Menu   Espace Licencié   Outils Gestion Club   Boutique Clubs

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

> Actualités


Lobert fait parler la poudre !

[Equipe de France]  - le 30/07/2012

[Equipe de France] Finn : Incredible John !

Le premier Français au classement général est Jonathan Lobert qui occupe ce soir la deuxième place, derrière le Danois Jonas Hogh-Christensen et devant le Britannique Ben Ainslie. Pour grimper aussi haut dans la hiérarchie, Jonathan a réalisé une journée du tonnerre. Lors de la première manche, il a déposé la flotte au portant pour gagner 10 places et terminer en 4ème position. Sur la deuxième manche, le Nantais est parti du bon côté du plan d'eau et est toujours resté dans le bon paquet. « Je le sentais bien à droite, j'y suis allé et ça a payé » résume t'il. Sa chance est aussi que les leaders successifs ont eu quelques soucis à l'image du Finlandais qui a dessalé ou de l'Espagnol Rafael Trujillo qui a perdu son safran en pleine course, alors qu'il menait ! L'Espagnol, médaillé d'argent à Athènes, cumule les soucis après un problème avec une écoute hier.

Jonathan Lobert : « C'est super d'être deuxième ! »« C'est super d'être deuxième ! Sur la deuxième manche, je le sentais bien à droite, j'y suis allé et ça a payé. J'aurais pu la gagner mais ce n'est pas bien grave. Je suis surtout fier de la première manche où j'ai fait un super bord de portant. Je suis passé de 15ème à 4ème ! Sur la deuxième, l'Espagnol et le Finlandais ont eu des soucis. Le Finlandais a dessalé et l'Espagnol a eu un problème de safran. C'est bon pour moi, je prends ! Ainslie est derrière moi mais ce n'est pas terminé. On sait qu'il est toujours là. »Pour suivre demain :

12.00 : Manche 5

13.30 : Manche 6

49er : Standing ovation pour Manu Dyen et Stéphane Christidis

A midi, les 49er ont démarré en fanfare aujourd'hui. Devant plusieurs milliers de spectateurs réunis dans les gradins naturels de Nothe, Manu Dyen et Stéphane Christidis ont assuré le show. Malgré un départ moyen, ils s'imposent au terme d'une première manche disputée le couteau entre les dents et offrent aux supporters français une belle occasion de crier leur joie. Beaux joueurs, les deux hommes sont allés saluer leur public avant de prendre part à la deuxième course. Celle-ci leur réussit moins puisqu'ils terminent 9ème. « On avait une opportunité de terminer 5ème mais on ne l'a pas saisie » regrette Manu, le barreur. Le coach, Guillaume Chiellino dresse un bilan mi-figue, mi-raisin de cette première journée : « C'est bien de gagner la première mais c'est dommage de ne pas faire mieux sur la seconde. »

Manu Dyen et Stéphane Christidis : « ça s'est joué sur la ligne ! »« On a pas pris un bon départ mais, ensuite, on était de mieux en mieux avant de passer le Danois. C'est super de gagner la première manche, en plus, ça s'est joué sur la ligne. Les Stars avaient bien commencé et on est content de poursuivre sur leur lancée. Il y avait beaucoup de public dans le stade nautique, on a eu droit à une standing ovation. Sur la deuxième, nous avions une opportunité de terminer 5ème mais on ne l'a pas saisie. » Interview de Guillaume Chiellino, entraîneur des 49er :« Ils sont dans les clous ! C'est bien de gagner la première mais c'est dommage de ne pas faire mieux sur la seconde.  Cela dit, ils ont l'air bien dans leur match. Il reste 9 jours de compétition, ils n'ont couru que deux des 16 manches et ils sont 5ème du général. C'est loin d'être la première place. »Pour suivre demain :

12.00 : Manche 5

12.50 : Manche 6

Laser : Bon départ pour JB Bernaz

Comme il y a quatre ans où il avait gagné une manche dès le premier jour de JO, Jean-Baptiste Bernaz a frappé un grand coup pour son entrée en compétition. Parti dans le bon paquet de la première manche, il réalise un deuxième bord de portant supersonique qui le propulse à la deuxième place à la bouée sous le vent. « Je sais que j'ai la vitesse » explique « JB » qui est l'un des plus rapides du monde à cette allure. Sur la deuxième manche, cette vitesse n'a pas suffi à pallier un mauvais choix tactique. « Je suis resté focalisé sur mon schéma de vitesse (…) ; je me suis tué tout seul » analyse le marin.

Jean-Baptiste Bernaz : « La journée est bonne »« La journée est bonne ou en tous cas pas mauvaise. Sur la deuxième manche, je ne pars pas trop mal mais je suis resté un peu trop focalisé sur mon schéma et la vitesse n'a pas suffi à rattraper ça. Je me suis tué tout seul.  Je sais que j'ai la vitesse, surtout au portant. Un passage dans les 10 à la bouée au vent peut se transformer en une 5ème place à la bouée sous le vent. Ce matin, j'étais très détendu. J'ai abordé les Jeux beaucoup plus sereinement qu'il y a quatre ans. »Pour suivre demain :

14.00 Manche 3

15.30 Manche 4

Dur dur pour les Stars et le Radial

Ce 31 juillet est à vite oublier pour l'équipage Rohart - Ponsot qui ne parvient pas à jouer à son niveau habituel et termine la journée lesté d'une vingtaine de points dont il se serait bien passé. « Chaque décision est prise dans le mauvais sens » se désole Xavier et même la vitesse retrouvée aujourd'hui ne leur a pas permis de terminer aux avants postes. Abattu par cette journée, le Sudiste voit tout en noir. Le coach ne partage pas tout à fait ce pessimisme et annonce qu'il « va falloir être brillants » pour la suite. Le changement de rond demain pourrait permettre un redressement de situation. Sarah Steyaert était un peu dans le même esprit que Xavier ce soir. Après ses manches de 21 et 14, elle occupe la 15ème place, bien loin du podium rêvé. « Les filles qui sont devant iront au bout et moi j'ai déjà pris des points » regrette la Rochelaise.

Sarah Steyaert : « C'est plus dur que prévu »« La journée n'est pas très très bonne. J'ai pris des bons départs mais je n'ai pas tenu ma position. Ma vitesse n'est pas mauvaise mais je n'étais pas sur le côté favorable. Les filles qui sont devant iront au bout et moi j'ai déjà pris des points. C'est plus dur que prévu. »Pour suivre demain :

12.00 Manche 3

14.10 Manche 4

Xavier Rohart : « Quand il se passe un truc, ce n'est pas pour nous »« C'est pas bien. Il n'y a rien qui passe. Chaque décision est prise dans le mauvais sens. Quand il se passe un truc, ce n'est pas pour nous. On a résolu notre problème de vitesse, on peut jouer par rapport aux autres mais ce n'est pas suffisant. Pour l'instant, on n'a pas vraiment d'analyse. On ne navigue pas sur la même zone que d'habitude, il y a beaucoup de ressac mais ça n'explique pas tout. C'est pas loin d'être bâché. Maintenant, il faudrait tout gagner et que les 10 premiers se prennent des plombs ! Mais on continue d'y croire et on reste à fond. »Pour suivre demain :

12.10 Manche 5

13.50 Manche 6

Match Race : Leroy et son équipage assurent le show

Claire Leroy et son équipage ont assuré le spectacle aujourd'hui. Lors du premier match, la concurrente néerlandaise a heurté la barre du bateau français avec sa bôme. Les tricolores ont donc terminé sans pouvoir tenir leur safran normalement et Claire a même fini assise au fond du bateau avec la main sur la pelle de safran ! « Même comme ça, elles s'en sortent bien » s'amuse Claire Pruvot, la remplaçante venue soutenir l'équipage depuis la colline qui surplombe le plan d'eau Nothe. Il n'empêche qu'elles perdent leur match et doivent réclamer auprès du jury pour demander réparation. Celui-ci décidera de leur accorder la victoire et un précieux point qui les place en troisième position de ces phases qualificatives. Les Françaises se sont en effet imposées face à la Suédoise lors du deuxième match du jour.

Claire Leroy : « j'étais au fond du bateau avec la pelle de safran à la main ! »« Sur le deuxième match, on a gagné la Suédoise. Rien n'est facile ! On était bien devant et elle est revenue. Il faut faire super attention ici avec les risées qui tombent de la falaise. On a fait du super boulot. Sur la première manche, la Néerlandaise a cassé notre barre alors qu'elle réparait une pénalité. Nous n'avions plus de barre. Au portant, j'étais au fond du bateau avec la pelle de safran à la main ! On attend le résultat du « hearing » (réclamation après match, ndlr). »Et demain…

Julien Bontemps et Charline Picon débutent leurs Jeux Olympiques demain en planche à voile. Ce sont donc 8 des 10 séries olympiques qui seront en compétition ce mardi.

RS :X Homme :

12.00 Manche 1

12.50 Manche 2

RS :X Femme :

13.30 : Manche 1

14.20 : Manche 2


Des Bleus dans l'organisation

Les Français sont sur l'eau, en tant que compétiteurs mais certains jouent des rôles importants dans le bon déroulement des Jeux Olympiques. Ainsi, le vice président du jury est Bernard Bonneau qui présidait, il y a peu, le jury de la prestigieuse Volvo Ocean Race. « Je dois veiller à l'organisation administrative du jury et de son secrétariat, et mettre en pratique toutes les actions du jury, sur l'eau et en salle » résume Bernard. Le plus capé des jurys français était déjà à ce poste aux Jeux Olympiques de Pékin et d'Athènes et il doit veiller à ce que les panels soient les plus neutres possibles. « Il y a parmi les membres du jury 22 nationalités, ce qui permet d'éviter les conflits d'intérêts ». Il n'est bien sûr pas question de mettre dans le jury un arbitre de la même nationalité qu'un concurrent mais il ne faut pas non plus qu'un des jurys ait un quelconque intérêt dans la décision qui sera prise. Bernard fait partie des « technical officials » - ces membres de l'organisation qui jouent un rôle dans le déroulement sportif des épreuves - et il doit comme tous les autres mettre son patriotisme en berne pendant la durée de la course. Trois autres Français sont dans le même cas en raison de leur appartenance au Comité de Course. Ainsi, Christophe Gaumont est président du Comité de Course des 470, Nathalie Peberel est adjointe sur les planches à voile alors que Jean-Luc Michon est chargé de la jauge des Lasers. Pendant toute la durée des Jeux, ces tricolores ont tout juste le droit de saluer leurs compatriotes. « Quand on discute avec les Français, le mot d'ordre est de leur parler en Anglais, et devant un officiel d'une autre nationalité afin d'éviter toute suspicion de triche » résume Christiophe Gaumont.

Le point météo, avec David Lanier

Pour demain, ciel couvert en matinée puis dégagé en fin de matinée. Au niveau du vent, synoptique modéré du SW pour 12-15nds en matinée puis 15-20 nds en après-midi. Il s'agit d'une prévision à 24h qui peut encore évoluer d'ici la nuit.

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports