Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

JULIEN BONTEMPS EN TETE AVANT LA FINALE DES PLANCHES !

[Equipe de France]  - le 19/08/2008

[Equipe de France]

Au sommaire :

- La journée en bref
- La 8ème place de Jean-Baptiste Bernaz en Laser avec interview de Jean-Baptiste.
- La 5ème place de Sarah Steyaert en Laser Radial avec interview de Sarah.
- La 11ème place de Faustine Merret en planche à voile féminine avec interview de Faustine (RS :X)
- Le point sur les RS :X hommes avant leur Medal Race demain avec interview de Julien Bontemps et de Pascal Chaullet (3ème de la manche 10, Leader du général)
- Le classement des Star, pas de course disputée aujourd'hui (Xavier Rohart et Pascal Rambeau, 3ème au général)
- Le classement des Tornado. Pas de course disputée aujourd'hui. (Xavier Revil et Christophe Espagnon, 10ème au général)
- La réaction de Serge Maury à la médaille de Bronze de Guillaume Florent
- Le programme de demain, mercredi 20 août

 

La journée en bref

Pascal Chaullet est un entraîneur heureux. Lui qui dit aimer les régates serrées, est servi : comme il y a 4 ans pour Faustine Merret, qu'il entraînait déjà à Athènes, le planchiste Julien Bontemps va jouer demain à 13 heures (7 heures en France) l'or olympique dans la finale. En accédant aujourd'hui  à la tête du classement général grâce à sa 3ème place dans la dernière régate en flotte, Julien a largement simplifié l'équation de la Medal race. Il possède en effet un point d'avance sur le britannique Nick Dempsey et le néo-zélandais Tom Ashley, à égalité, ce qui signifie qu'il doit impérativement les précéder sur la ligne d'arrivée. Que ce soit pour l'or ou pour une place sur le podium, Julien gardera aussi un œil attentif sur l'israélien Shahar Zubari, 4ème à 9 points mais à l'aise dans le petit temps qui est annoncé demain. 

 

Toujours en planche, Faustine Merret, a terminé ses JO sur une jolie 3ème place dans la Medal Race, un résultat évidemment plus en regard avec son talent. Elle ne parvient cependant pas à rentrer en finale demain à une place près (11ème). Dans une interview que nous publions, notre championne olympique d'Athènes, a confirmé la décision déjà prise avant d'arriver en Chine : il s'agissait de ses derniers JO et de sa dernière compétition en planche. Si elle n'est pas parvenue à rééditer son exploit d'il y a quatre ans, Faustine restera à jamais comme celle qui a redoré la voile olympique après 12 années de disette. Un détonateur indispensable à une équipe qui en avait fait son étendard à l'image du drapeau français qu'elle arborait fièrement le jour de la cérémonie d'ouverture de Qingdao. Parions que, quelque soit son domaine d'activité - elle devient cadre technique grâce à son diplôme de Professeur de sport -, on reparlera de la Brestoise dans les années à venir … pas près d'être guérie, comme elle dit, de sa maladie du « bougé-bougé »…

 

 

Ceux dont on reparlera, sur l'eau cette fois, c'est sans aucun doute de nos deux benjamins de l'équipe, Jean-Baptiste Bernaz (8ème en Laser) et Sarah Steyaert (5ème en Laser radial) qui disputaient leur Medal race aujourd'hui. L'un et l'autre ont accompli une belle performance et ratent finalement à peu de choses de pouvoir jouer le podium. Ils pourraient bien avoir réglé ces quelques détails d'ici quatre ans. Leurs performances symbolisent aussi le progrès global des Laséristes français constaté au cours de l'olympiade.

 

Pour finir, Tornado et Star sont ce soir au même point qu'hier faute de vent… On les retrouvera demain pour trois manches importantes. Si le vent le permet. Ce sera en tous les cas la dernière journée de navigation en flotte avant leur Medal Race prévue jeudi 21 août. Une journée où les français bénéficieront du soutien de Bernard Laporte. Le Secrétaire d'Etat chargé des sports, de la jeunesse et de la vie associative avait promis aux régatiers réunis en stage à Marcoussis en mai dernier qu'il leur rendrait visite aux JO. Il tient ainsi sa promesse. On ne peut que lui souhaiter, ainsi bien sûr qu'à Julien Bontemps, que cette visite soit l'occasion d'assister à une cérémonie des médailles…

 

 

La 8ème place de Jean-Baptiste Bernaz en Laser

Le Hyérois a finalement pris la 8ème place de la Medal race. Superbement parti à l'extrémité de la ligne, côté bateau comité, il passe 3ème à la première marque mais subit une forte bascule de 30° dans le deuxième bord de près. Résultat une 6ème place qui le conforte à la 8ème place du général soit le meilleur résultat d'un français depuis l'entrée de cette série aux JO en 1996. Très déçu hier soir après une journée, et surtout une deuxième régate qui lui avait coûté toute chance de podium, « JB » revalorisait sa performance aujourd'hui. Avec raison en regard de son résultat d'ensemble. Le britannique Paul Goodison donne, dans cette série, une troisième médaille d'or aux Britanniques.

 

Interview de Jean-Baptiste Bernaz

Cette dernière manche ? : Je suis content de ma Medal race car jusqu'alors, je n'étais pas très à l'aise dans ce type de régate et là, j'ai su au moins conserver ma place au général. D'un autre côté, je suis sûrement passé à côté de quelque chose de plus grand. Cela se joue dans la dernière régate en flotte hier où le Norvégien me coince, je ne peux pas faire la bouée et après avec le courant, c'est devenu terrible pour remonter la virer.

 

Que retiens-tu de ces JO ? Plein de choses. C'est sûr que ce que j'ai appris ici contribuera la prochaine fois à ma performance. On a beau dire la pression des JO, cela reste abstrait tant qu'on ne l'a pas vécu. Par exemple, elle me coûte sans doute 10 points dans la première manche tant les jambes tremblaient et le cœur battait fort. C'était un peu pareil aujourd'hui.

 

Comment expliques-tu cette performance ? Nous avions bien bossé dans le petit temps, j'ai maigri pour cela. D'ailleurs, cela explique aussi pourquoi ceux qui étaient en sélection pour les JO ont eu du mal dans les autres grandes compétitions de l'année qui étaient ventées.

 

Terminer dans les huit, soit au rang officiel de finaliste, c'était important ? C'est toujours bien d'avoir défendu cette place et puis je suis content pour ma fédération.

 

Tu as dépassé ta déception d'hier ? Ca va mieux car je suis conscient d'avoir fait un bon parcours mais il me reste une petite boule au cœur en pensant à hier. Mais oui je suis content. Je pense que mon père va être fier.

 

La suite ? Je fais un gros break question voile. Je n'interromps pas la pratique sportive, je vais faire un peu de triathlon. Ensuite, je me remettrai à la voile sur d'autres supports style Star, match race. Je ferai ma rentrée en Laser à la Semaine Olympique de Hyères au printemps 2009. Mon objectif, c'est évidemment les JO 2012.

 

Le podium des Laser Hommes et résultat français

Médaille d'or : Paul Goodison (GBR) : 63 pts
Médaille d'argent : Vasilij Zbogar (Slo) : 67 pts
Médaille de bronze :  Diego Romero (ITA) : 69 pts
...
8ème Jean-Baptiste Bernaz (FRA -COYCH) : 104 pts

 

 

Le point sur les Laser Radial

Même sans trop d'illusions sur ses chances de décrocher le podium dans cette ultime manche, Sarah Steyaert avait bien l'intention de briller une dernière fois. Elle a bien failli le réaliser grâce à un bon départ et une 2ème position à l'issue du premier tour. Mais le vent a joué un dernier vilain tour à Sarah en basculant de… 60° dans le deuxième bord de près. Elle finit 8ème de la Medal race sans changement notable au classement général où elle termine à une bonne 5ème place avec deux victoires de manche en prime. Au-delà des chiffres, il y a  l'impression laissée par cette jeune femme, benjamine de l'équipe avec Jean-Baptiste, qui a démontré qu'il faudra compter avec elle pour l'avenir.  L'américaine Anna Tunncliffe permet pour la première fois à l'hymne américain  de retentir à Qingdao.

 

Interview de Sarah Steyaert

Cette dernière régate ? Je suis un peu sous le coup de l'énervement car la bascule de vent de 60° a tué ma manche. J'ai essayé de demander de l'annuler au comité vu ce changement de vent mais c'était impossible. Dommage : j'étais 2ème et j'aurais au moins aimé tenter de gagner une place au général.

 

Hier tu étais très déçue ? J'ai un peu digéré. Pour des premiers JO, je crois que j'ai réalisé quelque chose de bien. Je me suis battue malgré des éléments extérieurs qui n'étaient pas faciles à gérer. Peut-être aussi que préparer deux grands rendez-vous dans l'année, le Mondial (qui était une épreuve sélective pour les JO, ndr)  et les JO est trop difficile. Ce serait peut-être mieux de finir les sélections un an avant les JO.

Le podium se joue sans doute sur cette disqualification à mi-parcours pour départ volé : Oui surtout que je ne l'ai pas vu tout de suite. C'est sûr que cela se joue là-dessus.

 

L'avenir : Déjà finir l'IUFM où il me reste un  an. Après, je serai libérée. Je compte bien aller aux JO 2012 mais pas dans n'importe quelles conditions. Cela dépend de la manière dont je pourrais aménager ma préparation et plus globalement de la façon dont elle s'organisera.

 

 

Le podium en Laser radial

Médaille d'or Anna Tunnicliffe (USA) 37 pts
Médaille d'argent Gintare Volungeviciute (Lituanie) : 42 pts
Médaille de bronze Lija Xu (Chine) : 50 pts
...
5ème Sarah Steyaert (FRA - CV Chateilaillon) : 61 pts

 

 

La 11ème place de Faustine Merret en planche RS :X femmes

Avec le petit temps, les progrès ressentis hier dans la 9ème manche à propos de Faustine Merret se sont confirmés aujourd'hui. La Brestoise voulait laisser une belle image pour ce qui sera sa dernière régate au haut niveau en planche : elle termine 3ème, une place bien plus en rapport avec son talent. Elle finit du coup à une place et 3 points de la Medal race. A son arrivée, la championne olympique en titre est revenue sur sa course et la suite de sa carrière avec les médias français présents. A noter que dans le petit temps, sa dauphine d'Athènes, la chinoise Jian Yin, a repris le commandement de l'épreuve grâce à sa victoire dans la manche. Elle possède 5 points d'avance avant la Medal race, demain, sur l'italienne Alessandra Sensini et 8 sur la britannique Bryony Shaw.

 

Interview de Faustine Merret

Ton bilan de ces JO : C'est évidemment une déception. Je n'étais pas venue pour me battre pour la place de 10 mais pour le podium. Quand on réalise que c'est devenu impossible, il est dur de continuer à se motiver. Au moins, j'ai montré autre chose aujourd'hui et finit la manche une place plus conforme à ce que j'attendais de ces JO. C'est la première manche où j'ai vraiment accroché dedans. C'est bien car il s'agissait de ma dernière régate en planche, de ma dernière Préparation olympique.

 

Tu arrêtes ? Oui mais j'avais décidé cela avant les JO.

 

Peut-on parler de malchance ? En tous les cas, on peut parler de manque de réussite. Il en faut et cela me fait réaliser un peu plus ce que j'ai réussi à Athènes. Là, plus la compétition avançait, moins cela allait.

 

Cela se joue le premier jour sur ta disqualification ? Oui forcément. Quand tu commets une faute, c'est plus facile de revenir, de remonter la pente. Mais quand tu n'y peux rien, c'est beaucoup plus difficile. J'ai eu un sentiment d'injustice parce que j'avais réparé, j'avais perdu deux places et en plus, avec le recul je me dis que la situation n'était pas aussi nette que cela au passage de la bouée et que j'aurais peut-être du réclamer contre l'Espagnole. Mais on ne refait pas sa manière de régater. Je régate avec le cœur et même quand j'ai l'impression que ce n'est pas le cas de mes concurrentes, je ne peux pas être comme ça. Physiquement, cela allait pourtant, techniquement je connaissais mes forces et faiblesses sur cette planche mais j'ai fait des erreurs de stratégie sauf dans les deux dernières manches. Je n'avais pas la détermination qui était la mienne avant Athènes. Mais j'étais là et je comptais bien tout donner. Sans doute que si c'était parti autrement cela se serait enchaîné différemment. De toutes expériences, il faut retirer des leçons. Ce sera le cas  là aussi.

 

La suite, l'arrêt de la compétition ? Je ne vais pas guérir comme cela de ma maladie du « bouger-bouger ». Mon père m'a inculqué le virus du sport et cela ne va pas me lâcher, c'est culturel chez moi ! Mais ce sera du loisir. Je pourrais partager plus de temps avec mes proches, ma famille. Une nouvelle carrière s'ouvre devant moi, certainement comme cadre technique. Entraîner des véliplanchistes est envisageable mais je peux aussi me consacrer au développement. J'en parlerais avec Philippe Gouard, mon DTN à l'issue de mon année de formation qu'il me reste à accomplir.

 

Au final ? La déception de n'avoir pas pu répondre aux attentes de tous ceux qui me soutiennent et m'aident depuis 4 ans, sont là dans les bons et les mauvais moments. Je sais qu'ils seront là à mon retour. Et puis, je vais consacrer du temps à ma famille, mon club des Crocos de l'Elorn, ma Ville (Brest, ndr).

 

 

Interview de Pascal Chaullet :

Je suis content que Faustine ait terminé ses JO sur une meilleure manche. Ce matin, on s'est dit qu'il fallait faire au mieux pour rentrer dans les dix, c'est raté d'un rien mais elle a montré aujourd'hui que son  résultat final n'avait aucun rapport avec son potentiel. C'est la tête qui n'a pas suivi, cela n'entame en rien un talent qui reste intact.

Les dix qualifiées en  RS :X femmes avant leur Medal race demain

1ère Jian Yin (Chine) : 33 points
2ème Alessandra Sensini (ITA) : 38 pts
3ème Bryony Shaw (GBR) : 41 pts
4ème Jessica Crisp (Aust) : 46 pts
5ème Marina Alabau (Esp) : 46 pts
6ème Barbara Kendall (NZL) : 63 pts
7ème Zofia Klepacka (POL) : 66 pts
8ème Olha Maslavets (UKR) : 73 pts
9ème Wai Kei Chan (HKG) : 75 pts
10ème Maayan Davidovitch (ISR) : 97 pts

Classement final pour la France : 11ème Faustine Merret (Crocos de l'Elorn) : 100 points

 

 

Le point sur les RS :X hommes

Julien Bontemps avait débuté son œuvre, hier, lors du premier bord de cette 10ème manche. Il était en effet en tête au moment de la décision prise par le comité de l'interrompre. Qu'importe, il l'a poursuivi aujourd'hui sur le même tempo et  dans un vent tout aussi faible. Après un départ jugé moyen, il a remonté un à un ses concurrents pour terminer 3ème de cette dernière régate en flotte. Surtout, il a devancé tous ses adversaires pour le podium en leur prenant des points précieux avant la Medal race. C'est dire le gros coup réalisé aujourd'hui par le français tant sur le plan comptable que psychologique surtout que les conditions pourraient, demain, être comparables. La Medal race devrait-être passionnante car nous offrant un « vraie » finale entre le trio de tête. En effet, le point d'avance que possède ce soir Julien sur le britannique Nick Dempsey et le néo-zélandais Tom Ashley ne servira à rien si l'un de ces deux concurrents le devance. Entre ces trois-là, la règles est simple : celui qui passe la ligne en premier a gagné ! Une place sur le podium parait largement envisageable même s'il faudra se méfier d'un 4ème larron  : l'israélien Shahar Zubari est à 9 points du français mais s'avère redoutable dans le petit temps. Neuf points, c'est l'équivalent de quatre concurrents à intercaler. Quatre ans après Faustine Merret, la planche française va jouer une médaille dans la dernière manche des JO grâce à Julien Bontemps. Le suspens devrait être aussi grand.

 

Interview de Julien Bontemps

Tu viens de marquer un gros coup ? C'est une bonne manche. Il fallait que je montre que j'étais toujours dans le coup pour la place de premier. J'ai pris un départ moyen mais j'ai réussi à remonter mes adversaires un à un. C'est grâce à un bon positionnement tactique et à ma condition physique.

La tactique pour demain : C'est simple : c'est celui qui finit devant l'autre qui gagne ! Je vais aborder cette manche avec la même détermination et concentration dont j'ai essayé de faire preuve depuis le début des JO. Mais je me sens toujours en position de challenger. Pour le moment, je peux dire que j'ai fait un bon parcours car vu les clients sur le plan d'eau, ce n'est jamais évident d'être dans le Top 5. Il faudra gérer tous les paramètres jusqu'au bout du type attente à terre si le vent tarde. J'ai pas mal travaillé la relaxation pour ça. Je ne veux pas trop me préoccuper du temps qu'il fera car pour le moment, la météo a souvent été capricieuse.

 

 

Interview de Pascal Chaullet, entraîneur :

Cette dernière manche s'est jouée sur le contrôle et la possibilité physique de porter des attaques. Julien a notamment eu le dernier mot sur l'israélien, c'est bien. Il s'agit d'un avantage psychologique. Mais Julien l'avait déjà pris hier en prenant la tête de la manche finalement annulée. Pour la Medal race, cela se jouera à quatre. La stratégie, c'est d'être devant et donc de prendre un bon départ. Il ne peut faire une course au milieu de la  flotte en contrôlant, il faut être devant. Je me suis régalé avec Julien quelque soit le résultat final. Avant le départ aujourd'hui, on s'est regardé en souriant et on s'est dit qu'aimer jouer un championnat sur des manches aussi serrées, il fallait être maso… (rire).

 

Les dix qualifiés pour la Medal race en RS :X hommes

1er Julien Bontemps (ASPTT Nantes) : 45 pts
2ème Nick Dempsey (GBR) : 46 pts
3ème  Tom Ashley (NZ) : 46 pts
4ème Shahar Zubari (ISR) : 54 pts
5ème Ricardo Santos (BRA) : 65 pts
6ème Nikolaos Kaklamanakis (Gre) : 75 pts
7ème King Yin Chang (HKG) : 82 pts
8ème Aichen Wang (CHN) : 85 pts
9ème Ivan Pastor (Esp) : 93 pts
10ème Makoto Tomizawa (JPN) : 98 pts

 

Le classement des Star après 7 manches (pas de manche disputée aujourd'hui)

1er Fredrik Loof et Anders Ekstrom (SWE) : 23 pts
2ème Ian Percy et Andrew Simpson (GBR) : 26 pts
3ème Xavier Rohart (YC La Pelle) et Pascal Rambeau (S.R.Rochelaises) (FRA) : 32 pts

 

 

Le classement des Tornado après 7 manches

1er Fernando Echavarri et Anton Paz (ESP) : 20 pt
2ème Darren Bundock et Glenn Ashby (Aus) : 20 pts
3ème Iornadis Paschaladis et Konstantinos Trigonis (Gre) : 32 pts
...
10ème Xavier Revil (SRV Annecy) et Christophe Espagnon (SRRochelaises/Equipe de France Militaire) : 48 pts

 

 

Réaction de Serge Maury, médaillé d'or en 1972 en Finn

Une voix discrète et douce au téléphone, demande le numéro de téléphone de Guillaume Florent. C'est de la part de ? Serge Maury. Soit le dernier médaillé français en Finn. Sa réaction.

 

Serge Maury : La médaille de Guillaume m'a fait énormément plaisir. Cela fait 36 ans après ma propre médaille : je l'ai attendu longtemps. Je l'ai appris en suivant le direct à la TV. Cela m'a rappelé des souvenirs. Cela a été dur et difficile comme pour moi. Je suis content pour lui.

 

Au programme demain, 20 août, sur le Centre Olympique de voile de Qingdao

- Medal Race des Planches RS:X Femmes à 13 heures (sans française qualifiée)
- Medal race des Planches RS :X hommes à 13 h avec Julien Bontemps (ASPTT Nantes)
- Manches 8, 9, 10 à 11 h, 12 h  et 13 h des Tornado avec Xavier Revil (SRV Annecy) et Christophe Espagnon (SR Rochelaises/Equipe de France Militaire)
- Manches 8, 9 et 10 à 11 h, 12 et 13 h des Star avec Xavier Rohart (YC La Pelle) et Pascal Rambeau (SR Rochelaises)   

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :