Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Hyères, terre de premières

[Voile légère]  - le 21/04/2013

[Voile légère]

Les 800 concurrents de la Sailing World Cup sont parés pour prendre le départ de la première course, demain en fin de matinée. Aujourd'hui, une bonne partie de la flotte a participé à la manche d'entraînement, avec plus ou moins d'assiduité car rares sont ceux qui terminent cette course qui permet surtout aux organisateurs de prendre leurs marques et de vérifier que tout est bien en place.

Pour une poignée de concurrents, ce premier départ fictif est un nouveau pas dans l'olympiade. Ainsi, Ingrid Petitjean et Olivier Backes, en couple à terre comme en mer - ont navigué pour la première fois face à une flotte internationale. « C'était notre premier départ en flotte. On a fait une belle bourde mais il fallait la faire ! » s'amuse la barreuse, qui cherche encore aujourd'hui à apprivoiser ce nouveau support, si différent du 470 à bord duquel elle a déjà remporté deux fois l'étape française. La Marseillaise se dit impatiente de débuter demain. Dans la flotte des Nacra 17, on observera aussi un nouveau venu : Franck Cammas. Le vainqueur de la dernière Volvo Ocean Race tirera ses premiers bords en compétition à bord du nouveau catamaran olympique. Il forme un duo attendu avec Sophie de Turckheim, ancienne lasériste. 

D'autres séries feront leur entrée sur la scène hyéroise. Ainsi, les 49er FX, skiffs féminin ont fait une première apparition sur le plan d'eau cet après-midi. Pour Lili Sébési, jeune barreuse française, la priorité est de dégrossir le travail : « C'est un support que l'on découvre et qui est dur. Cela nécessite beaucoup d'heures d'entrainement» note-t-elle. Pas question de se fixer des objectifs de résultats pour la jeune guadeloupéenne mais plutôt de profiter de cette semaine pour maitriser l'engin et se caler avec une équipière venue du 470 : Hélène de France. Encore en phase de découverte, les deux régatières vont avoir fort à faire avec les conditions météo particulièrement musclées de cette semaine.

Après deux journées assez calmes pour les qualifications, le vent promet de souffler très fort sur le plan d'eau hyérois dès mercredi. La Sailing World Cup de Hyères, réputée pour offrir de la brise ne devrait pas faillir à sa réputation cette année.

Interview de Camille Lecointre et Mathilde Géron :

« C'est la première fois que je refais du 470 depuis les Jeux Olympiques. Je suis partie trois mois en Afrique sur un bateau de La Marine Nationale et je suis revenue depuis une dizaine de jours seulement. Au niveau physique, les débuts sont difficiles. Tu as beau faire du sport, ce ne sont pas les même muscles qui travaillent. J'ai surtout fait du vélo quand j'étais en mer. On a repris toutes seules au début  avant de retrouver les garçons et reprendre progressivement des entraînements un peu plus énergiques. Ces nouveaux formats, on ne sait pas trop quoi en penser. Ça peut-être dur de tout jouer sur deux medal races. Ça va mettre beaucoup de tension sur les finales. Pour nous, l'objectif est d'être prêtes pour le mondial. Il se passera en France, à La Rochelle, et ce sera pour les 50 ans du 470. »

Interview de Lili Sibesi :

« Je viens de Guadeloupe et j'ai fait un sport études à Antibes. J'ai navigué sur plusieurs supports (420, match race, …). Le passage en 49er FX n'est pas facile car on ne sait pas à quoi s'attendre. Il y a un peu de pression à ce nivea- là. A Palma (pour la première épreuve de la saison, ndlr), c'est quelque chose que l'on a bien géré. C'est un support que l'on découvre et qui est dur. Cela nécessite beaucoup d'heures pour le maîtriser techniquement. Aujourd'hui, on a un petit cran de retard en technique mais ça va se caler au fur et à mesure. Certaines nations ont de l'avance comme le Danemark ou la Nouvelle Zélande. J'ai souvent suivi la SOF sur internet, pour connaitre les résultats des copains mais c'est sympa de franchir le cap et d'y être.  »

Interview d'Ingrid Petitjean :

« On n'a fait que la moitié de la manche d'entraînement. On a pris le départ et fait un tour. C'était notre premier départ en flotte. On a fait une belle bourde mais il fallait la faire ! Maintenant, on ne recommencera pas ! Sur la manche d'entraînement, tu ne sais jamais trop comment naviguent les autres mais là, c'était assez suivi même si tout le monde n'était pas là. On va apprendre tous les jours. A chaque sortie, on progresse. On à hâte d'être demain et d'enchaîner trois belles manches. »

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :