Menu   Espace Licencié   Outils Gestion Club   Boutique Clubs

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

> Actualités


Charline et Julien s’entendent sur le 7

[Equipe de France]  - le 13/07/2007

[Equipe de France]

La jeune planchiste Charline Picon aura tout donné cet après-midi dans la Medal race de sa série. Sixième à 9 points du podium à l'orée de cette dernière régate : la mission était quasi impossible et ne réclamait qu'une seule stratégie, l'attaque. Sa casquette à l'envers vissée sur le crane elle a donc attaqué, crânement. Résultat : une prometteuse 2ème place à l'issue du premier bord de près. Mais il aurait fallu un autre ingrédient pour déjouer un plan d'eau aussi capricieux qu'instable : la chance. Celle qu'a eu par exemple la polonaise Zofia Klepacka passée bonne dernière à cette même marque et alors virtuellement dépossédée de sa première place par la Néo-zed Barbara Kendall qui paraissait s'envoler en tête. Mais un tour supplémentaire après et la flotte se retrouvait brassée en grand au gré des trous de vents et d'éphémères risées. Et le classement cul par-dessus tête puisque la même Kendall se retrouvait 8ème et la polonaise… première ! Et bientôt une championne du monde incontestée tant elle a dominé l'épreuve. Charline terminait finalement 6ème de cette finale et 7ème au général. Certes pas le podium entrevu en milieu de championnat mais la satisfaction de terminer première française ce qui n'est pas rien quand on connait les clientes qu'elle devance. Dont bien sûr notre championne olympique, Faustine Merret. La 13ème place de la brestoise, un rang inhabituel pour elle, n'entame en rien sa lucidité : « Il n'y a rien à dire sauf qu'avant de régater, je vais m'entraîner ». Une analyse couperet qui dit tout ou presque : il faut rappeler que Faustine courrait cette année après un autre objectif, son diplôme de professorat de sport, qui l'a privé de planche jusqu'en avril. Et le talent a beau être intact, difficile de l'exprimer sans travail technique foncier. On peut faire confiance à la licenciée des Crocos de l'Elorn pour combler ce handicap.

Julien Bontemps a connu le même handicap cette année (et la même réussite d'ailleurs avec l'obtention de son diplôme). Il partait 9ème avant la Medal race sans grand-chose à espérer sauf remporter cette ultime manche. Le nantais a bataillé jusqu'au bout pour y parvenir. Il aura été l'animateur principal de la régate au point de mener la flotte jusqu'à la dernière bouée du slalom qui ponctue les Medal race des planchistes. Une marque de trop qui vit Julien se faire passer à l'intérieur par l'espagnol Ivan Pastor. Notre double champion du monde (de Mistral en 2004 et, en RS : X, de planche Raceboard en 2005) termine finalement 3ème et se paie le luxe de grappiller deux places au classement. Julien 7ème chez les hommes comme Charline chez les filles : au soir de ce Mondial, l'égalité des sexes est de mise dans le monde de la planche française.

Au nombre des médailles, espérons, demain, la même égalité en 470. A vrai dire, les filles partent ici avec un peu plus d'assurance grâce à Ingrid Petitjean et Nadège Douroux. Les marseillaises ont terminé deux fois 2ème aujourd'hui et ont consolidé leur 2ème place à 11 points des hollandaises De Koning/Lobke mais 16 points devant les 3ème. Mathématiquement la victoire n'est pas hors de portée même si le duo batave domine pour le moment le sujet avec encore deux victoires de manche ce jeudi. Dans le camp français on attend avec impatience de voir à l'œuvre celles qui ont déjà été vice-championnes du monde ISAF à Cadix en 2003. Elles seront accompagnées dans la Medal race par Camille Lecointre et Gwendolyn Lemaître, 8ème ce soir. La mission sera donc plus ardue chez les hommes mais on peut faire confiance aux frères Bonnaud, 5ème à 11 points des 3èmes et 2 points du 4ème, pour ne rien lâcher.

Enfin, en 49er, Morgan Lagravière et Stéphane Christidis auront poursuivi leur progression dans ce championnat. Certes, 3ème ce matin ils pouvaient espérer mieux que la 7ème place à laquelle ils abordent leur finale mais si l'on veut bien se rappeler que ce « couple » a moins d'un an d'existence commune, on mesure le parcours déjà accompli. En plus, parions que comme Julien Bontemps cet après-midi, ils feront tout demain pour remonter le plus haut possible au classement.

Dernière satisfaction de la journée : avec les RS :X femmes et hommes aujourd'hui, la place en Medal race de nos représentants demain en 470 hommes et femmes et 49er, la France s'assure de disputer les JO dans ces 5 séries. Quasiment un grand chelem puisque seule le Yngling manquera au final à l'appel.

Interviews

Charline Picon : "D'un côté je suis satisfaite : c'est une bonne performance de plus et elles commencent à s'accumuler. Mais d'un autre côté je ressens une petite frustration car je manque encore le podium. Cette saison, en dehors de la Semaine de Palma, je termine souvent autour de la 5, 6ème place et j'aimerais bien passer un cran au dessus. Dans cette régate c'était possible mais la journée de mercredi m'a été fatale. J'ai la « speed », la technique et j'ai bien amélioré mes départs. Le bilan est donc positif et il le sera encore plus si on me sélectionne pour la Préolympique. »

Faustine Merret : « Rien à dire. Cela fait deux mois que j'ai repris et c'était trop tôt pour se fixer un objectif comme le Mondial. Avant de faire des régates, je vais d'abord m'entraîner. Je n'étais pas prête dans la tête pour faire un résultat ici parce que j'avais déconnecté de la régate. La plupart des filles qui sont ici s'entraînent depuis janvier et moi depuis fin avril. J'avais peut-être le niveau pour accrocher la Medal race mais vraiment pas le podium. Il faut plus de temps que cela pour se remettre dans une régate. De plus, en un an le niveau de la flotte a augmenté. J'attends la décision de la Direction technique pour la Chine et sinon le prochain grand objectif est le Mondial RS :X en Nouvelle-Zélande début 2008. »

Julien Bontemps : « J'ai appris pas mal de choses cette semaine et c'était l'un des buts. C'était un championnat à la fois de brise et de conditions variables ce qui obligeait à élargir sa palette donc c'est intéressant. Au niveau vitesse j'ai progressé ce qui m'a permis de me battre avec les meilleurs comme cet après-midi dans la Medal Race. Même si une petite blessure au doigt m'a pas mal handicapé au « pumping ». Pour quelqu'un qui a véritablement repris l'entraînement en avril après mon professorat de sport je trouve que j'ai bien progressé techniquement. Physiquement par contre je n'ai jamais cessé de travailler donc ça va. Il faut que je m'améliore sur les prises de décision sur les départs. L'objectif était dans les 10 car il ne faut pas rêver face à des adversaires qui n'ont pas arrêté de naviguer cet hiver, rentrer dans le Top 5 était trop difficile. »

IsmaŽl Bruno, l'inconnu du Finn
En qualifiant son pays pour les JO, le martiniquais IsmaŽl Bruno, 13ème en Finn (et non 15ème comme indiqué hier) vient de marquer un joli coup. Du style à vous sortir de l'anonymat. Pourtant le jeune Finniste, - 26 ans c'est jeune dans cette série prestigieuse - né à Schœlcher et licencié au club éponyme, avait déjà pointé l'étrave de son dériveur au milieu des meilleurs comme en témoigne sa 13ème place au championnat d'Europe 2007. Grand, 1m92, une carrure impressionnante, IsmaŽl a le sourire sympathique : «bien sûr que cela me fait plaisir de qualifier mon pays et de terminer 13ème même si je pense que j'avais les possibilités de rentrer dans les dix ». Tranquille, paisible même à terre il est, selon son entraîneur, et responsable du pole de haut niveau de Marseille, Patrice Guadagnin, « respecté par les meilleurs sur l'eau et sur le parking ». Guadagnin connait bien celui qui, carrure oblige, a abandonné voici 4 ans le Laser pour le Finn : « on l'a accueilli à Marseille il avait 17 ans. Le pôle c'est un peu sa seconde famille ». Une famille qui l'a manifestement vite apprécié : « IsmaŽl a une progression régulière, il a gagné en mental et est polyvalent ce qui est évidemment une force. Si on lui donne les moyens de poursuivre au plus haut niveau il va continuer à très vite progresser ». Jusqu'où ? « Je viens de terminer premier français des deux premières régates d'observation annoncées par le Comité de sélection, il en reste une 3ème donc j'annonce mon premier objectif : aller au JO ». Et ensuite ? « Objectivement je pense que j'ai les moyens d'atteindre le Top 5 sans me priver d'espérer à une médaille ». A lire l'acquiescement silencieux de l'entraîneur expérimenté qu'est le patron du Pôle de Marseille cela n'a rien d'une vantardise. IsmaŽl Bruno n'a peut-être pas fini de nous étonner.

Classement final RS :X Women
1ère Zofia Klepacka (Pol) - Championne du monde
2ème Barbara Kendall (NZ)
3ème Jessica Crisp (Australie)
7ème Charline Picon (CN La Tremblade)
11ème Lise Vidal (YC Pointe Rouge)
13ème Faustine Merret (Crocos de l'Elorn)
14ème Pauline Perrin (CV Mayenne)


Classement final RS :X Hommes
1er Ricardo Santos (BRA) Champion du Monde
2ème Przemyslav Miarczynski (Pologne)
3ème Nick Dempsey (GBR)
7ème Julien Bontemps (ASPTT Nantes)
17ème Nicolas Huguet (La Pelle Marseille)
20ème Fabrice Hassen ( YC la Pointe Rouge)
22ème Nicolas Le Gal (BN Ile Grande)
31ème Samuel Launay (AS Calédonienne PAV)



PLUS D'INFOS ET TOUS LES RESULTATS : http://www.cascaisworlds2007.com

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports