Menu   Espace Licencié   Outils Gestion Club   Boutique Clubs

Nos partenaires

Banque Populaire, Marine National - Partenaires de la FFVoile

Publications Electroniques

Décisions règlementaires diffusées par voie électronique en application du deuxième alinéa de l'article R. 131-36, de l'article A. 131-2 du Code du Sport et de l'article 46 des Statuts de la FFVoile.

[Voir toutes les décisions]

Xavier Rohart et Pascal Rambeau Vice-Champions du Monde de Star

[Equipe de France]  - le 10/07/2007

[Equipe de France]

Les Alizés portugais ont le don de nettoyer le ciel lusitanien de tous les nuages et le défaut d'enfler parfois au-delà du raisonnable. C'était le cas aujourd'hui puisqu'un véritable coup de vent a soufflé du nord-est toute la journée. Si fort que même dans la baie de Cascas normalement abritée du courant de nordeste qui dévale tout l'été le long de la péninsule ibérique, il était difficile de lancer des régatiers sur l'eau. Le Comité de course du Championnat du Monde a pourtant tout tenté pour au moins donner le départ des deux Medal Race du jour en se donnant 19h59 (20h59 en France) comme heure limite. Il a cru être récompensé de ses efforts quand, peu après 19 heures, le vent a baissé d'un (demi) ton permettant aux Stars de gagner la ligne de départ. Peine perdue, une bourrasque a obligé les organisateurs a sagement ordonné aux quillards de regagner le port. Conséquences : le championnat du monde s'est en réalité figé hier soir pour les Staristes et les Tornadistes. On ne saura jamais si nos doubles champions du monde de la spécialité, Xavier Rohart et Pascal Rambeau, ont ainsi perdu l'occasion d'accrocher un triplé historique puisque seuls quatre points les séparaient des Brésiliens Robert Scheidt et Bruno Prada, mais leur rang de vice-champion du monde étoffe brillamment un des plus beaux palmarès de la voile légère française : ils en sont à cinq podium mondiaux depuis 2002 ! Ces deux là ont surtout rappelé qu'ils savaient être présents aux rendez-vous qu'ils se donnent. Et comme ils se sont donnés celui des JO 2008, le mieux est peut-être pour demain. Sans oublier ce que Xavier définissait avant l'épreuve comme essentiel : qualifier la nation pour les Jeux.

Une qualification que la France a donc décroché également en Tornado où, comme à leur habitude, nos représentants ont fait un tir groupé dans le Top Ten avec la 6ème place pour Xavier Revil et Christophe Espagnon, la 8ème pour les jeunes Billy Besson et Arnaud Jarlegan et la 9ème pour Yann Guichard et Christophe Espagnon. Une performance qui confirme le haut niveau d'ensemble du Tornado français dans des conditions de navigation très difficiles. Pour preuve, d'autres, et non des moindres, s'y seront cassés les dents à l'image des champions olympiques d'Athènes, les autrichiens Roman Hagara et Peter Hans qui, 20ème, devront avoir recours aux épreuves de repêchage pour espérer qualifier leur pays pour les Jo. Un seul regret mais de taille puisqu'il coûte le podium à Xavier Revil et Christophe Espagnon : nos meilleurs représentants depuis 2005 étaient 3ème jusqu'à leur « journée sans » de dimanche. « Bien sûr nous qualifions notre pays mais franchement nous étions venus là pour le podium. On se doit rapidement une revanche sur cette seule journée ratée » regrette Christophe Espagnon.

Autre conséquence de cette journée trop ventée : la composition des Medals Race des Laseristes hommes et femmes qui se disputeront demain après-midi est restée figée sur le classement de lundi soir. Rien d'ennuyeux pour Thomas Lebreton, 6ème pour le moment à 11 points du podium mais plus décevant pour son compatriote Félix Pruvot, 12ème à seulement 5 points du Top Ten et plus encore pour Sophie de Turckheim, 11ème, qui échoue à 2 petits points de la Medal race. Dommage, car Sophie était revenue ici au plus haut niveau après quelques mois difficiles. Du moins, jusqu'à ce dimanche décidément noir. Mais, tout comme Thomas chez les hommes, Sophie se consolera demain en qualifiant la France pour les JO dans la « petite » Medal Race qui oppose les dix bateaux entre la 11ème et la 20ème place.

Espérer qualifier la France, les « filles de l'Atlantique », celles du Yngling mené par Anne Le Helley, comptait bien y contribuer. Hélas, la blessure de Marion Deplancque contractée ce week-end lors d'un abordage avec un autre bateau, a définitivement ruiné cet espoir. Si Marion s'en sort avec des pépins musculaires - les observateurs ont eu peur pour la jeune femme vu la violence avec laquelle la proue du bateau adverse l'a percutée sur le flanc - la douleur était trop vive pour espérer continuer. Elles sont contraintes à l'abandon et laissent à l'autre équipage, celui emmenée pour le moment joliment par la brestoise Anne-Claire Leberre (12ème) le soin de défendre les couleurs tricolores.

Interviews

Daniel Dahon, entraîneur des Star :
"Nous nous étions fixés un objectif en début de saison et nous l'avons réalisé donc on ne peut guère faire mieux. Nous nous étions mis d'accord avec la fédération de ne pas nous juger sur nos résultats intermédiaires considérés comme des régates de travail mais uniquement sur ce mondial où nous voulions être au top. Que peut-on encore améliorer ? Sans doute, le fonctionnement afin d'additionner encore mieux les compétences de Xavier et Pascal. Et puis en Star il faut sans cesse travailler l'adaptabilité car il s'agit d'une vraie usine à gaz qui nécessite de modifier les réglages dès que le vent change. Ici de ce point vue on a été gâté !"

Xavier Rohart :
« Ce résultat est plus que positif. Tout d'abord je suis très content d'obtenir la qualification du pays. C'était l'un des deux objectifs importants à réussir. Le deuxième c'était de faire une performance - sans doute le plus important pour Pascal et Daniel (sourire) qui étaient venus pour gagner. Quoi qu'il en soit, c'est là aussi une réussite puisque seule la légende qu'est Scheidt est devant nous et encore, dans les manches nous l'avons souvent précédé ! Ce qui me fait le plus plaisir c'est que comme en 2003 (victoire au championnat du monde de Cadix) ou en 2004 (bronze aux JO), nous savons répondre présents au rendez-vous que nous nous fixons. Il faut l'être physiquement, tactiquement, au niveau du matériel : et cela a été le cas. J'observe même que nous n'avons jamais terminé les manches de ce championnat au-delà de 5 alors que cette année nous n'étions jamais parvenus, au contraire, à faire mieux que cette place. »

Les progrès à faire ?
« En 2003/2004 nous étions les Finnistes de la flotte, les nouveaux qui arrivaient en étant à l'offensive. Cette fois, c'est nous qui sommes installés et qui voyons arriver des Laséristes comme Pepper, Negro et bien entendu Scheidt. Et je remarque que dans les moments chauds ils « sortent » mieux que nous, surtout Scheidt. Ce n'est pas qu'il est meilleur - la grande qualité du brésilien c'est de faire les choses simples mais parfaitement - mais il y a un petit truc qu'il faut que nous retrouvions. Conserver les acquis que désormais nous possédons et retrouver le déclic que nous avions quand nous sommes arrivés sur le circuit ».

Pascal Rambeau :
Le championnat ?
"Pour Xavier l'objectif premier était de qualifier la France et c'est vrai que c'est important. Mais pour moi c'était avant tout de faire un résultat sur ce championnat car j'estime que le mondial c'est, chaque année, l'objectif principal. C'est donc super positif. Je pense que nous n'avions plus aussi bien régaté depuis notre victoire en juillet 2006 à Miami. Nous avons de vrais acquis, des fondamentaux sur lesquels s'appuyer, nous sommes désormais rarement mauvais dans le premier bord de près et techniquement nous sommes de mieux en mieux. En course nous avons indiscutablement élargi notre champs d'action".

La flotte ?
"Le niveau de la flotte a beaucoup augmenté avec ceux qui étaient déjà présents lors de la dernière olympiade et qui sont encore là mais aussi l'arrivée de Laséristes ou Finnistes comme le brésilien Scheidt bien sûr, l'italien Negri ou encore le polonais Kusznierewicz. Nous avions un peu lancé la voie en formant un équipage avec deux Finnistes mais depuis d'autres ont suivi avec succès. Cela participe à l'augmentation du niveau. De plus en plus, les bateaux ont les mêmes performances et nous retrouvons les caractéristiques d'une flotte de monotypie pure donc ce sont les bonshommes qui font la différence."

La préolympique en Chine (fin août) :
"Ce sera de nouveau avant tout une épreuve de travail, une dernière répétition avant les JO. Nous allons y vérifier trois choses : 1 - notre adaptation à la "culture" car si l'organisation des JO obéit à des standards stricts édictés par le CIO, je reste persuadé que les particularités d'un pays comme la Chine vont ressortir. 2 - Vérifier que nous supportons bien la nourriture et tout ce qui a rapport avec les questions sanitaires. 3- Nous avons travaillé certains axes en prévision du type de temps qu'on nous annonce là-bas. C'est le dernier moment où nous pourrons voir s'il n'y a pas des choses qui nous manquent, si on ne risque pas de passer à côté de choses inattendues. Par exemple je me souviens qu'en 88 on annonçait Seoul comme peu venté et bilan il y a eu pas mal de baston !"

Christophe Espagnon :
« Bien sûr nous avons qualifié la France mais nous étions trois équipages français pour cela donc ce n'était pas notre objectif principal. Notre objectif c'était le podium et nous l'avions à notre portée jusqu'à cette journée sans de dimanche ! Je ne peux donc cacher que nous sommes déçus surtout quand je vois le reste du championnat où nous avons toujours été dans le coup en remportant même une manche. Il est vrai qu'ici les conditions étaient vraiment variables, parfois à la limite de courir et dans ce cas il faut mieux être devant pour éviter les problèmes. Cela n'a pas été les cas dimanche... On se doit une revanche sur cette journée ».

Star :
1. BRA - Robert Scheidt et Bruno Prada
2. FRA - Xavier Rohart et Pascal Rambeau (CN La Pelle Marseille / SR Rochelaises)
3. GBR - Ian Percy et Andrew Simpson

Tornado :
1. ESP Fernando Echavarri et Anton Paz
2. BEL Carolijn Brouwer et Sébastien Godefroid
3. NED Mitch Booth et Pim Nieuwenhuis
...
6. FRA Xavier Revil et Christophe Espagon (SRV Annecy / SRRochelaises - Equipe de France militaire)
8. FRA Billy Besson et Arnaud Jarlegan (SNO Nantes - Equipe de France militaire / SNO Nantes - Equipe de France militaire)
9. FRA Yann Guichard et Alexandre Guyader (AN Ile aux Moines / CN Angoulins)


Infos et résultats complets : http://www.cascaisworlds2007.com

 

Par : Effets Mer


[Retour aux actualités]

 


 

Recherche d'actualités
Par mot clef :

 

Nous contacter par mail

Fédération Française de Voile
17 rue H. Bocquillon - 75015 Paris
Tel : 01 40 60 37 00
Fax : 01 40 60 37 37

Voir aussi

World Sailing Ministere des Sports