duo enchaine une 10ème, une 2ème et une 3ème place et assure notamment de très bons départs. « Nous sommes contents car nos deux objectifs sont pour l'instant atteints : prendre des bons départs et être bien placés ce soir. Et puis, on s'est régalé sur la dernière manche aujourd'hui, on avait une super vitesse ! » raconte Noé. Mathieu Frei et Yann Rocherieux, champions d'Europe en titre n'ont pu se hisser en finales mais se vengent en remportant toutes les manches du rond argent.

En Laser, les filles poursuivent sur leur lancée avec une Mathilde de Kerangat toujours sur le podium alors que Marie Bolou reste dans le match et occupe ce soir la septième place du général. Plus difficile en revanche pour les garçons puisque le jeune Mattis Naud s'écroule avec 29 places perdues et que Jean-Baptiste Bernaz réalise une mauvaise deuxième course.

En 49er FX, la journée a été  sportive pour les équipages féminins, encore en découverte du support. Dans la brise, de nombreux bateaux ont peiné à rester à l'endroit mais la flotte est menée d'une main de maitre par les Britanniques Charlotte Dobson et Mary Rook.

Chez les 470, la hiérarchie s'installe progressivement puisque les médaillés d'or et d'argent à Londres s'installent aux commandes. Pierre Leboucher et Nicolas Le Berre sont toujours dans le coup et prennent beaucoup de plaisir dans ces conditions. Ils sont 3ème ce soir. Chez les filles, Camille Lecointre et Mathilde Géron sont quatrièmes.

Chez les paralympiques, Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary sont plus que jamais à la lutte avec le Norvégien pour la première place des Sonars. Damien Seguin, grâce à une deuxième victoire de manche se rapproche un peu plus du podium alors que l'Allemand Heiko Kroger réalise un parcours sans faute.

Demain, les conditions s'annoncent encore plus musclées avec un flux d'Est flirtant avec les 25 nœuds.
 

_________________
> Interviews :

Interview de Franck Citeau (entraineur des Nacra) :
« C'est bien. On est vraiment content de la journée mais on s'y attendait un peu. On sait que dans ces conditions, on est assez à l'aise. Ce qui était problématique, c'est la façon dont on naviguait sur la première journée. Une régate très instructive pour nous et on voit des nations émerger, que ce soit dans la brise ou dans le petit temps. Je suis super content pour Matthieu et Audrey. Ils avaient du mal à trouver leur place dans le groupe, à connaitre leur valeur intrinsèque et le fait de gagner deux manches consécutives leur fait du bien. On va pouvoir discuter différemment. Le travail qui a été fait se justifie et c'est ce qui est important. a va ouvrir les esprits. »

Interview de Matthieu Vandame et Audrey Ogereau (Nacra) :
« C'est une journée inattendue. On n'a pas vraiment eu de conditions avec du vent aussi fort jusqu'à aujourd'hui. On a changé un peu les réglages et on s'est retrouvé très à l'aise en vitesse. On a pris de beaux départs et c'était nos objectifs de travail ici. a avait été très mauvais sur Palma et on a bien progressé là-dessus et ça marche mieux. Depuis le début de la régate on avait un peu de difficultés en vitesse mais aujourd'hui, on était très à l'aise. Tout se combine bien. Les conditions sont navigables mais elles deviennent sélectives. » 

Interview de Franck Cammas et Sophie de Turckheim (Nacra) :
« On savait que ça allait forcément être une bonne régate aujourd'hui par rapport à ce qu'on a vécu les deux premiers jours. On a fait des erreurs et plus on en fait, moins on en fera à l'avenir. On n'avait jamais navigué dans ces conditions jusqu'à aujourd'hui. On a juste chaviré bêtement sur un bord de près. Le but, c'était vraiment de ne pas chavirer aujourd'hui. On était prudent. C'est bien d'accumuler de l'expérience là-dessus. On a trouvé 2-3 petits trucs sur lesquels on peut progresser donc c'est bien. On n'aime pas être derrière mais on s'y attendait ! »

Interview d'Olivier Backes (Nacra) :
« Pas de bateau pour nous aujourd'hui. On ne l'avait pas annoncé avant mais on attend un heureux évènement pour fin octobre. On ne voulait pas prendre de risques. Pour nous, la Sailing World Cup était intéressante pour voir comment se comportait le bateau mais maintenant qu'il y a du vent, on ne prend aucun risque. C'est un bateau où l'on peut se faire mal. En dehors de ça, notre projet reste le même. Notre projet sportif reprend à partir de Nol 2013. J'ai des contraintes professionnelles jusqu'à Nol. Nous sommes venus ici uniquement pour prendre la température. On avait peu navigué avant de venir ici et on pensait que la monotypie serait mieux appliquée alors qu'il y a de gros différentiels de vitesse entre les bateaux. Les deux premiers jours, c'était catastrophique. On a regardé tous les réglages mais on n'a pas trouvé de solutions. On n'est pas plus inquiet que ça car c'est vraiment un problème matériel. Je soupçonne le mât mais je n'en suis pas certain. Quand on va reprendre le Nacra, ça aura un peu changé car il y aura des mâts carbone (…). C'est super de naviguer ensemble, avec Ingrid. L'objectif est de se faire plaisir.»

Interview de Pierre Leboucher (470) :
« C'était des supers conditions. Il fait super beau, avec 15 à 18 nœuds de vent, c'est génial pour faire du 470. Le vent d'est lève de la mer et de la vague, ça surfe bien au portant, c'est sympa. Nous, on est plutôt content des deux manches. On est en finales donc ça joue plus serré. On fait deux manches très correctes, c'est top ». 

Interview de Sofian Bouvet et Jérémie Mion (470) :
« C'était les premières manches de la première journée de finale. Sur la première, on s'est bien battu et on termine deuxième. Sur la deuxième, le vent est un peu monté et on n'était pas très bien réglé. On a pris un départ, on s'est vite fait sortir, on a réussi à bien se recaler, derrière Pierre et Nico sauf que eux passent 5 à la bouée au vent et nous 15. Et au lieu de rester au contact et de jouer une place ce 10/15, on en perd plutôt une quinzaine. a a été un grand moment de solitude ! On a accroché et on en regagne quelques unes. Ce sera une erreur à ne plus refaire. On a vu ce que c'était que de s'écarter des autres. »

Interview de Louis Giard (RS :X) :
« J'ai fait un premier départ pas mal sur la première manche. Je me dégage vite. Dans le vent medium, je sais que je suis plutôt pas mal. J'étais derrière le polonais mais finalement il est OCS. Celle-là, elle est donc pour moi. C'est ma première victoire ici, je suis vraiment content ! Sur la deuxième manche, mon départ est un peu moins bon. Il fallait aller à gauche, j'ai été un peu gêné. J'ai dû attendre d'avoir viré pour pouvoir faire ma route et gagner quelques places. Je finis 2ème toujours derrière ce même Polonais. C'était vraiment une super journée pour moi, je me suis fait plaisir. Demain, on verra, c'est plus fort. Les gars qui sont autour de moi ont plus de bouteille, il va falloir que je tienne physiquement. a commence à tirer un peu mais pourtant avec ce système de classement, nous n'avons même pas encore distribué la moitié des points ! Tout reste à faire. »

Interview de Charline Picon (RS :X) :
« C'était assez physique aujourd'hui. Nous avons eu 15 - 18 nœuds. C'était exactement les conditions où ça n'a pas marché pour moi au mondial. Après, j'ai entamé un travail physique et technique. Ma priorité, c'est de ne plus avoir de trous de résultats quelques soient les conditions. C'était un peu l'évaluation aujourd'hui. Je suis super contente car c'est la bonne voie. En vitesse, il n'y a pas eu de soucis. Il y a au moins 5 filles qui vont vite dans ces conditions dont la vice-championne du monde. J'ai pris des beaux départs. Le reste, ça s'est joué sur des petits coups tactiques, vraiment des petites choses. »

Interview de Noé Delpech (49er) :
«  On a pris des bons départs. C'est un gros point positif car on avait rencontré de gros problèmes sur les départs à Palma. C'était bien de commencer à Hyères dans des petites conditions pour travailler ça. Aujourd'hui, on a fait trois bons départs. Je crois qu'on a bien géré depuis le début. On ne s'est pas mis la pression sur les qualifs même si on n'avait pas toujours la vitesse et que nous n'avons pas toujours fait les bons choix tactiques. Par contre, vu les conditions attendues, on s'est dit qu'il valait mieux être bien placé ce soir ! On n'est pas assuré de faire beaucoup de manches en finales. En tout cas, nous sommes contents car nos deux objectifs sont pour l'instant atteints : prendre des bons départs et être bien placés ce soir. Et puis, on s'est régalé sur la dernière manche aujourd'hui, on avait une super vitesse ! »


Interview de Jean-Baptiste Bernaz (Laser) :
« Sur la première manche, je ne prends pas un bon départ mais j'arrive à bien remonter. Sur la deuxième, c'était hyper difficile de comprendre le vent. Je reviens un peu mais ce n'est pas fabuleux. C'est une journée moyenne. »

Interview de Jonathan Lobert (Finn) :
« Une bonne journée aujourd'hui. Des conditions typiques de Hyères avec du vent d'Est. Il fallait aller vite et prendre de bons départs. J'ai pu avoir du vent frais pour pouvoir accélérer. Je gagne la première manche sur le fil. Je passe le Hollandais juste sur l'arrivée. a fait plaisir de gagner une manche ! Une bonne journée comme ça, ça fait du bien. Le système de comptage de points va m'aider à revenir dans le match. a fait deux bonnes manches pour attaquer les finales. Il en reste encore quatre. »

Interview de François Le Castrec (entraineur des Finn) :
« Aujourd'hui c'était très simple. Il fallait avoir la vitesse et aller du bon côté donc prendre un bon départ. C'est ce qu'a fait Jonathan donc il fait une belle journée. La première manche, c'était assez excitant car il gagne de 10 centimètres. Le matériel mis au point pour les Jeux Olympiques et pas utilisé car Jonathan n'était pas prêt s'avère efficace. Pour autant, Jon est un peu court en entrainement. On n'a repris que mi-février, c'est un peu juste physiquement et techniquement. Thomas a lui aussi fait une belle journée (9 et 10). Avec le peu d'entrainement qu'il a, il se débrouille plutôt bien. Il est dans le projet qu'il s'est fixé : priorité au MOD 70 cette année et de revenir l'an prochain pour moitié sur l'olympisme. Pendant deux jours, on a pu bénéficier du regard de Nicolas Charbonnier. Il était avec nous lundi et mercredi. Il avait carte blanche et a embarqué avec moi. Nous avons filmé avec le commentaire de Nico. Il a participé aux briefings et debriefings. C'était super intéressant. Je pense qu'il y a des pistes qui en sont sorties. C'était une collaboration sympathique et efficace ! »

Interview de Cédric Leroy (entraineur des RS :X W) :
« Charline a bien débuté dans ces conditions et surtout, ce qui était bien, c'est qu'elle a marché dans des conditions où elle est actuellement en difficulté. Elle avait la possibilité, deux fois de suite de gagner les deux manches. Elle fait trois et deux mais dans un mouchoir de poche. Maintenant, il faut valider et essayer de les gagner ces manches. a se joue essentiellement sur des placements tactiques sur des cadres et pas forcément sur la vitesse, qui était son problème avant. »

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :