Menu   Espace Licencié   Outils Gestion Club   Boutique Clubs

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

> Actualités


Erwan Tabarly remporte la Transat Bretagne - Martinique, 1ère étape du Championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire !

[Habitable]  - le 08/04/2013

[Habitable]

Après 20 jours de course, 4 455 milles parcourus à la vitesse moyenne de 6,95 nœuds, Erwan Tabarly (Armor Lux - Comptoir de la Mer) a franchi en vainqueur (avant jury)la ligne d'arrivée à Fort-de-France à 12 h 48 mn 55 s (heure de Paris). Depuis onze ans sur le circuit Figaro Bénéteau, champion de la régularité, toujours placé dans le peloton de tête mais jamais sur la plus haute marche du podium, il attendait sa première grande victoire à la barre d'un monotype, sa première victoire sur une transatlantique en solitaire à armes égales. A bientôt 39 ans, fort d'un brillant palmarès de coureur au large le plus souvent aux avant-postes, Erwan Tabarly  (2ème de la Med Race 2012, quatre fois Vice-Champion de France Elite de Course au Large en Solitaire et déjà 2e de la Transat Bretagne-Martinique en 2009... quatre minutes derrière Gildas Morvan !) se disait au départ de Brest que cette fois-ci serait la bonne. Il partait pour la gagne, un point c'est tout.
Sa victoire dans la Transat Bretagne-Martinique est sans aucun doute celle de l'expérience et de la maturité. L'expérience de milliers de milles parcourus sur un bateau qu'il connaît par cœur, la maîtrise parfaite du rythme à tenir sur longue distance, l'anticipation des manœuvres dans la baston, la gestion du matériel pour éviter la casse.


Les premiers mots d'Erwan Tabarly à son arrivée : 
"
Depuis le temps que je ne passais pas très loin, je suis vraiment content de décrocher enfin la première place, c'est celle qui me manquait après des places de 2ème et 3ème. Cela fait trois éditions que je me bats vraiment et d'y arriver c'est super. La dernière nuit a été très dure, je n'ai pas pu dormir, on était au largue serré sous spi, donc il fallait barrer. Il y avait encore 25 à 30 nœuds de vent, donc je n'ai pas dormi, ça se voit sur les yeux… On a eu des gros coups de baston la première semaine, qui ont malheureusement écrémé la flotte, et j'ai réussi à en sortir indemne en ménageant mes voiles, même si elles ont un peu souffert. J'ai creusé l'écart après la première semaine et j'ai réussi à le garder jusqu'au bout. Je suis super heureux."

 

Gildas Morvan, deuxième et Fabien Delahaye troisième… à 33 minutes d'écart !

33 minutes d'écart après 21 jours de course et 4 548 de milles parcourus… La place de dauphin de la Transat Bretagne - Martinique 2013 a été pour le moins disputée. Gildas Morvan (Cercle Vert) et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012), au coude à coude depuis le sud du Portugal, se sont livrés à un duel sans merci au cœur d'une transatlantique aux conditions météorologiques éreintantes.

Les premiers mots de Gildas Morvan (Cercle Vert):
"Cette transat, ce sont vraiment de bons souvenirs. Les deux dépressions, c'était dur, on a pris cher. J'ai même mis mon tourmentin et deux ris, c'est la première fois. Après, on est descendu plein sud, c'était magique, fabuleux, il y avait des poissons partout, des centaines d'oiseaux, des pêcheurs, un 4x4 sur la route qui me suivait, des grandes dunes, des villages... On a fait une super balade. C'était un grand tour, c'est rare de passer entre Les Canaries et le Cap Vert. Mais on a toujours eu du vent. Erwan avait 40 milles d'avance au début des alizés, et je me suis dit que ça n'allait pas être évident de le rattraper. Les alizés ont été durs, on a eu 48 heures de baston, je me suis fait coucher avec le petit spi, coucher à 90° ! Les grains duraient longtemps, une demi-heure parfois…
J'ai halluciné hier soir, à un moment Fabien avait 10 milles de retard, donc j'étais plutôt confiant. Et à un moment, je vois une baleine morte, et puis je lève les yeux et là je vois une tâche verte, et je me dis ce n'est pas possible ! Fabien est à 3 milles derrière ! En fait, on a eu moins de vent, et lui avait du vent, il avançait trois milles plus vite qu'Erwan pendant une heure ou deux, c'était dingue ! Tout à coup, le téléphone sonne, et là j'entends « Salut, c'est Fabien, ça va ? » Dans mon for intérieur, je me suis dit mon coco tu ne passeras pas comme ça, je n'ai pas dormi de la nuit, j'ai été au taquet à fond du début à la fin, à la barre tout le temps pour ne pas le laisser passer. J'aurais eu un peu pitié de perdre ma place quand même ! "


Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) :
"C'est la première fois où j'ai dû choisir des moments de course et des moments de navigation en bon marin, pour jouer la sécurité. On met parfois le jeu de côté pour préserver le bateau sur le long terme. Erwan a fait une super course, Gildas a été plutôt conservateur comme moi, comme de faire le tour de la situation délicate. Erwan a régné en patron sur cette Transat, et au final je suis content de moi, 3ème c'est top ! C'était beau les côtes africaines, je trouve ça génial, les falaises de sable, le coucher de soleil, c'est magnifique. Sur la prochaine Transat AG2R - LA MONDIALE, si on nous enlève le point GPS là-haut, on pourra peut-être le refaire… J'ai surveillé tout le temps Anthony Marchand, il fait une super Transat, mais j'avais à cœur de rattraper Gildas. Alors, j'ai joué des petits coups. Hier soir, il était 3 milles devant moi à vue, c'était top, mais après c'était tout droit et Gildas, il est bon au largue serré, c'est sa spécialité. Je n'étais pas le plus rapide cette nuit, j'avais peur de casser dans les grains, et de me faire rattraper par Anthony. La fatigue, il y en a mais je ne pense pas être le plus fatigué de la flotte, j'ai bien géré mon sommeil. "

 

Par : Communication


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports