Menu

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Après une journée blanche, toutes les séries sur l'eau demain

[Equipe de France]  - le 14/08/2008

[Equipe de France]

La journée en bref

Pas de régate aujourd'hui à Qingdao en raison d'un vent nul et d'une brume persistante. La faute à une situation météo évoluant avec une zone de basses pressions au sud de la Chine qui génère des centres dépressionnaires orageux. La première de ces dépressions aurait pu provoquer l'arrivée de nuages, et donc, au moins de manière passagère, de vent, elle aura surtout empêché le soleil de percer et désorganisé la brise thermique. Il est possible, prévoyait ce matin la cellule météo de l'équipe de France composée de Yann Amice et David Lanier, que la dépression se stabilisant à l'est-sud est de Qingdao entraîne un flux de nord à nord-est modéré même si irrégulier. Ce serait évidemment souhaitable pour permettre à la compétition de se poursuivre demain voire aux manches de retard de se courir.

Car du fait des reports successifs, le menu prévu demain s'annonce copieux avec 27 manches programmées pour les 11 séries pour la première fois ensemble sur le plan d'eau. Inutile de dire que les comités de course ont du jongler avec le planning pour qu'elles se partagent les cinq ronds ce qui d'ailleurs avancera l'heure des premières manches du jour à 12 heures (6 heures en France) au lieu de 13 h habituellement pour un certain nombre de séries.  La journée sera donc importante en terme de points distribués et même décisive pour les Finn et Yngling qui ont ainsi trois régates prévues la veille de leur Medal race ! Une Medal race dont la programmation samedi est certaine puisque le règlement la conditionnait à la totalisation d'au moins six manches en flotte.  Or Yngling et Finn en comptabilisent déjà sept.

 

A noter enfin la dernière entrée en compétition : celle des Star et Tornado. Avec deux de nos meilleures chances de médailles : nos doubles champions du monde de Star et médaillés de bronze à Athènes, Xavier Rohart et Pascal Rambeau, et de Xavier Revil et Christophe Espagnon en Tornado.

 

Les classements avant la journée de vendredi

 

Classement des Finn après 7 manches
1er Ben Ainslie (GBR) : 19 pts
2ème Zach Railey (USA) : 25 pts
3ème Guillaume Florent (FRA - YC Dunkerque) : 30 pts  

 

Classement Laser après 3 manches
1er Diego Romero (ITA) : 14 pts
2ème Gustavo Lima (ARG) : 16 pts
3ème Julio Alsogaray (ARG) : 23 pts
...
6ème Jean-Baptiste Bernaz (FRA -COYCH) : 32 pts

 

Classement Laser radial après 3 manches
1er Anna Tunnicliffe (USA) 15 pts
2ème Mateja Petronijevic (CRO) : 22 pts
3ème Gintare Volungeviciute (Lituanie) : 24 pts
...
10ème Sarah Steyaert (FRA - CV Chateilaillon) : 33 pts

 

Classement des 470 hommes après 6 manches
1er Nathan Wilmot et Malcom Page (Australie) : 17 pts
2ème Nicolas Charbonnier (YC Antibes) et Olivier Bausset (CN Ste Maxime) (FRA) : 24 pts
3ème Nick Rogers et Joe Glanfield (GBR) : 25 pts

 

Classement 470 femmes après 6 manches
1ère Marcelien de Koning et Lobke Berkhout (NED) : 13 pts
2ème Elise Rechichi et Tessa Parkinson (AUST) : 13 pts
3ème Natalia Via Dufresne et Lluisa Tutzo (ESP) : 27 pts
...
12ème Ingrid Petitjean (SN de Marseille) et Gwendolyn Lemaitre (SR Brest) : 45 pts

 

Classement 49er après 9 manches
1er Nathan Outteridge/Ben Austin (Aust) : 29 pts
2ème Warrer/Ibsen (DEN) : 30 pts
3ème Sibello/Sibello (ITA) : 40 pts
...
11ème    Manu Dyen (CNV Aix les Bains) et Yann Rocherieux (CN de Sciez) : 72 pts

 

Classement Yngling après sept manches
1ère Ayton/Webb/Wilson (GBR) : 17 points
2ème Mulder/Bes/Witteveen (NED) : 22 pts
3ème Sally Barkow/Bes/Witteveen (USA) : 33 pts
...
9ème Anne Le Helley (SR.Rochelaises), Julie Gerecht (SN St Quay Portrieux/équipe de France Militaire), Catherine Lepesant (SRR) : 44 points

 

Classement RS :X femmes après 4 manches
1er Jian Yin (Chine) : 6 points
2ème Marina Alabau (Esp) : 15 pts
3ème Jessica Crisp (Australie) : 17 pts
...
15ème Faustine Merret (Crocos de l'Elorn) : 53 points

 

Classement RS :X hommes après 4 manches
1er Shahar Zubari (ISR) : 8 pts
2ème King Yin Chan (HKG) : 16 pts
3ème Tom Ashley (NZ : 19 pts
4ème Julien Bontemps (ASPTT Nantes) : 23 pts

 

470 Hommes et Femmes :

Bilan à mi-parcours des 470 avant leur retour sur l'eau demain avec leur entraîneur Philippe Michel. Une analyse aussi claire que passionnante.

 

Le bilan des femmes : A mi-parcours, une 12ème place à 18 points du podium, ce n'est évidemment pas satisfaisant. Cela, c'est l'analyse brute. Maintenant, il reste 6 courses car je cumule la Medal race qui compte double aux quatre manches en flotte restantes. De plus, le résultat de cette finale ne peut pas être retirée du total donc il y a encore beaucoup de points à distribuer. C'est le côté positif des choses. Il nous faut travailler pour gagner en régularité et efficacité. On sait que le potentiel est là car la victoire dans la première manche ne doit rien au hasard. Ce n'est plus l'heure évidemment de travailler sur l'eau donc on s'occupe à terre d'améliorer le relâchement afin de garder sa lucidité et ainsi mieux gérer les phases tactiques. Et également l'adaptation des réglages aux très nombreux changements de vent qu'il y a ici. Quand on est moins à l'aise dans ces phases là, on est moins à l'aise dans ses prises de risques et tout s'enchaîne. D'autres favorites connaissent ce type de problème et en plus grave pour les japonaises par exemple qui sont 2ème au classement mondial ISAF et ont terminé 2ème du Test Event 2007 et sont pourtant 15ème… Si tu es à la « ramasse », que tu ne sens pas les coups, tu abdiques mais ce n'est pas le cas pour Ingrid et Gwendo. Bien sûr, il faut toujours avoir le podium pour objectif. On est là pour ça. Mais on ne veut pas avancer avec des objectifs chiffrés, simplement de mieux naviguer. Disons que cibler la 5ème place avant de courir la Medal race est un objectif intéressant et tenable. L'an dernier, au Test Event, c'était la place des filles avant la Medal race et au final, elles montent sur le podium.

 

Le bilan des hommes : Le bilan est évidemment positif avec une 2ème place derrière des Australiens qui sont aussi titrés - trois fois champions du monde - que désormais efficaces dans les conditions d'ici. Pas de surprise parmi les mieux placés avec les Britanniques et les Portugais juste derrière. Le tableau de marche est donc satisfaisant, au « bémol » près de la manche de 18 hier car si les Britanniques et Portugais comptent une mauvaise manche du même type, ce n'est pas le cas des Australiens. Hier soir, on a fait un debriefing avec Baptiste (Meyer, habituel entraîneur de Nicolas et Olivier sur leur pôle et qui travaille à Qingdao avec Philippe pour les 470 hommes) pour enregistrer ce qui avait peut-être pêché sur cette manche : non l'adaptation pendant la régate mais l'observation, la réactivité, la pertinence avant pour analyser le plan d'eau. L'histoire avec Nicolas, Olivier et Baptiste est une histoire d'amitié car lui les entraîne et moi, j'ai été l'entraîneur de Baptiste. D'où un profond respect qui fait qu'on peut se dire bien des choses, on sait que c'est toujours pour le bien de tous. On a connu de l'amitié et des moments forts. J'espère que ce sera le cas ici. C'est un rapport sympa et je suis sûr efficace."

 

Star : L'entrée en lice demain, 15 août, des Star avec Xavier Rohart et Pascal Rambeau

Dans leur interview que nous avons publié hier Xavier Rohart et Pascal Rambeau, doubles champions du monde 2003/2005, vice-champions du monde 2007, médaillés de bronze à Athènes, nous disaient que les caractéristiques du plan d'au chinois ouvrait bien davantage le jeu que lors de régates disputées dans des conditions plus classiques. Et les petites dépressions orageuses qui circulent au sud de Qingdao et entraînent une météo encore plus incertaine puisque soumise aux aléas des passages de nuages leur donnent encore davantage raison. De 4 à 5 favoris pour un championnat du monde, desquels ils font évidemment partis, ils estiment que le nombre peut être porté à 8 voir poussé à 10 équipages ! On comprendra la prudence de Daniel Dahon leur entraîneur devant tout pronostic. Malgré tout, leur talent allié à leur expérience des JO et désormais du support - l'un des plus prestigieux de la voile olympique qui draine de grands noms venus soit d'autres séries soit d'autres univers du nautisme comme le prouvent les palmarès énoncés plus loin - les placent parmi les plus sérieuses chances de médailles tricolores sur le site de Qingdao. Au rang des favoris, le sept « majeur » se compose, en plus des français, des polonais Mateusz Kusznierewicz et Dominik Zycki, champions du monde 2008 et médaillé d'or en Finn en 96 pour ce qui concerne Mateusz, des suédois Frederik Loof et Anders Ekstrom, vice-champions du monde 2007 et champions du monde 2001 et 2004, des italiens Diego Negri et Luigi Viale, vice-champions du monde 2008, des néo-zélandais Hamish Pepper et Carl Williams, champions du monde 2006 et 2ème du Test Event ici en 2007, des britanniques Ian Percy et Andrew Simpson, deux podiums mondiaux en 2007 et 2005 plus l'or à Sydney en Finn pour Percy et des brésiliens Robert Scheidt et Bruno Prada, champions du monde 2007, 3ème du mondial 2008 sans oublier bien sûr les deux titres olympiques de la star brésilienne en Laser. A ces sept incontournables, Xavier ajoutait même du fait du tout petit temps la possibilité de voir les Allemands, Américains voir Portugais aux avant-postes !

 

Repères pour le Star :
Medal race prévue le 21 août
Entraîneur : Daniel Dahon
Nombre d'inscrits : 16

 

Tornado : L'entrée en lice demain, 15 août, des Tornado avec Xavier Revil et Christophe Espagnon

Ces JO vont prendre un caractère un peu spécial pour le Tornado, catamaran de sport apparu en 1976 aux Jeux, puisqu'il s'agira de ses derniers… Voilier spectaculaire s'il en est, il disparait sur décision de l'ISAF qui a ainsi réagi à la nécessité de réduire à 10 les séries de voile olympique pour 2012. Pour ces derniers JO donc,  Xavier Revil et Christophe Espagnon auront encore plus à cœur d'être à la hauteur d'une école française de Tornado de haut vol qui a touché l'or à deux reprises (1988 grâce au duo Jean-Yves Le Deroff/ Nicolas Henard et 1992 avec Yves Loday associé au même Hénard). Ecole personnifiée également  à Qingdao par leur entraîneur Philippe Neiras qui encadre les tornadistes aux JO depuis Barcelone. Philippe aime à entretenir ce qu'il définit comme le « ciment et la culture » du Tornado français : « nous sommes toujours en course pour un podium. Après, c'est le sport et cela peut réussir ou rater à un cheveu ». Xavier et Christophe ne dérogent pas à cette tradition en affichant, par la voix du barreur, leur ambition : « Le but de notre préparation olympique, c'est le podium, pas la participation aux JO ». L'objectif du Savoyard et du Rochelais est donc clairement énoncé d'autant qu'ils disent aimer les conditions de Qingdao comme le confirment leur 3ème et 2ème place obtenues respectivement aux Test Event de 2007 et 2006. La série est en tous les cas ouverte avec, exception que le Tornado partage avec les planchistes féminines, la présence de l'intégralité du podium des JO d'Athènes. Ce trio en question fait évidemment toujours partie des favoris : les autrichiens Roman Hagara et Hans Peter Steinacher, tenants du titre depuis… Sydney, les américains John Lovell et Charlie Ogletree et les argentins Santiago Lange et Carlos Espinola. A ce trio, il faut évidemment accoler au rang de favori les australiens Daren Bundock et Glen Ashby, terriblement réguliers au cours de l'olympiade avec les titres mondiaux de 2006 et 2008 qui se cumulent à beaucoup d'autres récompenses antérieures. A ce quatuor majeur et d'expérience, les français ajoutent plusieurs potentiels trouble-fêtes au vue des conditions : les italiens Francesco Marcolini et Edoardo Bianchi, les britanniques Leigh Mc Millan et Will Howden et les allemands Johannes Polgar et Florian Spalteholz. Sans s'oublier on l'a vu…

 

Repères pour le Tornado :       
Medal race prévue le 21 août
Entraîneur : Philippe Neiras
Nombre d'inscrits : 15 

 

L'interview du jour : LES « SOIGNEURS » DE L'EQUIPE

Ils entretiennent l'équipe. L'un, Laurent Tournier, batelier, s'occupe des bateaux. Les deux autres, Bertrand Guillo et Régis Sanna, kinés des corps (et un peu parfois des esprits). Interview des « soigneurs » des « voileux » de l'équipe de France.

 

Laurent Tournier, ingénieur de formation et spécialiste du composite, vit près de Vannes. Il travaille avec l'équipe de France depuis 1996.

Peux-tu nous décrire ton travail ? Je dirais qu'il se partage en deux temps : la période d'avant compétition et celle de la compétition proprement dite. Avant, il faut principalement mettre les bateaux à la jauge. On affine et optimise les bateaux en collaboration avec les entraîneurs et les coureurs. C'est une semaine de temps plein puisque les dernières jauges se sont terminées le 9 août avec des journées bien chargées de type 9h/21h. La deuxième période c'est l'entretien. On vérifie les bateaux tous les soirs et au cas échéant, on répare. Il y a toujours des petits trucs à faire et à réparer.

 

Après une semaine de compétition justement quel est le bilan côté bateau ? Il est bon notamment en raison des vents faibles. Ce sont des conditions souvent stressantes sur l'eau mais à l'inverse tranquille pour moi à terre. C'est sûr que si tu as trois bateaux qui arrivent avec des trous dans la coque, tu es bon pour une nuit blanche…

 

Bertrand Guillo et Régis Sana sont les kinés de l'équipe de France depuis plusieurs années. Leur « cabinet » est installé dans l'une des chambres du village dévolue à cette fonction. Ils répondent ensemble à nos questions. 

 Votre organisation : Nous sommes disponibles l'un et l'autre au même moment et nos tâches se répartissent naturellement. Le matin avant la compétition l'un est à la salle de soin (parfois déplacée au container sur le parking), l'autre à proximité de la zone de départ au cas où. A partir de 13 heures, on est de nouveau disponibles au village et en gros, on se répartit entre les soins et l'entretien physique (musculation, piscine, etc…). Les athlètes prennent rendez-vous et sont ponctuels. De manière générale, ils ont des plannings très organisés.

 

Votre rôle : Avant le début de la régate, il s'agit d'un travail curatif et surtout préventif. On soigne les « bobos », on rééquilibre les tensions musculaires avec pour objectif un état optimal pour le jour J. Si on a bien travaillé, il y a surtout ensuite de la récupération à faire et le soin de petits bobos. On n'a plus qu'à vérifier le réglage du « haubanage » musculaire.

 

Vous n'agissez que sur le physique ? Nous n'avons surtout pas la prétention de jouer aux « psys » mais c'est vrai que nous essayons que notre salle soit une zone neutre, sans pression pour les athlètes qui en même temps écoutent de la musique, peuvent bouder, parler. Ils savent que nous n'avons pas de jugement à faire mais nous essayons de suivre leur régate de la journée pour être en phase. Nous avons d'ailleurs installé la TV pour permettre à ceux qui le souhaitent de suivre en même temps les régates ou d'autres sports. C'est une zone tampon.

 

Le bilan physique de l'équipe ? Il est très satisfaisant. Il n'y a pas de bobos gênants à l'inverse d'Athènes par exemple où nous avions eu du travail notamment avec Guillaume Florent qui souffrait des lombaires. Les problèmes de dos, de l'axe rachidien, est la pathologie la plus fréquente car les régatiers tirent forts dessus et pas toujours dans les bonnes positions. Quand il y a d'autres  soucis, cheville ou genoux, c'est souvent l'effet de pratiques sportives extérieures et non de la voile. C'est vrai aussi que le corps réagit souvent à d'autres problèmes. Oui c'est vrai que c'est un peu comme l'harmonie entre le Yin et le Yang puisque nous sommes en Chine. Et comme cette équipe vit bien de l'intérieur, le physique le reflète.

 

Au programme demain, 15 août, sur le Centre Olympique de voile de Qingdao
- Manches 8, 9 et 10 à 12, 13 et 14 h (soit 6h, 7h et 8h heure française) des Finn avec Guillaume Florent (YC Dunkerque)
- Manches 8, 9 et 10 à 12h, 13 h et 14 h des Yngling avec Anne Le Helley (SR.Rochelaises), Julie Gerecht (SN St Quay Portrieux/équipe de France militaire) et Catherine Lepesant (SRR) 
- Manches 10, 11 et 12 des 49er avec Manu Dyen (CNV Aix les Bains) et Yann Rocherieux (CN de Sciez) à 14, 15 et 16 heures (soit 14h, 15h et 16h heure française)
- Manche  4, 5 et 6 à 12 h, 13 h et 14 h des Laser avec Jean-Baptiste Bernaz (COYCH Hyérois)
- Manche  4, 5 et 6 à 12 h, 13 h et 14 h des Laser Radial avec Sarah Steyaert (CV Chatelaillon)
- Manches 7 et 8 des 470 Femmes à 13 et 14 h avec Ingrid Petitjean (SN Marseille) et Gwendolyn Lemaître (SR Brest)
- Manches 7 et 8 des 470 hommes à 13 et 14 heures avec Nicolas Charbonnier (YC Antibes) et Olivier Bausset (CN Ste Maxime)
- Manche 1 et 2 à 13 et 14 heures des Tornado avec Xavier Revil (SRV Annecy) et Christophe Espagnon (SR Rochelaises/Equipe de France Militaire)
- Manche 1 et 2 à 13 et 14 heures des Star avec Xavier Rohart (YC La Pelle) et Pascal Rambeau (SR Rochelaises) 
- Manches 5 et 6 à 12 et 13 heures des Planches RS:X Femmes avec Faustine Merret (Crocos de l'Elorn)
- Manches 5 et 6 à 12 et 13 heures des Planches RS :X hommes avec Julien Bontemps (ASPTT Nantes)

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :